Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Landrecies, commune de l'Avesnois

Habitants : Landreciens, Landreciennes
Code postal : 59550
Nb d'habitants en 2011 : 3556
Superficie : 21,7 km2

Mairie de Landrecies : Place André-Bonaire

Horaires d'ouverture :
Lundi : de 13h30 à 17h30
Mardi au Vendredi : de 08h00 à 12h00
et de 13h30 à 17h30
Samedi : de 08h00 à 12h00

Tél : 03 27 77 52 52
Fax : 03 27 77 78 63

Mail : secretariat@landrecies.fr

Site de la mairie de Landrecies : www.landrecies.fr

Musées de Landrecies :
Musée Amas
Musée Dupleix
Musée des minéraux et des fossiles

Localisation sur carte du patrimoine de Landrecies : Ici
Blason de Landrecies

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1837 (textes numérisés)
Landrecies, noms anciens : Landresium, 1141, Acte de Nicolas, évêque de Cambrai, Miroeus II, 822. - Landregnies, 1186, J. de G., ann. du Hainaut, manusc. de Valenciennes. - Landrechies, 1186, id., id., traduction du marquis de Fortia, XII, 339. - Landrechies, 1237, Bulle du pape Grégoire IX. - Landrecies, 1299, Testament de Hugues 1er de Châtillon. A. du Chêne. Pr. 92. - Landrechies, 1473, Saint-Génois, Mon. anc I, 1. - Landrecy, 1521, Mémoires de Du Bellay. L, I. - Landrechyes, 1545, Acte d'échange entre Charles-Quint et Philippe, duc d'Arschot. - Landericiacum. - Landericioe. - Landricioe, Adrien de Valois. - Landrecioe, Chron. de Gislebert, 92. - Landracum, Miroeus II, 822.
Monuments militaires :
Fortifications: On ne sait rien des premiers retranchements qui abritèrent les habitations groupées près du château que Nicolas, dit le Beau, seigneur d'Avesnes, fit bâtir, en 1150, et qui furent probablement renversés par le comte Baudoin V, en 1185. En 1477, l'enceinte fortifiée fut détruite par les troupes de Louis XI et, bientôt après, les murailles et les tours furent relevées. Rasées par François 1er, en 1521, les fortifications furent rétablies par Charles-Quint, puis augmentées par les Français qui s'étaient emparés de la place, en 1543. Charles-Quint, après avoir obtenu Landrecies, en 1545, du duc d'Arschot, en augmenta beaucoup les moyens de défense. Attaquée, en 1637, par les Français, l'enceinte, protégée par de larges fossés et cinq bastions, ne fut forcée qu'après quinze jours de tranchée ouverte. Le chevalier Deville y ajouta, à cette époque, des contre-gardes et des demi-lunes ; puis, plus tard, Vauban, quelques ouvrages qui peuvent, à volonté, être entourés par les eaux de la Sambre.
Portes: Landrecies n'a jamais eu que deux portes : celle dite de France au S.-E., et celle du Quesnoy au N.-O. La Sambre partage la ville en ville-haute et en ville-basse ; une enceinte fortifiée, percée d'une porte, nommée porte de la ville-basse, sépare ces deux parties.
Casernes:
Casernes de construction moderne ; celle destinée à l'infanterie se trouve dans la ville-haute, et celle occupée par la cavalerie dans la ville-basse.

Eglise de Landrecies


Eglise de Landrecies, le choeur.
Le choeur.

Eglise de Landrecies, panneau des stalles.
Un des panneaux des stalles situées dans le choeur.

Eglise de Landrecies, bénitier.
Le bénitier .

Eglise de Landrecies, sainte.

Landrecies sur les albums de Croÿ.
Landrecies sur les albums de Croÿ.
Cartouche : "La Ville de Landrechi". Voir en grand format
Eglise de Landrecies
Eglise St-Pierre St-Paul à Landrecies.

Monuments religieux: L'ancienne église, celle, sans doute, qui avait échappé à l'incendie allumé par les habitants avant d'abandonner leur ville au roi François 1er, en 1543, ayant été détruite pendant le siège de 1793, Landrecies resta privée d'édifice religieux jusqu'en 1822, époque où celle qui existe aujourd'hui fut terminée.
Couvent des Carmes: Fondé en 1647, pour enseigner les belles lettres. Cette maison fut renversée lors du bombardement, en 1793.
Monuments civils.
Hôtel-de-Ville: Il occupe une des faces de la grande place; son rez-de-chaussée sert de halle aux grains. Dans ce bâtiment qui, remplit l'office de beffroi, se trouve une cloche fondue en 1634.
Hospice: Construction moderne, près du cimetière, dans le faubourg de France, à un kilomètre de la ville.
Faits historiques: Le château-fort, bâti en 1150, par Nicolas, seigneur d'Avesnes, à droite de la Sambre, devint un centre autour duquel les habitants d'une bourgade, déjà établie de l'autre côté de la rivière, et auxquels ce seigneur accorda divers privilèges, transportèrent bientôt leurs demeures. Cette cité naissante fut ravagée, en 1185, par Baudoin, comte de Hainaut. Jacques d'Avesnes, petit-fils de Nicolas, ayant obtenu cette seigneurie à la mort de son père, confirma les privilèges dont jouissaient les habitants et les augmenta même par une charte qu'il leur octroya en 1191.

Eglise de Landrecies, les fonts baptismaux.
Les fonts baptismaux

Eglise de Landrecies, vierge et l'enfant.
La Vierge et l'Enfant.

Eglise de Landrecies, la chaire.
La chaire de Vérité.

Eglise de Landrecies, le pupitre.
Support du pupitre.

Vitraux de l'église de Landrecies
3 des vitraux de l'église St-Pierre St-Paul.

Bibliothèque de  Landrecies

La bibliothèque Philippe Lamour et le centre socio-culturel.
A l'ancien emplacement de la caserne Dupleix s'élèvent aujourd'hui la bibliothèque Philippe Lamour qui donne directement sur la Grand-Rue, baptisée du nom d'un collaborateur du général de Gaulle né à Landrecies et inaugurée à la fin des années 90 et derrière, le centre social, inauguré en 1973 et récemment rénové

Statue Amas à  Landrecies
Ernest Amas, oeuvre de l'artiste Patrice Beaupuy
érigée le 20 octobre 1991.
Ecluse de Landrecies
L'écluse sur la Sambre à Landrecies.

L'ancienne poudrière (1140) de Landrecies
Ce que les Landreciens appellent aujourd'hui "la poudrière" est tout
ce qui reste du château-fort érigé en 1140 par Nicolas d'Avesnes.
Caserne Clarke à  Landrecies

A l'origine, la "caserne Saint-Charles" est destinée à abriter les régiments de cavalerie. Après la révolution, on la rebaptisera "caserne Clarke", en hommage au Maréchal Napoléonien né à Landrecies.

Henri-Jacques-Guillaume Clarke, né à Landrecies

Henri-Jacques-Guillaume Clarke, né le 17 octobre 1765 à Landrecies, mort le 28 octobre 1818 à Neuwiller-lès-Saverne, est un officier français de la Révolution et de l'Empire, général de division, ministre de la Guerre de Napoléon Ier, fait comte d'Hunebourg et comte de l'Empire, puis duc de Feltre.

Chapelle notre dame de grâce à  Landrecies
Chapelle N.D de Grâce, Chemin du Rosembois.
N50.140194 E3.669974
Chapelle notre dame de grâce à  Landrecies
Intérieur de la chapelle notre Dame de Grâce

Chapelle st Roch à  Landrecies
Chapelle st Roch à Landrecies. N50.119653 E3.698831

Au cœur du cimetière, la chapelle St-Roch fut fondée en 1816 par M. et Mme Maurice-Bracq et dédiée, comme son nom l'indique, au patron des ensevelisseurs. On l'agrandit en 1876 et la chapelle devient l'oratoire de l'hospice des vieillards (situé immédiatement sur la droite), desservi par un vicaire. Mais en vérité, le caractère sacré du lieu est bien plus ancien encore : au Moyen-Âge, on trouvait là un établissement d'accueil et de soins pour les lépreux ou les pestiférés, d'où la consécration à Saint-Roch

Chapelle st Roch à  Landrecies
Chapelle st Roch.

Chapelle à Landrecies.
Chapelle située rue d'Happegarbes.
N50.119263 E3.663704
Oratoire à Landrecies.
Oratoire dédié à ND de Liesse et à la Ste Vierge.
Chemin de l'Artésien. N50.127794 E3.717789
Oratoire à Landrecies.
Oratoire dédié à ND de Bon Secours et Ste Barbe, route de Guise
N50.099069 E3.690905
Niche à Landrecies.
Niche située rue d'en Haut.
N50.126561 E3.669708
Niche à Landrecies.
Niche située chemin du Rosembois. N50.134869 E3.677686

Monument aux morts à Landrecies
Monument Honneur et Patrie.

Monument aux Morts de Landrecies
Monument aux Morts de Landrecies, du sculpteur René Bertrand
inauguré le 15 août 1921.
Landrecies, le monument du 27 Ventôse an III (1899).
Monument élevé le 13 août 1899.

Décret de la Convention Nationale en date du 27 Ventose an III.
Article 1er : La convention nationale approuve la conduite des habitants de Landrecies et déclare au nom de la nation française qu'ils ont bien mérité de la Patrie pendant le siège que cette Place a soutenu.
Article 2 : Il sera élevé une colonne en marbre dans la commune en mémoire du généreux dévouement de ses habitants.


Mairie de Landrecies
Détruit à plusieurs reprises, l'Hôtel de Ville de Landrecies
a son aspect actuel depuis1921.
Emblème de la mairie de Landrecies
Emblème de la mairie de Landrecies.

En 1424, Landrecies fut occupé par les troupes anglaises du duc de Glocester. Il fut pris et brûlé en 1477 par Louis XI, roi de France. L'archiduc Maximilien y institua, par lettres de février 1483, une foire à la mi-carême. Prise, brûlée, rasée et abandonnée, en 1521, par le duc de Vendôme, cette ville fut de nouveau incendiée par les habitants avant de l'abandonner, en 1543, à François Ier. Elle fut rendue à l'Espagne, en 1544, par suite du traité de Crépy. Charles-Quint la visita en août 1549. Reprise par les Français, en 1637, elle leur fut enlevée, en 1647, par l'archiduc Léopold. Turenne et La Ferté l'assiégèrent et la prirent en 1657, et elle resta à la France, en vertu du traité des Pyrénées, en 1659. Le prince Eugène de Savoie, qui l'attaqua en juillet 1712, fut contraint d'en lever le siège, après la bataille de Denain. En 1793, les habitants se défendirent si vaillamment contre les Autrichiens, que la Convention vota l'érection dans ses murs, aux frais de l'État, d'une colonne qui devait perpétuer le souvenir de leur belle conduite. En 1794, les Français la reprirent. Les Russes l'occupèrent en 1814 et 1815. La seigneurie de Landrecies a été possédée jusqu'en 1545 par les seigneurs d'Avesnes; cependant, à la mort de Jacques, en 1191, elle forma un domaine particulier que recueillit Jacques son troisième fils; mais celui-ci étant mort célibataire, cette terre retourna à son frère aîné Gauthier II, à qui était échue celle d'Avesnes, à la mort de leur père. Après la paix de Crépy (1544), Charles-Quint ayant reconnu l'importance que pouvait avoir la ville de Landrecies pour la défense des Pays-Bas, se la fit céder, en 1545, par le seigneur d'Avesnes, Philippe III de Croy, en lui donnant en échange la seigneurie de Blaton et d'autres possessions. Cette cité demeura dès lors unie au comté de Hainaut jusqu'à sa réunion définitive à la France par le traité des Pyrénées en 1659. En 1186, la ville et l'un de ses faubourgs, la Folie, formaient deux paroisses distinctes, qui ne furent réunies qu'à la révolution. Landrecies fit partie de la prévôté de Maubeuge pendant tout le temps qu'elle appartint au comté de Hainaut. Après sa réunion à la France (1659), cette ville devint le siège d'une prévôté royale ressortissant au bailliage du Quesnoy, et d'une subdélégation. En l'an X, elle fut désignée comme chef lieu de l'un des cantons de l'arrondissement d'Avesnes.
Landrecies ne comptait, en 1800, que 2730 habitans ; sa population s'est successivement accrue, et d'une manière sensible ; elle était de 3292 âmes en 1818 ; le dernier recensement opéré eu 1836 la porte à 3679 habitans, ce qui donne depuis 36 ans une augmentation de 949 âmes.
La superficie totale de son territoire est de 2152 hectares, ainsi divisés : 568 en terres labourables, 1341 en prés, 33 en houblonnières, 4 en jardins, 68 en bois, 3 en canaux, 2 en pièces d'eau, 17 en contenance de propriétés bâties, 65 en routes, chemins, 10 en rivières et ruisseaux, 38 en fortifications et redoutes, et 3 en autres objets non imposables.
Sa culture ordinaire est le blé froment, l'épeautre, le méteil , le seigle, l'orge, l'avoine, les fèves, le colza, le lin, le houblon, les betteraves et les pommes de terre.
Il se fait à Landrecies un commerce assez considérable de houblon, de beurre et de fromages. Il existe dans cette ville une fabrique de chicorée, 2 moulins à blé, 4 blanchisseries d'étoffes, une clouterie, 4 brasseries, une raffinerie de sel, 2 tanneries, une fabrique d'huile, une fabrique d'hydromel, une briqueterie, 2 fabriques de chandelles.
Hameaux et lieux dits: Faubourg de France. Faubourg Soyère. La Folie. Sambreton. Les prairies de Riaumetz. Happegarde. Préseau. Les Étoquis. La Station.

Maison natale de Dupleix à Landrecies
Maison natale de Dupleix au 6 de la rue d'Aerschot.

La première plaque en marbre blanc fut inaugurée le 21 mai 1950, en présence de M. André Bonnaire, Maire de Landrecies et de M. Gauddart, Sénateur de l’Inde, venu officiellement de Pondichéry, de Mme Gaebele, Déléguée de la Société Historique des Indes, Conservateur de la Bibliothèque et des Archives de Pondichéry, de M. Claude Dupleix et d’autres descendants éloignés de la famille de Dupleix habitant à Lille et à Roubaix, de M. Philippe Kah, avocat à Lille, Président de la Société des Amis de Dupleix, des personnalités politiques régionales et locales, et de plusieurs sociétés.

Pompe à  Landrecies
Fontaine au centre ville.

Fronton à Landrecies.
Le blason de Landrecies sur le fronton de l'octroi de l'ancienne
Porte de France. Rue des Anciens d'Algérie / Avenue Villars
Emblème à Landrecies.
Emblème situé rue du Château / D934

Chapelle Evrard à  Landrecies
La chapelle Evrard de 1887, dédiée à N.D de Lourdes.
Chemin des Mauviards. N50.132333 E3.699973
Calvaire du voeu à Landrecies
Calvaire du voeu, inauguré le 9 septembre 1923.
N50.121632 E3.690001
Chapelle sur la d43 à  Landrecies
Chapelle route de Fontaine.
N50.132757 E3.671173
Chapelle à Landrecies.
Notre Dame des Joyaux, Chemin de Razé.
N50.104342 E3.707315
Oratoire à Landrecies.
Oratoire de 1717 dédié à St Jacques et ND de Bon Rencontre.
Rue d'en Haut. N50.125618 E3.653454
Oratoire à Landrecies.
Oratoire situé rue d'en Haut. N50.127055 E3.664880
Gravé sur le blason : ND de Bhohin, 1723
Oratoire à Landrecies.
Oratoire de 1721 dédié à ND de Libercourt. Rue d'Happegarbes.
N50.121083 E3.667561
Niche à Landrecies
Niche située rue d'Happegarbes.
N50.123035 E3.669298
Mémorial à Landrecies
Mémorial dédié aux résistants de la seconde guerre mondiale (1946)

Mémorial sir Chaples à Landrecies

Cette stèle, ornée d'un grand médaillon en bronze représentant le général anglais Sir Ronald Charles est inaugurée par l'ancien maire André Bonnaire le 31 juillet 1960. Il s'agit d'un hommage à celui qui a libéré Landrecies le 4 novembre 1918. Sir Charles commandait la 25ème division britannique, et subit des pertes importantes pour reprendre la ville.

Fresque à Landrecies.
Fresque du siège de Landrecies par Charles Quint en 1543.

Cimetière à Landrecies
Le cimetière militaire britannique de Landrecies, où reposent
151 soldats britanniques tombés pendant la Guerre 1914-1918.
Le siège de Landrecies en 1530.
Le siège de Landrecies en 1530 ( Musée du Génie )

Le plan relief de Landrecies.
Le plan relief de Landrecies. http://alain.tairnaite.free.fr

Les musées de Landrecies


Statue de Dupleix à Landrecies
Statue de Joseph-François Dupleix réalisée par Léon Fagel en 1888

Musée Ernest Amas

Musée Amas à Landrecies
Portrait de Madame Delsaux par Ernest Amas
Pierre noire, craie, gouache sur vergé beige pâle.

Ernest Amas naquit à Landrecies ( hameau "le Sambreton") le 1er janvier 1869. La même année, au Cateau-Cambrésis à moins de quinze kilomètres de là, naissait un certain Matisse. Les deux hommes étudient la peinture et le dessin au Cateau-Cambrésis, puis à Lille où il obtient le deuxième prix de peinture. A Paris, Ernest Amas fréquente l'académie Julian et les ateliers de Bouguereau et d'Olivier Merson. Il entre ensuite à l'École supérieure des beaux-arts et devient l'élève de Gustave Moreau (1826-1898). L'Ecole lui accorde une loge personnelle pour l'aider à préparer le concours artistique de Rome. Il échouera, mais obtiendra le prix Chenavard en 1900 avec le tableau "Adam et Ève découvrant le corps d'Abel". Après la guerre, il poursuit sa carrière de portraitiste dans la capitale. Devenu sociétaire du Salon des artistes français, il se voit décerner en 1921 le prix Rosa-Bonheur pour "Le Repos". Malgré son succès, Ernest Amas n'oublie pas Landrecies, sa ville natale. C'est là qu'il retournera finir ses jours. Retiré dans sa demeure du Sambreton, il se contentera dès lors d'une modeste activité de peintre animalier pour une clientèle locale . Il s'éteindra en 1959.

Musée Joseph-François Dupleix

Joseph-François Dupleix baptisé à Landrecies le 1er janvier 1697, embarque à Lorient le 24 juin 1721 à destination de l'Inde où il restera jusqu'au 15 mai 1754. De simple employé de la Compagnies des Indes Orientales, Dupleix deviendra Directeur à Chandernagor puis Gouverneur pour le Roi de la compagnie à Pondichéry, de 1743 à 1754. C'est là qu'il donnera la pleine mesure de son sens des affaires et de ses qualités d'homme. Respecté en Inde mais discrédité en France, Joseph-François Dupleix rentre en 1754 à Paris et meurt en disgrâce le 11 novembre 1763, quelque mois après le traité de Paris. La statue de Joseph-François Dupleix gouverneur de l'Inde française et située face à la mairie de Landrecies, est l'œuvre du sculpteur valenciennois Léon Fagel. Bronze de 3,60 mètres réalisé en 1888. Financée par souscription nationale, la statue est exposée à Paris, avant d'être inaugurée à Landrecies en 1888. Le piédestal en pierre d'Ecaussinnes est orné de bas-reliefs en bronze qui représentent Dupleix et son épouse, pendant le siège de Pondichèry, soignant les blessés, et Dupleix recevant les hommages des chefs de l'Hindoustan tandis qu'un représentant du grand Moghol lui remet le commandement d'une province. Sa statue le campe alors qu'il est censé prendre possession de l'Hindoustan. De la main droite il indique le sol de l'Inde et, de la gauche, il y plante le drapeau français. Il est vêtu du costume de marquis et arbore le grand cordon de l'ordre de Saint-Louis.

Musée des Minéraux et des Fossiles

Musée des fossiles et des minéraux à Landrecies

Salle Paul Boussemart.
Paul Boussemart, donateur de la collection, est né à Hem en 1926. Il passe son enfance à Landrecies de 1936 à 1943. Élève au collège Notre Dame de l'Assomption de Bavay, il se passionne pour les minéraux et les fossiles sous la conduite du directeur, le chanoine Biévelet, créateur des fouilles de Bavay. Pendant la guerre, la famille se réfugie dans le Poitou. Paul Boussemart y poursuit ses recherches. En 1953, sa carrière professionnelle l'amène en Bretagne, comme professeur de collège agricole puis, en Haute Marne et adhère à trois clubs géologiques. Il est élu maire de Dommarien et le restera pendant dix huit ans. En 1988, il reçoit la médaille d'officier du Mérite Agricole. En plus de 60 ans d'exploration dans les Charentes, la Loire Atlantique, la Bretagne, la Haute Marne, la Bourgogne, les Vosges et l'Alsace, Paul Boussemart a rassemblé une collection complète de fossiles, minerais, pierres rares, silex taillés, tibia d'animal préhistorique, etc...
Salle Jules Gosselet.
En 1865, la faculté des Sciences de Lille accueille un nouveau professeur, Jules Gosselet (1832-1916). Sa famille est installée à Landrecies depuis 1815. Après le baccalauréat, il part à Paris pour préparer une licence de sciences. Il rencontre le professeur Constant Prévost, géologue de renommée internationale qui lui propose de travailler dans son laboratoire. Ses recherches sur le terrain lui font renouveler les données sur la géologie régionale. Il crée l'école de géologie de Lille, publie la carte géologique du Nord, inaugure en 1892 l'institut des sciences naturelles. Il installe en 1902 les musées de géologie et de minéralogie et le musée houiller en 1907. Élu dès 1894, doyen de la faculté des sciences, après une carrière universitaire brillante, il décède en 1916. Son corps repose au cimetière de Landrecies.


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies