Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Aulnoye Aymeries, commune de l'Avesnois

Habitants : Aulnésiens, Aulnésienes
Code postal : 59620
Nb d'habitants en 2011 : 8692
Superficie : 8,66 km2

Mairie d'Aulnoye Aymeries : Place du Doc. Guersant

Horaires d'ouverture :
Lundi au vendredi : 8h30 à 12h15 / 13h15 à 17h15
Samedi : 10h à 12h uniquement pour la permanence

Tél : 03 27 53 63 73
Fax : 03 27 53 63 83

Mail : contact@aulnoye-aymeries.fr

Site de la mairie d'Aulnoye Aymeries :
http://aulnoye-aymeries.fr


Syndicat d'initiative : si-aulnoye-aymeries.fr
blason d'Aulnoye Aymeries
Localisation sur carte du patrimoine d'Aulnoye Aymeries : Ici

(Aulnoye Aymeries depuis 1953)
Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1836 (textes numérisés)
AULNOYE :
Noms anciens : Alnetum, 1135, titre de Saint-Aubert, Le Carp. pr. Il, 82. - Aunoye , 1305. - Aulnois, 1316, arch. de Wallincourt, Le Carp. pr. II, 43. - Alnetum , 1414, titre de l'abbaye d'Anchin. -Ausnoit-lez-Berlmaiont, 1740. - Aunoy. - Aulnoy. - Aulnoye, documents divers. Monuments : Le château-fort des seigneurs de Berlaimont existait sur le territoire d'Aulnoye ; il n'en reste plus que des souterrains et des débris de fortifications, au milieu d'une prairie. Faits historiques : Une bulle de 1414 ratifia et confirma à l'abbaye d'Anchin les droits de juridiction qu'elle avait sur Aulnoye.  L'église a toujours été, comme aujourd'hui, une dépendance de la paroisse d'Aymeries. Cette commune était comprise dans la prévôté de Maubeuge. Des sondages, pour la découverte de la houille, y ont été pratiqués, sans succès, en 1823, par une compagnie anglaise. La population d'Aulnoye est de 165 habitans, dont 13 indigens et 1 mendiant. La superficie de son territoire est de 437 hectares, dont 303 en terres labourables, 117 en prés, 2 en vergers, 1 en contenance des propriétés bâties, 8 en routes, chemins, et 6 en rivières et ruisseaux. On y cultive le blé, le seigle, l'épeautre, l'orge, l'avoine, les vesces et les pommes de terre. La culture principale est le blé et l'épeautre. Il se fait dans cette commune un commerce assez considérable de beurre et de fromage. Il existe à Aulnoye 2 moulins à blé, mus l'un par le vent, l'autre par l'eau. Hameaux et lieux dits : Mécrimont. La Fâche de Campin. L'ancien château de Berlaimont. La Station.
AYMERIES :
Noms anciens : Haimeries, 1088, Lettre de Gérard, évêque de Cambrai, Miroeus, III, 307. - Ameries, 1100, Titre de l'abbaye d'Anchin. - Aismery, 1169 , Titre de l'abbaye d'Honnecourt, Le Carp. pr. II, 84. - Emmeries, 1186, Titre de l'abbaye d'Anchin. - Aymeries, J. de G., Ann. du Hain., XII, 339. - Aimeries, 1201, Titre de Saint-Aubert, Le Carp., pr. II, 24. - Ameries, 1323, 3e cart. du Hainaut. - Emeries, 1349, Pouillé du diocèse de Cambrai. - Esmeries, 1483, Titre de Saint-Aubert, Le Carp. pr. II, p. 65.
Monuments : Château-fort des seigneurs d'Aymeries construit au moyen-âge, transformé en 1695, en une maison de campagne qui fut démolie pendant la révolution de 1789. Prieuré fondé en 1088, converti en exploitation rurale.
Eglise bâtie en 1600 et réparée en 1765.
Faits historiques : En 1088, Ermengarde, pieuse dame de Mons, fonda, dans cette localité, un prieuré pour l'abbaye d'Anchin, alors dirigée par l'abbé Haimeric. Cette maison appartint à ce monastère jusqu'à la révolution et fut alors vendue comme domaine national.
L'église formait, en 1186, une paroisse du décanat d'Avesnes. Elle a toujours eu pour annexe celle d'Aulnoye.
La Terre d'Aymeries qui, en 1177, appartenait à Béatrix de Boussu, qui la tenait de son mari Gosuin de Mons, l'un des fils d'Ermengarde, échut, dans la suite, à Jean, roi de Bohême et de Pologne, et comte de Luxembourg, qui par lettres du 4 mars 1321, reconnaît avoir fait serment de fidélité à Guillaume, comte de Hainaut, pour le châtel d'Aymeries et autres terres qu'il avait en Hainaut. Le même souverain vendit ces terres, en 1334, au dit comte de Hainaut.
En 1407, elle passa à Louis, duc d'Anjou, roi de Jérusalem, puis, en 1430, à son fils René, duc de Lorraine et de Bar.
Cette terre relevait alors du duc de Bourgogne, en sa qualité d'avoué et de gouverneur du Hainaut.
René, voulant récompenser les bons services que lui avait rendus son chancelier Nicolas de Rollin, lui abandonna les produits de ladite terre, que celui-ci acheta bientôt après, et qu'il releva du duc de Bourgogne, en 1434, en présence de plusieurs hommes de fiefs. Celui-ci la céda au chancelier Nicolas Rolin. Elle appartint ensuite successivement aux familles d'Espinac, de Sainte-Colombe, de Lestang, de Rocca, de Bady et enfin de Sainte-Aldegonde.
Le château de ce lieu existait au XIVe siécle (Saint-Génois). Louis de Rollin, seigneur d'Aymeries, fonda en 1507, à Berlaimont, un couvent de filles hospitalières, dans lequel les malades du lieu étaient admis avec ceux de Berlaimont. En 1543, pendant la guerre de François 1er contre Charles Quint, le Dauphin, commandant une partie de l'armée, s'empara du lieu, dont il fit démolir le château.
Aymeries fut pris et le château à nouveau rasé, en 1643, après la bataille de Rocroy, par le duc d'Enghien, commandant l'armée française des Pays-Bas; la France était alors en guerre avec l'Espagne.
Sur ses ruines, en 1695, furent élevés de nouveaux bâtiments qui conservèrent le nom de Château.
Pendant la durée des camps de plaisance établis dans les environs, de 1753 à 1755, ils servirent de quartier-général aux grands seigneurs de la cour de France.
Turenne, décampé de Rumigny en 1657, passa la Sambre à Aymeries pour aller assiéger St.-Venant.
Les registres de l'état-civil existant dans les archives de cette commune ne remontent qu'à 1743.
Le village a une population de 202 habitans, dont 10 indigens et 2 mendians.
Son territoire contient 414 hectares, dont 232 en terres labourables, 154 en prés, 3 en vergers, 2 en terrains incultes, 2 en superficie des propriétés bâties, 14 en routes, chemins, et 7 en rivières et ruisseaux.
On y cultive le froment, le seigle, l'orge, l'épeautre, l'avoine, les vesces, les fèves, les pois, le trèfle, etc. La vallée de la Sambre renferme une étendue assez considérable de prairies, dans lesquelles on élève des bestiaux, soit pour la fabrication des fromages, soit pour être livrés au commerce. La culture principale de cette commune est le blé.
Le seul établissement industriel qu'on trouve à Aymeries est un moulin à blé.
Hameaux et lieux dits : Les fermes d'Hurtebise et de la Bassecour. La Fâche de la Chapelle. Les prairies de Bruille.

Monument aux Morts d'Aulnoye Aymeries.
Monument aux Morts d'Aulnoye Aymeries inauguré en 1922.
Réalisé par la Sté granitière du Nord Gaudier-Rembaux, d'Aulnoye.
Mémorial anglais à Aulnoye-Aymeries.
Mémorial anglais 14/18.
Rue Parmentier. N50.201493 E3.838632
Lycée Jeanne d'Arc à Aulnoye Aymeries
Le Lycée Jeanne d'Arc.
Lycée des Métiers de l'Hotellerie et de la Restauration.

Le pensionnat a été construit par l'architecte Fernand Dumont en 1941. Cet édifice formait un ensemble avec l'école et l'église paroissiale du Sacré Coeur (IA59001865) construite par le même architecte en 1937. L'église a été détruite en 1986.
L'édifice est situé dans la rue principale d'Aulnoye Aymeries, à proximité de l'hôtel de ville, légèrement en retrait par rapport à la rue. L'école est de plan carré ; la chapelle est située perpendiculairement à l'aile sud. L'escalier mène à l'entrée, située légèrement en retrait, formant un portique avec deux colonnes engagées. L'aile nord, en rez-de-chaussée couvert d'un toit terrasse, abrite les bureaux, éclairés par des baies en plein cintre donnant sur la rue. Les pignons des ailes est et ouest sont traités en façade-pignon soulignée par des jambes de raidissement en béton armé de style art déco. Un bas-relief aux armes de Jeanne d'Arc décore le pignon Est. Les ailes est, ouest et sud s'élèvent sur quatre niveaux : les salles de classe sont réparties sur les trois premiers niveaux et les chambres des pensionnaires sont situées dans les combles. L'ensemble est en brique. Les pans des toitures sont en tuiles et les brisis en ardoise. L'existence de la chapelle est mise en évidence par sa façade en ressaut au centre de l'élévation sur cour de l'aile sud. La chapelle est couverte d'une fausse voûte d'ogives. Elle est éclairée par deux panneaux de lancettes aux formes art-déco que l'architecte a utilisés pour l'église voisine du Sacré Coeur et dans un projet pour l'église Saint-Saulve de Leval en 1955. Seul le vitrail situé à l'ouest est conservé et représente le sacre de Charles VII à Reims. Il n'est pas signé.

Lycée Professionnel Pierre et Marie Curie à Aulnoye Aymeries
Lycée Professionnel Pierre et Marie Curie (2011)

Collège Félix Del Marle à Aulnoye Aymeries
Collège Félix Del Marle, rue Henri Barbusse

Salle Auguste Delaune à Aulnoye Aymeries
La salle Auguste Delaune rénovée en 2004.

Salon des Saveurs à Aulnoye Aymeries
Le rendez-vous des saveurs.

Le rendez-vous des saveurs et du tourisme en Avesnois est une manifestation organisée par le Lycée Jeanne d'Arc et le syndicat d'initiative d'Aulnoye Aymeries.
Cet événement s'inscrit dans une démarche globale de développement s'appuyant sur la filière de la gastronomie et du tourisme de Sambre Avesnois. Quelques Chiffres : en 2000 : 900 visiteurs ... en 2013 : plus de 18000 visiteurs.


Aulnoye Aymeries sur les albums de Croÿ.
L'ancien château et le prieuré d'Aymeries sur les albums de Croÿ.

Hôtel de ville d'Aulnoye Aymeries
L'hôtel de Ville d’Aulnoye Aymeries.

Hôtel de Ville : Le conseil municipal donne un avis favorable à la construction d'un nouvel hôtel de ville le 24 avril 1927 et valide les plans des architectes Joseph Ségers et Albert Rouzé, datés de mars 1927. La commission des bâtiments civils critique la faible épaisseur des murs de façade, le manque d'éclairage et de ventilation de certaines pièces, et surtout le beffroi qui n'est pas en harmonie avec l'ensemble. Des modifications de toiture et un autre projet de beffroi (belvédère) sont proposés et validés. Néanmoins, il semble que les moyens n'ont pas été suffisants : l'édifice n'a pas la profondeur ni la toiture prévues. Le conseil municipal délibère pour les travaux de décor en 1929 : la ferronnerie est confiée à M. Alexandre et la décoration intérieure (moulurations) à M. Steyaert. L'horloge, fournie par Henry-Lepaute, est installée en 1934. La création de la rue, l'alignement et le classement de la place où a été construit l'hôtel de ville sont dus à l'ingénieur municipal Dubus en 1934. Restauré en 2000, l'hôtel de ville d'Aulnoye Aymeries sert aujourd'hui principalement aux fêtes et réceptions.

Mairie  d’Aulnoye-Aymeries.
Mairie d’Aulnoye Aymeries.

En 1853, les cambrésiens refusent la ligne ferroviaire directe vers Paris, parce qu’elle mettait la capitale « le vice » à trois heures de Cambrai « la vertu ». Pareil pour Berlaimont, où l’on pensait que les locomotives pouvaient faire tourner le lait dans les pis des vaches ! Le train passa donc à Aulnoye, le 1er janvier 1858.
La voie vers Bruxelles est ouverte ; la vocation ferroviaire d’Aulnoye est ainsi née. Au début du siècle dernier, les mutations se confirment.
En 1907, la société métallurgique de Montbard crée une usine (étirage) et la compagnie des Chemins de fer français s’agrandit vers Bachant.
De 1900 à 1913, Aulnoye passe de 1 450 à 5 000 habitants.
A partir de 1953, Aulnoye fusionne avec Aymeries, la ville s’équipe: écoles, salles de sports, piscine, équipements culturels, logements…
Pendant ce temps l’usine de Montbard devient Vallourec. Dans les années 1970, près de 3 400 personnes travaillent dans cette entreprise. Mais la crise économique est passée par là. Pas moins de 5 000 emplois ont été perdus en 25 ans.
Parallèlement la ville doit faire face et entretenir son patrimoine.

Mémorial résistance à Aulnoye-Aymeries.
Monument dédié aux déportés et résistants d'Aulnoye Aymeries.

Mémorial Guersant à Aulnoye-Aymeries.
Mémorial Louis Guersant (ancien maire d'Aulnoye Aymeries)

Brasserie Carpentier à Aulnoye Aymeries

Histoire : La brasserie est fondée en 1851 par Adrien Carpentier ; elle porte le nom de Carpentier et fils en 1946. A cette date la production s'élevait à 10 000 hectolitres de bière de fermentation haute et la brasserie employait 2 ouvriers.
La fabrication aurait cessé en 1954. La brasserie est convertie en dépôt de boissons. Adresse : rue de l'Hôtel de Ville.

Le centre aquatique d'Aulnoye Aymeries
Le centre aquatique l'Aiguade avec ses 3 bassins, sa pataugeoire,
son toboggan et sa salle de fitness.
Piscine d'Aulnoye Aymeries


Salle Léo Ferré à Aulnoye Aymeries
Le théâtre Léo Ferré inauguré en novembre 1983.

Médiathèque d'Aulnoye Aymeries
La médiathèque d'Aulnoye Aymeries

Les Nuits Secrètes à Aulnoye Aymeries
Les Nuits Secrètes

Festival créé en 2002, sous le nom initial des Estivales et rebaptisé les Nuits Secrètes en 2003. L’audience du festival n’a cessé de croître depuis sa création, franchissant en 2007 le cap des 50 000 spectateurs pour 3 jours de programmation. Les Nuits secrètes se distinguent également par leurs parcours secrets, offrant au spectateur la possibilité de s’immerger de manière intimiste dans l’univers d’un artiste.

L'architecture à Aulnoye Aymeries

Construction en brique et béton à Aulnoye Aymeries

Aulnoye Aymeries, n'a pas échappé à la tendance architecturale du début du XXème siècle, où l'utilisation du béton et de la brique en plaquette affirme la volonté de modernité du constructeur.
Les pignons aux formes courbes aussi bien en plan comme en élévation, dégagement de grandes baies, offrant une grande luminosité dans les pièces de vie. La toiture mansardée reçoit également de grandes lucarnes disposées telles des bow-window.


Maison art décoà Aulnoye Aymeries

Habitations de composition Art-Déco situées principalement le long des rues datant de la fin du XIXème siècle, elles sont construites en brique. La volumétrie est remarquable ; toitures à croupettes sur pignons, toiture mansardée, arcs en plein cintre. L'utilisation du ciment pour consolider les linteaux apporte également la possibilité d'intervenir en polychromie sur la façade ; ainsi, le dessin de façade est organisé par des bandeaux et segments de ciment peint, contrastant avec le rouge de la brique.

Ancien four à chaux à Aulnoye Aymeries

Aux allures de château-fort avec ses créneaux, sa composition symétrique et ses ouvertures à arc en plein cintre, ce "fort" était un lieu de production de chaux. Il est situé au pied du nouveau pont. Ci dessous, la cimenterie probablement au début du 20 ème siècle.

GPS : N50.198529 E3.848080
Ancien four à chaux à Aulnoye Aymeries

D'un pont à l'autre

Ancien pont d'Aulnoye Aymeries

Le pont Albert Caquot appelé "Pont en ciment" par les habitants est un des premiers pont "bow-string" (arc à tirants) de France.
Construit en 1913 il sera démoli les 8 et 9 novembre 2008.

Nouveau pont d'Aulnoye Aymeries.

Pont d'Aulnoye Aymeries, vue aérienne

Sur la vue aérienne, l'ancien pont était encore en place. Les tabliers seront poussés au-dessus des voies les 14 et 21 juillet 2007 jours des fêtes nationales française et belge.

Pont d'Aulnoye Aymeries

Il aura fallu deux essais et les grues les plus puissantes d'Europe pour venir à bout de ce pont qui avait résisté aux deux conflits mondiaux.


Le chemin de halage le long de La Sambre à Aulnoye Aymeries.
Le chemin de halage le long de La Sambre à Aulnoye Aymeries.

Patrimoine religieux d'Aulnoye Aymeries.

Eglise st Martin à Aulnoye Aymeries
L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries.

L'église fût construite en 1908 par les paroissiens. La cloche date de 1909. En 1938, elle devient salle des fêtes lorsque l'église du Sacré Coeur devient opérationnelle. Elle redevient église en 1940 pendant les travaux après le bombardement et l'incendie du Sacré Coeur, puis redevient salle des fêtes en 1950. En 1975 la sécurité de l'église du Sacré Coeur oblige à la fermeture de celle-ci. Saint Martin redevient église. En 2006, l'église devient propriété communale. Après un an de travaux et la réfection complète de l'église, les paroissiens retrouvent leur église et son clocher moderne.

La Charité de saint Martin au presbytère d'Aulnoye Aymeries
Presbytère st Raphaël : La Charité de saint Martin

L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries. Vierge et l'enfant.
La Vierge et l'enfant.

Ancienne église du Sacré Coeur à Aulnoye Aymeries

L'ancienne église du Sacré Coeur démolie en 1986
Les archives du journal La Voix du Nord conservent des cartes postales de la maquette de l'église et de l'église en construction, en 1937. La maquette de l'architecte Fernand Dumont présente un clocher. Il semble que ni le clocher ni le décor intérieur n'aient été réalisés. En effet, la chronique diocésaine de La semaine religieuse du diocèse de Cambrai du 7 mai 1938 donne une description de l'extérieur de l'église en mentionne l'important décor de peinture qui doit encore être réalisé, qui ne le fut jamais.

Chapelle à Aulnoye Aymeries
Chapelle dédiée à Notre-Dame de l'Arche.
3 rue Parmentier. N50.200916 E3.839443
Chapelle à Aulnoye Aymeries.


Oratoire situé à Aymeries.
Oratoire situé à Aymeries. Rue Verte / Rue Wautier.
N50.213706 E3.834694
Oratoire à Aulnoye Aymeries.
Oratoire restauré ND du Rosaire, rue Mirabeau / rue de Bachant.
N50.208534 E3.836163
Eglise d'Aymeries à Aulnoye Aymeries.
L'église d'Aymeries, reconstruite en partie avec les matériaux de l'ancienne église du prieuré en 1764. N50.212094 E3.830221
 Fonts baptismaux de l'église d'Aymeries.
Les fonts baptismaux.

Pierre tombale dans l'église d' d'Aymeries.
Pierre tombale d'un ancien prieur, datée de 1742.

L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries, l'intérieur.
L'intérieur très épuré de l'église St Martin.

L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries, le bénitier.
Le bénitier.

L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries, les fonts baptismaux.
Les fonts baptismaux.

L'église Saint Martin à Aulnoye Aymeries. l'autel.
L'autel de l'église St Martin.

L'église Saint-Raphaël à Aulnoye Aymeries

L'église Saint-Raphaël est construite vers 1960 pour desservir une cité abritant des logements de cheminots, située à Aulnoye Aymeries. Sa construction est financée par l'archevêché de Cambrai et la paroisse. Le chantier est confié à l'architecte lillois Fernand Dumont vers 1960. L'église Saint-Raphaël est construite en brique. Elle bénéficie d'un vaste parvis qui l'isole de la chaussée. L'unique vaisseau est éclairé par une bande de fenêtres rectangulaires. Aucun clocher ne la signale. Seule une croix apposée en façade indique la fonction de l'édifice.

L'église Saint-Eloi à Aulnoye Aymeries

L'ancienne église Saint-Éloi vendue par le diocèse de Cambrai en 2011 abrite désormais des logements. Sa construction avait été financée par l’archevêché de Cambrai, le doyenné et la paroisse. Le chantier confié en 1960 à l’architecte audomarois Joseph Philippe, disciple du moine-architecte Dom Bellot, de l’abbaye de Wisques (Pas-de-Calais) s'était achevé en 1962.

Chapelle à Aulnoye Aymeries.
Chapelle située rue du Couvent
N50.205336 E3.826242
Croix de 1822 à Aulnoye Aymeries.
Croix de 1822, chemin du Noir Dieu.
N50.213196 E3.840605
Oratoire situé à Aymeries.
Oratoire dédié à St Ghislain situé rue Fénelon à Aymeries. (1898)
N50.212662 E3.835664
Autel et retable de l'église d'Aymeries.
L'autel et le retable

Pierre tombale dans l'église d' d'Aymeries.
La pierre de Rolin datée de 1497. (classée MH)

Banc de communion de l'église d'Aymeries.
Banc de communion de l'église d'Aymeries.

Chaire de l'église d'Aymeries.
La chaire.

Du coté d'Aymeries

La ferme du château à Aulnoye Aymeries
La ferme du château.

Ancienne pompe à eau à Aulnoye Aymeries.
Ancienne pompe à eau, rue d'en Bas.

Emblème de la République sur l'ancienne mairie d'Aymeries.
Emblème de la République sur l'ancienne mairie d'Aymeries.
Rue de Pont sur Sambre.

L'église d'Aymeries et l'ancienne ferme du prieuré à Aulnoye Aymeries
L'église d'Aymeries et l'ancienne ferme du prieuré

Chemin de halage à Aulnoye Aymeries
La "Véloroute" longe le marais d’Aymeries et emprunte le chemin de halage des rives de la Sambre.
Aulnoye Aymeries : motte féodale, les douves

Site classé comme "Motte féodale du 11ème siècle". On voit les anciennes douves toujours remplies d'eau, aussitôt après le pont.

Monument aux morts d'Aymeries.
Monument aux morts d'Aymeries.

Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies