Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Éclaibes, village de l'Avesnois

Habitants : Éclaibois, Éclaiboises
Code postal : 59330
Nb d'habitants en 2012 : 283
Superficie : 4,89 km2

Mairie d'Éclaibes : 2, chemin Margot

Horaires d'ouverture :
Mardi : de 16h30 à 18h30
Vendredi : de 18h30 à 20h00

Tél : 03 27 67 83 21

Mail : mairie.eclaibes@orange.fr

Site de la mairie d'Éclaibes : commune-eclaibes.fr

Localisation sur carte du patrimoine d'Éclaibes : Ici
Blason d'Eclaibes

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1836 (textes numérisés)
Eclaibes, noms anciens : Scarbes, 1162, acte de Nicolas, évêque de Cambrai, Miroeus III, 342. - Esclaibes, 1167, Cart. de l'abb. de Liessies. - Esclèbes, 1186, J. de G., ann. du Hain. XII, 339. - Esclabes, 1251, Cart. de l'abb. d'Alne. - Sclairbes, 1265, 1er cart. du Hainaut. - Sclerbes, 1265, id. - Sclaibes, 1265, id. - Esclebbes , J. de G., manusc. de Valenciennes. - Eclaibe, 1556, ancienne pierre du château du lieu. - Esclaibes, 1782, Inscription de la cloche.
Monuments : De l'ancien château-fort édifié peut-être avant 1200, et reconstruit vers le milieu du XVIe siècle, il ne reste plus que les fossés larges et profonds, les murs élevés et percés de meurtrières de l'enceinte, et une portion notable de l'une des quatre grosses tours qui le défendaient.
Église construite en 1568 et 1569.
Faits historiques : La terre d'Eclaibes servit jadis d'apanage à un cadet de la maison de Chièvres sortie de Gérard de Roussillon, qui fut duc de Bourgogne sous le règne de Charles-le-Chauve.
Autel donné, en 1162, par Guillaume de Dompierre, à l'abbaye de Liessies.
Paroisse du décanat de Maubeuge, en 1186, administrée dans la suite par le curé de Floursies, puis, plus tard, par celui de Limont-Fontaine.
Le 12 octobre 1256, Gérard de Sclairbes (d'Esclaibes) et plusieurs autres chevaliers, se constituèrent cautions pour Jean et Bauduin d'Avesnes, de l'observation d'un traité qu'avaient fait ceux-ci avec Marguerite, comtesse de Flandre, le comte Guy et Jean de Dampierre, ses enfans.
Les gens du comte de Hainaut avaient arrêté, en 1282, un homme dans le fief et même dans la maison de Gérard d'Esclaibes, vassal de Pierre, fils du roi de France, comte d'Alençon et de Blois, et seigneur d'Avesnes. Ce dernier réclama contre cette violation de privilège, et, par un accord fait au mois de mai de la même année, il fut convenu, entre lui et le comte de Hainaut, que cette arrestation ne pourrait préjudicier pour l'avenir à l'une ni à l'autre des deux parties.
Au moyen-âge, le château était une véritable forteresse. Louis XI y séjourna en 1477. Vers le milieu du XVIe siècle, le seigneur Jean III le fit presqu'entièrement reconstruire à la turquesque, par amour pour la fille de Mulay-Assan, bey de Tunis, qu'il avait enlevée et épousée sous le nom de Catherine de Gaussy.
Charles III de Croy le fit réparer au commencement du XVIIe siècle.
Plusieurs fois assiégé et pris pendant les guerres de Henri II, Louis XIII et Louis XIV.
Il a été démoli en 1818; il n'en reste plus aujourd'hui que les murs délabrés de l'enceinte, les fondemens de l'habitation et de trois tours, une quatrième encore debout, deux ponts, où sont les poulies qui ont servi aux ponts-levis.
On y voit deux inscriptions, dont l'une porte la date de 1549 et l'autre celle de 1556.
Les Français y installèrent leur quartier-général toutes les fois qu'ils investirent Maubeuge.
Seigneurie : Terre éclissée de la pairie d'Avesnes lors du partage des possessions de Wedric-le-Sor entre ses enfants. Elle échut, avec Chièvres, Le Sart, etc., à Guy, souche de la noble famille d'Eclaibes, qui posséda cette seigneurie jusqu'en 1591, époque où Philippe de Croy, seigneur suzerain, la revendiqua, par droit de bâtardise ; elle fut alors réunie au comté de Beaumont. En 1706, elle passa , avec la pairie d'Avesnes, dans la famille d'Orléans, qui la conserva jusqu'à la révolution.
Personnages remarquables : Dumées Antoine François Joseph (1722 - 1765), jurisconsulte distingué, qui a rédigé et commenté la Coutume du Hainaut, est né à Eclaibes.
La population d'Eclaibes est de 276 habitans, dont 24 indigens et 4 mendians.
Le territoire d'Éclaibes comprend 485 hectares ainsi divisés : 240 en labours, 61 en prés, 2 en vergers, 143 en bois, 2 en fonds de batimens, 16 en routes et chemins, 1 en cours d'eau et 20 en terrains incultes.
On y cultive le froment, le méteil, l'épeautre, le seigle, le scourgeon, l'orge, l'avoine, les féveroles, les pois, les vesces et les pommes de terre. Ses productions principales sont le froment et l'épeautre.
Il existe en ce village deux moulins à farine et une briqueterie.
Hameaux et lieux dits : Le Château. L'Étang. Le Grand et le Petit Moulin. La Belle Hôtesse. La Fâche de la Garenne. Les Bois d'Eclaibes et du Temple. Les Prés de Serry et de la Fontaine. L'église d'Eclaibes.

Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Le château d'Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Voir en grand format
Eglise d'Eclaibes.
Le chevet.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Le chemin de croix.
Un des tableaux du chemin de croix.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. La nef.
La nef.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Piéta.
Piéta.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Saint.


Eglise St Etienne d'Eclaibes. blason.
1592, date probable d'une modification de l'église.

Chemin du château à Eclaibes.
Le chemin du château.

Le calvaire d'Eclaibes.
Le calvaire, chemin de Bachant.
N50.202327 E3.928418
Chapelle funéraire à Eclaibes.
Chapelle funéraire. D307
N50.206740 E3.928741
Eclaibes, chapelle sur la RN2
Chapelle dédiée à ND de Walcourt. RN2
N50.197295 E3.950505
Oratoire à Eclaibes.
Oratoire de 1779 dédié ND de Bon Secours
Sur la D307. N50.203245 E3.936004

Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Voir en grand format
Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Autre vue d'Eclaibes sur les albums de Croÿ.
Voir en grand format
Eglise d'Eclaibes
Eglise St Etienne à Eclaibes.

La date la plus ancienne connue de sa construction serait de 1568-69. En 1162, Nicolas, évêque de chapitre métropolitain de Cambrai concéda les deux autels de Floursies et Eclaibes à l’abbaye de Liessies. Leur érection devait sans doute être récente. Il est probable qu’une partie du mur nord de la nef avec la petite baie romane bouchée date de cette période d’effervescence de la construction religieuse qu’étaient la fin du XIIème et le début du XIIIème dans la région de l’Escaut et de la Sambre. Les albums de Croy offrent la première représentation du bâtiment en 1600 et le premier document patent sur l’architecture de l’église. Sur la miniature, l’église comprend deux parties distinctes : un vaisseau surmonté d’une flèche à quatre pans dans l’oeuvre suivi d’un choeur rectangulaire plus étroit. La nef est percée de trois baies sur le coté sud et une baie axiale sur le pignon ouest. Un léger décochement dans la pente des toitures en bâtière laisse présager la présence de coyaux. Au XVIIème siècle, Eclaibes connaît un petit développement rural lié certainement à l’installation de la famille de Croy, aux développements des travaux du château et à l’amélioration des techniques agricoles. Les échevins et le seigneur s’efforcent de figer dans la pierre leur puissance et leur autonomie par rapport à la puissante abbaye de Liessies notamment vers 1628 pour des travaux portant sur le choeur. S’ensuit dans la seconde moitié du XIXème siècle, le laborieux projet d’agrandissement et de modernisation de l’église voulu par le Conseil Municipal et la population. Après plusieurs différents avec l’architecte missionné, l’église est agrandie d’une travée vers l’ouest avec un nouveau pignon. Les travaux sont terminés en décembre 1890.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. le choeur.
Le choeur et sa voûte en pierre bleue et brique.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Les fonts baptismaux.
Les fonts baptismaux.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. St Roch.
St Roch.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Voûte en bois.
La voûte en bois du début XVIIème a été conservée dans le transept.

Eglise St Etienne d'Eclaibes. Pierre tombale.
Pierre tombale d'un concierge du château datée 1693

Mairie d'Eclaibes.
La mairie d'Eclaibes.

Monument aux Morts d'Eclaibes.
Monument aux Morts d'Eclaibes.

Le pont restauré d'Eclaibes.
Le pont restauré, chemin du château.

Abreuvoir à Eclaibes.
Abreuvoir situé rue de Beaufort.

Niche en pierre bleue à eclaibes
Niche en pierre bleue, rue de l'Abreuvoir.
N50.202669 E3.933198
Oratoire à Eclaibes.
Cette niche de 1838, dédiée à Catherine d’Alexandrie est insérée dans le mur du moulin situé sur la D307. Catherine a été suppliciée sur une roue garnie de lames et elle est devenue la patronne des meuniers. N50.205175 E3.931100
Oratoire à Eclaibes.
Notre Dame de Lourdes. Cet oratoire se situe chemin Margot.
N50.199853 E3.933734
Il y a un oratoire de 1900 dédié à St Joseph dans une propriété privée face à l'ancien moulin.
Il est assez imposant mais n'a plus de grille. A l'origine, il appartenait à la famille Bruno de Sars Poteries.
Il est à Eclaibes depuis 1920.

Le château d'Eclaibes.
Le château d'Eclaibes.

Des seigneurs portant le nom du lieu ont possédé le château jusqu'en 1591, date à laquelle Charles d'Eclaibes vendit le fief au seigneur de Fosteau. Le bien passa ensuite à Charles de Croy, prince de Chimay; au XVIIIe siècle, il appartint à Philippe d'Alsace, Comte de Boussu, et ensuite à la maison d'Orléans. Avant la Révolution, le château fut vendu aux Cuisset dont l'actuel propriétaire est un descendant. Le Château a été bâti sur un affleurement de roches primaires dures; les blocs extraits pour creuser les douves ont servi à sa construction. Le château du XIIe siècle, dont il reste une partie des murs de courtine et les bases de deux tours, devait à l'origine en posséder quatre, cette enceinte devait enfermer le logis, la salle d'audience, la chapelle et des bâtiments de services. Au XVIIIe siècle, l'enceinte intérieure fut abandonnée : on exploita l'espace compris entre celle-ci et le mur nord et l'on construisit les granges et autres bâtiments qui sont ceux de l'actuelle ferme. On accède aujourd'hui par la porte Est. A droite s'étend le bâtiment de la ferme dont la toiture a été refaite récemment. Le rez-de-chaussée de la tour de la Sorcière est couvert par une coupole, sa cheminée a subi une restauration à l'époque moderne, c'était probablement là que se trouvait la cuisine. Dans la tour de la Prison, une salle subsiste au-dessus du niveau du sol, sa cave en pierre est couverte d'une voûte en forme de coquille de moule.

Armoiries des seigneurs d'Eclaibes
Les armoiries des seigneurs d'Eclaibes.

Le château d'Eclaibes, la tour de la sorcière.

Château d'Eclaibes


Château d'Eclaibes
La tour de la sorcière.

Le château d'Eclaibes.
On peut lire sur le linteau : "Ian signevr declaibe chevalier"

Le château d'Eclaibes.
L'entrée du château coté pont-levis.

Le château d'Eclaibes.
Les ruines du mur de courtine.

Le château d'Eclaibes.
Les douves du château d'Eclaibes.

Moulin seigneurial d'Eclaibes, moulin à farine François Dewez, puis Rebeau, puis Herbecq, puis Collet-Herbecq et Deharveng dit grand moulin d'Eclaibes, actuellement maison
Situé au confluent du ruisseau du Moulin et de celui des Cligneux, ce moulin était à l'origine le moulin banal de la seigneurie d'Eclaibes, comme en témoigne une pierre employée en soubassement et datée 1553. Moulin à farine et épeautre, il fut reconstruit en 1790 pour M. François Dewez (ADN L5736). Il comprenait à l'origine deux tournants. Il apparaît sur un plan de 1836 sous l'appellation moulin à farine Rebeau. Il subit alors un remaniement comme en témoigne l'aménagement d'un oratoire en façade daté 1838. C'est sans doute alors que le logement et l'atelier de fabrication sont agrandis et surélevés. Le moulin a été à nouveau surélevé en brique à la fin du 19e siècle. Au cadastre de 1845, le moulin figure sous l'appellation de moulin Herbecq.
Cette famille était également propriétaire du Petit Moulin d'Eclaibes et de la ferme située 10 rue de l'Abreuvoir, où le grain à moudre était entreposé. En 1897, les propriétaires en sont MM. Collet-Herbecq et Deharveng. Les roues à aubes ont été retirées par le propriétaire actuel vers 1990. Restent en place aujourd'hui les systèmes de transmission et les meules.
L'ensemble est composé, du nord au sud, du logement du meunier, du moulin et d'un vaste entrepôt agricole, formant un quadrilatère d'environ 65 m de long pour une largeur maximale, au niveau du moulin, de 14 m. Les murs sont en moellon de calcaire marbrier. L'encadrement des baies est en pierre de taille et brique, disposées en alternance. Le logement comporte un étage de soubassement, sur la cour, occupé en partie par un entrepôt et surmonté d'un demi-niveau d'habitation. Le moulin, ainsi que le vaste bâtiment rural qui le prolonge, ont été réaménagés et surélevés en 1838. Les charpentes sont en bois, les toits à longs pans couverts de matériau synthétique, exception faite du moulin, couvert d'un long pan à croupe et du bâtiment rural, de tuile flamande mécanique.

Moulin d'Eclaibes
Vue de l'élévation antérieure.

Moulin d'Eclaibes
Vue de l'élévation postérieure.

Moulin d'Eclaibes
Vue du mécanisme : le rouet.

Vannes du moulin d'Eclaibes
Ci dessus et ci dessous les anciennes vannes du moulin.

Vannes du moulin d'Eclaibes

Sous l'Ancien Régime, le Petit Moulin est propriété du duc d'Orléans, futur Philippe-Egalité. Après la Révolution, à une date inconnue, il est acheté par la famille Herbecq (Auguste Herbecq en est propriétaire en 1847). Cette famille possède également à Eclaibes le Grand Moulin et la ferme située 10 rue de Beaufort, construite en 1862, où le grain à moudre était entreposé. Cette double propriété permet la régulation du cours du ruisseau en fonction de l'intérêt de l'exploitation des moulins.

Le moulin est constitué de trois volumes mitoyens. Le plus important a été édifié en deux étapes : le rez-de-chaussée et l'étage de soubassement datent de la seconde moitié du 18e siècle. Celui-ci abritait le système hydraulique, entièrement disparu aujourd'hui. Ce bâtiment a été surélevé d'un étage au début du 19e siècle. Les deux autres volumes, en rez-de-chaussée, ont été érigés à la fin du 19e siècle et ont abrité l'Auberge du Petit Moulin qui accueillait les pêcheurs jusque dans les années 1990. Sur les cadastres de 1810 et 1845 est visible un édicule situé à l'ouest et dont il ne reste plus de traces. Le moulin est aujourd'hui désaffecté. Une importante digue maçonnée contient les eaux d'un vaste étang qui se prolonge au sud, vers le Bois du Temple. 


Petit moulin à Eclaibes
Moulin à farine dit "Le petit Moulin", ruelle du Boulon

Vue aérienne d'Eclaibes
Le village d'Eclaibes vu du ciel. La photo en grand format.

Faire connaître la page consacrée au village d'Eclaibes via Facebook.


Une des branches de l'aqueduc romain Floursies Bavay passait à Eclaibes : son Histoire.

Sources : Culture.gouv, Fondation Patrimoine
"Albums de Croÿ, Tome IX, Comté de Hainaut VI, Tome II, Propriétés des Croÿ, Editions du Crédit Communal de Belgique"

Pascal Méresse, Annick Pecqueur Ducrocq, Claudie Péan, Jacques Lamquet et Jean Pierre Marion
ont contribué à la réalisation de cette page.

*Haut de page*


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies