Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Avesnes sur Helpe, commune de l'Avesnois

Habitants : Avesnois, Avesnoises
Code postal : 59440
Nb d'habitants en 2010 : 4976
Superficie : 2,24 km2

Mairie d'Avesnes sur Helpe : 13, Pl. du Gén. Leclerc
BP 208 59363 Avesnes-sur-Helpe Cedex

Horaires d'ouverture :
Du lundi au jeudi :
de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30
Le vendredi : de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00
Le samedi : de 10h00 à 12h00.

Tél : 03 27 56 57 58
Fax : 03 27 56 57 59

Site : avesnes-sur-helpe.com

Mail : accueil@avesnes-sur-helpe.fr
blason
Localisation sur carte du patrimoine d'Avesnes sur Helpe : Ici

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1836 (textes numérisés)
Avesnes sur Helpe, noms anciens : Avethnoe, 110. Le Carpentier, preuves II, 16; - Avesnes; 1174, charte de Jacques, seigneur d'Avesnes; - Avesnoe, 1201, Le Carp., preuves II, 23 ; - Avethnoe, 1220, chronique de Gilbert, 29, 91; - Avesnes, 1232, cartulaire d'Hautmont. - Avesne 1247, acte de Jean Ier Châtillon, seigneur d'Avesnes; - Avennoe, 1248, Miroeus I, 205; - Avesnoe, 1292, scel de Hugues Ier de Châtillon; - Avesnes, 1303, A. Du Chesne, preuves, 92; - Avesnes, 1473, St.-Génois, mon. anc, I, I; - Avènes, 1556, acte de cession de la ville par le duc d'Arschot au roi Philippe II ; - Advesnoe, grand scel communal ; - Advesnes, Advensnes, Aveshnes, doc. divers; - Avesnes.
Monuments militaires : Fortifications. Au commencement du XIIe siècle, selon Vinchant, Gossuin d'Oisy, seigneur d'Avesnes, fit entourer cette ville de murailles et y construisit une tour qui a porté le nom de Grosse ; en 1423, Olivier de Bretagne fit remettre ces murailles en état, les couronna d'un parapet et les flanqua de tours crénelées.
Avesnes ayant été prise d'assaut et rasée par Louis XI, en 1477, Gabriel d'Albret accorda au magistrat, en 1493, pour quatre années, un droit de maltotes sur les vins et bières, à charge d'en employer le produit à la réparation des ouvrages de la place ; mais ce ne fut que 60 ans après, en 1538, que les travaux furent terminés.
Philippe II, roi d'Espagne, après avoir obtenu Avesnes de Charles de Croy, augmenta ses moyens de défense, et enfin le maréchal de Vauban, après la réunion de cette ville à la France (1659), y ajouta de nombreux ouvrages.
Grande caserne. Bâtie sur la fin du XVIIe siècle.
Caserne du grand St. Esprit. Edifiée en 1689, au lieu dit la Sottière, entre l'arsenal et les pavillons.
Écurie du petit St. Esprit. Construite à la même époque que la grande caserne, elle comprenait aussi deux corps de bâtiments, dont l'un, détruit par un incendie en 1816, ne fut pas réédifié.
Une autre écurie, surmontée de logements, existait encore à l'extrémité de la rue Ste Croix; elle fut en partie détruite par l'explosion de la poudrière en 1815, et complètement démolie à la suite d'un incendie en 1849.
Pavillons : Les pavillons ont été bâtis en 1738 pour loger les officiers de la garnison.
Portes : Avesnes n'a aujourd'hui que deux portes ; elle en avait trois anciennement :
1° au nord, la porte de Mons qui a porté successivement les noms de porte d'Enghien, du Malvinage ou Mauvinage et de Fleurus. Elle fut reconstruite en 1628 et modifiée en 1829.
2° au sud, la porte de France, nommée d'abord porte des Demoiselles, puis porte de Paris.
3° à l'ouest, la porte Cambrésienne, fermée depuis longtemps. Quoique réparée en 1573, elle était déjà condamnée depuis de longues années en 1669.
Les magasins à poudre, l'arsenal ainsi que la manutention militaire, élevée sur remplacement de l'église du couvent des Récollets, sont d'une construction toute moderne.
Monuments civils : Hôtel de Ville. Il fut réédifié en 1757. Sa façade en pierres bleues, ornée d'un gracieux perron, fait l'ornement de la place d'armes.
Palais-de-Justice : Édifice moderne construit en 1827 sur l'emplacement de l'ancien château. Son péristyle rappelle l'architecture des temples grecs.
Maison d'arrêt et gendarmerie : Grand bâtiment, à peine achevé en 1863. Il a été construit sur les terrains de l'ancienne prison rebâtie en 1809.
Collége : Les bâtiments du collége faisaient partie du couvent des Récollets. Devenus domaines nationaux à la révolution, ils furent, vers 1810, cédés à la ville, avec l'obligation formelle de les consacrer à un établissement d'instruction secondaire.
Salle de spectacle : Bâtie en 1806, sur la place du grand-quartier, par un riche propriétaire, M.Vanverwick, maire dela ville, elle ne devint propriété communale que plus de vingt années après. Petite, mais d'une coupe élégante, elle a été élevée d'après les plans de M. Janson, architecte du roi.
Hôpital : Fondé dans des temps très éloignés, il avait sa dotation particulière qui s'accrut, sur la fin du XVIIe siècle, des biens de la maladrerie d'Avesnes, devenue sans utilité. Épargné lors du siége de Louis XI, en 1477, quelques années plus tard, il fut brûlé et saccagé par les Français. Il a été reconstruit et agrandi, pièce à pièce, à différentes époques. Les bâtiments les plus anciens sont la chapelle, qui date du XVIIe siècle, et le quartier affecté à l'hôpital militaire. En 1790, il comprenait encore deux bâtiments parallèles bordant la rivière, un de chaque côté, et se communiquant au moyen d'un pont en bois.
Monuments religieux : Pendant le moyen-âge, Avesnes renfermait dans ses murs un grand nombre d'édifices religieux. Tous ont disparu à l'exception de l'église paroissiale et de la chapelle de l'hôpital.
Eglise paroissiale. Selon J. de Guise, Thierry, troisième seigneur du lieu, remplaça, vers la fin du XIe siècle, la chapelle rustique des premiers habitants par une belle, et vaste église. Cet édifice fut vraisemblablement détruit en entier par l'incendie qu'allumèrent dans la ville les troupes de Louis XI, après l'avoir prise d'assaut en 1477. Fortement endommagée encore, en 1514, par un autre incendie qui n'en épargna que le choeur, elle fut restaurée ou reconstruite dans le premier tiers du XVIe siècle, par Louise d'Albret. Elle fut dédiée à St Nicolas, et cette princesse la fit ériger en collégiale en 1534. La tour s'élève sur la façade et deux piliers intérieurs de vingt mètres d'élévation ; elle est soutenue par huit contreforts placés aux angles. Quadrangulaire, haute, massive et crénelée, elle a été couronnée, après coup, par un dôme octogone surmonté d'un lanterneau et flanquée de quatre clochetons assis sur des culs de lampe. L'intérieur de l'église comprend dix chapelles latérales, outre le choeur ; dix piliers élevés soutiennent ses voûtes ogivales et la divisent en trois nefs.
Dans le XVIIIe siècle, l'église renfermait plusieurs beaux monuments funéraires se rapportant à de hauts personnages, notamment les tombeaux du comte et de la comtesse de Penthièvre et de leurs enfants ; de Louise d'Albret; de quelques membres de la famille de Croy, etc., mais ils ont été détruits pendant la révolution. On y voit encore celui de deux jeunes soldats espagnols, morts en 1650, au siège de La Capelle, l'un atteint par une balle et l'autre de douleur en voyant expirer son ami. L'archiduc Léopold-Guillaume voulut perpétuer la mémoire d'une si étroite amitié, en les réunissant dans la même tombe et en leur élevant ce monument.
On remarque dans l'église sept tableaux de L. Watteaux et un autre sur bois, à quatre compartiments, représentant des scènes d'une peste et portant la date de 1441.
La tour renferme six cloches dont une, la grosse, porte la date de 1514, avec les armes de la ville et différents écussons, et, de plus, un des plus beaux carillons qui existent; les clochettes qui le composent ont été fondues à Louvain en 1767 et 1768.
Chapelle de l'hôpital : Enclavée dans les anciens bâtiments de l'hospice, elle a été restaurée il y a quelques années,
Faits historiques :
Seigneurie d'Avesnes : Cette seigneurie, dont l'origine remonte vraisemblablement à l'an 1020, était l'une des plus anciennes et des principales du Hainaut. Elle avait pour centre, à son origine, les terres situées entre les deux Helpes données par le comte de Hainaut, Renier V, à Wédric-le Sor. Possédée d'abord, pendant plus d'un demi siècle, par les descendants de ce dernier, elle fut érigée en pairie héréditaire par la comtesse Richilde, en 1076; elle passa ensuite dans la maison d'Oisy qui prit, dès lors, le nom d'Avesnes, puis successivement dans celles de Châtillon, d'Albret, de Croy, de Ligne-Aremberg, de Hennin d'Alsace et d'Orléans.
Wedric II, dit le Barbu, héritier direct de Wedric-le-Sor, à qui le comte de Hainaut, Renier V, avait donné en fief, vers 1020, toutes les terres situées entre les deux Helpes, éleva au milieu des quelques chaumières qui formaient la bourgade d'Avesnes. une petite tour que son fils Thierri convertit en un véritable château fort, où il fixa sa résidence et près duquel il bâtit une belle église.
Gossuin-le-Borgne, successeur de Thierri, entoura Avesnes de murailles. En 1200, Gauthier II, accorda aux habitants, par, une charte du mois de février, les droits de commune, et en 1247, Marguerite, comtesse de Flandre et de Hainaut, les dota, sur toutes ses terres, des droits dont jouissaient ceux de Valenciennes, ainsi que de celui de chasse et de pêche, avec la faculté de prendre dans la fôret de Mormal le bois nécessaire pour leurs constructions et leur chauffage.
Le comte Olivier de Bretagne, en 1423, vint se réfugier dans Avesnes; il en fit restaurer les fortifications et vers le milieu du XVe siècle, elle renfermait plusieurs édifices publics, des églises et des chapelles bien ornées, de belles fontaines, une maison de paix ( hôtel-de-ville ), etc.
En 1461, le 3 août, le roi de France Louis XI, y revêtit pour la première fois la pourpre royale, y reçut les députés des villes et de différents corps de l'Etat et fit célébrer, dans l'église, un service solennel pour l'âme du roi, son père; ce qui ne l'empêcha pas de la prendre d'assaut et de l'anéantir presque complètement, en juin 1477; huit maisons, le couvent des Cordeliers et l'hôpital échappèrent seuls aux flammes; les tours furent démolies, les murailles abattues et les fossés comblés. A peine relevée de ses ruines, elle fut, de nouveau, brûlée par les Français et abandonnée par ses habitants jusqu'au traité de Senlis.
En 1493, Gabriel d'Albret commença la réparation des fortifications et l'archiduc Maximilien y autorisa la tenue d'une franche foire annuelle de deux jours. Vingt ans après, un incendie en détruisit encore tous les bâtiments publics et particuliers, à l'exception des maçonneries de la tour et du choeur de l'église paroissiale.
Louise d'Albret fit réédifier l'église et obtint en 1534, son érection en collégiale en y fondant un chapitre de chanoines qu'elle dota de treize prébendes.
En 1549, Philippe II, alors prince d'Espagne, y fit, avec son père Charles-Quint, sa joyeuse entrée, le 17 août.
Par acte de 1556, Philippe de Croy céda Avesnes, avec un quart de lieue alentour de ses fossés et tous les droits de justice, à ce souverain.
Des épidémies enlevèrent plusieurs fois, notamment en 1558, 1570 et 1596, une grande partie de sa population et le pays fut souvent saccagé par les armées.
Marie de Médicis, en quittant la France, fut reçue à Avesnes le 20 juillet 1631 avec tous les honneurs dus à son rang de reine-mère et le prince d'Epinoy y vint la recevoir au nom de l'archiduchesse Isabelle.
En 1660, le 15 mars, le commissaire des guerres, Damoresan, délégué par le vicomte de Turenne, vint, en vertu du traité des Pyrénées, prendre possession de la ville au nom de la France et un état-major complet y fut installé.
En 1601, le roi y établit un bailliage; en 1773, elle devint le siége d'une maréchaussée ; elle était déjà le chef-lieu d'une subdélégation.
Louis XIV, allant se mettre à la tête des armées dans les Pays-Bas, séjourna six jours à Avesnes, où il arriva le 9 juin 1667; à la paix, les fortifications furent réparées et augmentées, d'après les plans du maréchal de Vauban.
Pendant la révolution de 1789, il ne s'accomplit à Avesnes aucun événement important. Elle fut désignée, en 1790, comme chef-lieu d'un district et instituée, en l'an VIII, chef-lieu d'arrondissement.
En 1813, beaucoup de ses notables habitants périrent victimes de leur empressement à secourir nos malheureux soldats ramenés, atteints du typhus, des bords du Rhin.
En 1814, la ville dépourvue de garnison et de matériel de défense se rendit, le 9 février, aux Russes qui l'occupèrent peu de temps.
Le 13 juin 1815, l'Empereur Napoléon y arriva avec un nombreux état-major et sa garde. Il en repartit le lendemain en n'y laissant pour garnison qu'une compagnie de vétérans et quelques centaines de gardes nationaux du département de Seine-et-Marne, à peine armés et non habillés, bien que de grands approvisionnements pour l'armée eussent été accumulés dans ses magasins.
Avesnes, qui n'avait été nullement inquiétée par les armées autrichiennes en 1793 et qui n'avait point eu à subir les horreurs d'un siège, comme les villes du Quesnoy, de Landrecies et de Maubeuge, se vit assiégée, le 21 juin 1815, par un corps de troupes prussiennes, faisant partie de l'armée des alliés qui venait replacer les Bourbons sur le trône de France. Dépourvue de garnison et n'ayant d'autres défenseurs qu'une compagnie de vétérans, quelques artilleurs et les canonniers bourgeois, cette ville soutint avec courage l'attaque de l'ennemi et y répondit vigoureusement. Un feu bien nourri continua, sans interruption, depuis quatre heures de l'après-midi jusqu'à onze heures du soir. A minuit, le feu recommença, mais presqu'aussitôt un bruit épouvantable annonce l'explosion du magasin à poudre de l'Ecluse, situé dans la partie inférieure de la place. Les effets de cette catastrophe sont des plus désastreux : tous les bâtimens des rues voisines sont renversés ; les fenêtres, les toits de presque tous les édifices sont écrasés par une pluie d'énormes projectiles; les remparts sont couverts de cadavres; les rues s'emplissent d'une multitude d'hommes, de femmes, d'enfans s'échappant mutilés de leurs habitations en ruines. Ce spectacle horrible n'abat point le courage des assiégés, et quoique réduits à un faible nombre, ils se maintiennent si bien à leur poste que les Prussiens n'osent pas tenter l'escalade.
Néanmoins le malheur qui venait d'arriver rendait impossible une plus longue résistance ; des négociations furent entamées, et par suite d'une capitulation signée le 22 juin, dans la matinée, les troupes ennemies entrèrent le même jour à midi à Avesnes.
Ceux ci y demeurèrent jusqu'en novembre 1818.
Quoique amoindrie à diverses époques par la création de fiefs subalternes, elle se composait encore, en 1787, de domaines très importants; en 1792, ils furent vendus par lots à plusieurs grands spéculateurs, qui les revendirent en détail, lorsque la Convention eut levé le séquestre qu'elle avait mis sur tous les biens de Louis-Philippe-Joseph , duc d'Orléans, dernier seigneur d'Avesnes.
La population d' Avesnes est de 3166 habitans, dont 658 sont à la charge du bureau de bienfaisance et 53 se livrent à la mendicité.
Son territoire contient 216 hectares, ainsi divisés : 37 en terres labourables, 94 en prés, 7 en vergers, 9 en superficie des propriétés bâties, 17 en routes, chemins, 5 en rivières, ruisseaux, et 47 en autres objets non imposables.
On y cultive le blé et l'avoine, mais son territoire rural est principalement composé de prairies.
Il n'y a pas d'industrie spéciale dans cette ville : on y trouve une marbrerie, 2 salines, une savonnerie, une clouterie, 4 tanneries, 4 brasseries, une teinturerie et 1 moulin à blé.
Hameaux et lieux dits : Bellefontaine. Le moulin Saint-Pierre. Le Pont-Rouge. Le Petit-Calvaire.

Avesnes sur Helpe sur les albums de Croÿ.
La collégiale d'Avesnes sur les albums de Croÿ.
Cartouche : "La Chanesies D'Avesnes". Voir en grand format.
Avesnes sur Helpe : Jeanne Lallaing et son mari Olivier Blois
Dalle funéraire d'Adrien de Blois, seigneur de Warelles, gouverneur d'Avesnes mort en 1561 et de sa femme Jeanne Lallaing.
Avesnes sur Helpe : Tryptique de l' assomption
Tryptique de l' assomption

avesnes collegiale st nicolas


 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. Chaise des stalles
Les sièges des stalles.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. la chaire
La chaire de vérité.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. les voûtes
La voûte en brique et les arcades en pierre bleue.

Avesnes sur Helpe sur les albums de Croÿ.
Avesnes sur Helpe sur les albums de Croÿ. Voir en grand format
Cartouche : "La ville davesnes en Hainault 1597"
Avesnes sur Helpe sur les albums de Croÿ.
Autre vue d'Avesnes sur les albums de Croÿ. Voir en grand format
Cartouche : "La Ville D'Avesne Premier Pers de Haÿnault. 1598"
 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe.

La Collégiale Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe est classée Monument Historique depuis le 10 février 1913.
Edifiée vers les XIIIème siècle, cette église gothique connaîtra son heure de gloire le 2 Août 1461 lorsque le roi de France Louis XI fit célébrer, en présence du duc de Bourgogne Philippe le Bon, de Charles le Téméraire alors désigné comme le comte de Charolais et de l'essentiel de la noblesse de France, de Bourgogne et des Pays-Bas, un service funèbre en l'honneur de son père, le roi Charles VII, et revêtit pour la première fois les insignes royaux avant de rentrer en France et d'être sacré à Reims.
Cette église fut fortement endommagée par les troupes du même Louis XI lors de la prise de la ville en juin 1477 au moment des tentatives françaises pour s'emparer des domaines de Marie de Bourgogne. Un incendie survenu en 1514 ajouta de nouveaux dommages. C'est à Louise d'Albret que l'on doit l'essentiel de la reconstruction de l'église en 1534. Celle-ci, épouse de Charles de Croy, lui-même parrain de Charles Quint dépensa une partie de sa fortune à restaurer l'édifice. Le sanctuaire fut érigé en collégiale par la fondation d'un chapitre de 12 chanoines : le chapitre Saint-Nicolas qui reçut sa consécration par un bref du pape Clément VII.
La révolution Française ne causa que peu de dégâts à l'édifice lui-même.

Avesnes sur Helpe : Chapelle Ste Anne
Chapelle Ste Anne.

Avesnes sur Helpe : Grande Chapelle St Nicolas
Grande Chapelle St Nicolas.

Le Choeur est nettement plus ancien que la nef et la tour. Dans son état actuel il comprend une abside demi-hexagonale correspondant à des réfections de 1617. Les trois travées qui suivent remontent à la construction qui existait en 1461 lors de l'investiture de Louis XI. L'une des clés de voûte d'origine a été conservée. Elle montre deux masques grimaçants l'un montrant les dents et l'autre tirant la langue d'une esthétique toute romane. La tour et son dôme furent achevés dans le milieu du XVIème siècle. Ils culminent à 60 mètres de hauteur et se terminent par un logis de guetteur destiné à surveiller la frontière de France qui passait à une douzaine de kilomètres au sud à la limite de l'actuel département de l'Aisne.
La Nef fut construite entre 1520 et 1550. Elle est sans nul doute un des plus beaux exemples d'église-halle par son unité, sa simplicité et son ampleur. Le vaisseau central est long d'environ 40 mètres, large de 9 et culmine à une vingtaine de mètres.Il est flanqué de deux collatéraux atteignant pratiquement la même hauteur et de deux séries de chapelles latérales dont les murs séparatifs servent à contrebuter les voûtes. La largeur de l'ensemble atteint 29 mètres en façade. Cette nef halle a très peu d'équivalent en France. On retrouve en revanche en Belgique des constructions analogues au premier rang desquelles l'église Saint Pierre Saint Paul de Chimay. Les constructions sont exactement contemporaines. Les déprédations révolutionnaires ont fait disparaître les tombeaux d'Olivier de Bretagne et de Louise d'Albret, le Grand Christ du Tref et les stalles des chanoines.

Avesnes sur Helpe : collegiale st nicolas
La nef vue du choeur.

Avesnes sur Helpe : lambris de couvrement.
Lambris de couvrement.

Les évènements de 1944 ont eu raison du jubé du XVIème siècle et des derniers vestiges des lambris des stalles.
Il reste néanmoins un mobilier important et remarquable :
- deux retables baroques du début du XVIIème siècle dans les chapelles Sainte-Anne et de tous les saints
- un rare banc de confrérie du XVIème siècle
- les grandes boiseries d'époque Louis XV qui garnissent la chapelle de la Vierge et la chapelle Saint Nicolas avec leurs tableaux de Louis Watteau
- des retables du XVIIIème siècle avec leurs tableaux
- le cénotaphe à la mémoire de Jean Laurent et François de Solis, soldats espagnols de l'armée de l'archiduc Léopold Guillaume pendant le siège de La Capelle en 1650
- le monument funéraire d'Adrien de Blois en marbre rouge du XVIème siècle.
L'existence d'un Carillon est attestée à Avesnes sur Helpe depuis le début du XVème siècle. En effet la ville céda aux villages avoisinants des timbres sans battants et mit en place un nouveau Carillon de douze cloches en 1549. A cet ensemble s'ajoutait des cloches de volée dont en particulier la grosse cloche donnée par Charles Quint en 1514 et nommée pour cette raison Charlotte. Elle avait été fondue par Simon Wagheven et portait la devise " VIVE BOURGOIGNE ". D'autres timbres furent rajoutés pour arriver en 1791 à 30 cloches. La ville payait alors un carillonneur - organiste 500 livres par an indépendamment des sonneurs et des guetteurs. Le Carillon ne cessa de fonctionner pendant la Révolution.
En 1917 six cloches furent descendues avec peine par les Allemands mais restèrent à Avesnes. L'ensemble fut reconstitué sans trop de difficultés en 1923. Mais le 2 Septembre 1944 alors que les troupes américaines entraient en ville, le drapeau français fut hissé au sommet de la tour. Les troupes allemandes restées à proximité lancèrent un obus incendiaire qui détruisit le Beffroi et occasionna la chute de l'instrument. Seule Charlotte en raison de son poids ne fut pas brisée mais seulement fêlée. Le dôme et la toiture ont été rétablis en 1950

Eglise d'Avesnes sur Helpe : Ste Anne


Eglise d'Avesnes sur Helpe : Vierge ste Anne
La Vierge, Sainte Anne, et l'Enfant Jésus.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. fonts baptismaux
Les fonts baptismaux.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. ND des mouches
Notre Dame des Mouches. XV ème siècle. La légende dit qu'en 1498, les Français furent mis en fuite par des essaims d'abeilles grâce à l'intervention de la Vierge.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. Clé de voûte
Quelques unes des clés de voûte.

 Eglise Saint-Nicolas à Avesnes sur Helpe. autel
Une dizaine de statues de saints et saintes ornementent l'autel.

Avesnes sur Helpe : Batisse
Remarquable architecture pour cette bâtisse du centre ville

Avesnes sur Helpe : fronton.
Le fronton.

Avesnes sur Helpe : Maison Villien

L'institut Villien a été bâti grâce aux dons et volontés du colonel Villien qui avait légué à la ville la somme suffisante pour sa construction, sous réserve que celui-ci fut utilisé à des fins culturelles. Il abrite actuellement la Bibliothèque Municipale et le musée de la Société Archéologique d'Avesnes sur Helpe.

Avesnes sur Helpe : Emblème Institut Villien
Les emblèmes de l'Institut Villien dont l'équerre et le compas symboles de la franc-maçonnerie, la symbolique de la Musique et la symbolique des Arts.
Avesnes sur Helpe : Emblème Institut Villien


Armoiries d'Avesnes sur Helpe
Armoiries d'Avesnes sur Helpe.

Avesnes sur Helpe : ancien tribunal
L'ancien Palais de Justice

En 1815, l'explosion d'une poudrière détruit le château dans lequel est installé le tribunal d'Avesnes sur Helpe.
Un palais de justice conçu par Victor Leplus est alors construit à la place entre 1827 et 1829. Le même architecte réalise un étage supplémentaire entre 1835 et 1840 afin d'accueillir les archives. En 1853, le bâtiment est entièrement réaménagé par l'architecte Jules Fiévet. Il a été utilisé comme tribunal de grande instance jusqu'à la construction du nouveau palais de justice en 2006. Il est inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 22 novembre 2007

La statue de Sthrau à Avesnes sur Helpe.
Le Tambour Stroh.

Monument Léo Lagrange à Avesnes sur Helpe
Stèle édifiée en hommage à Léo Lagrange.

Monument aux Morts à Avesnes sur Helpe
Stèle érigée en mémoire des Enfants d'Avesnes
morts pendant la guerre 1939 - 1945
Monument aux morts à Avesnes sur Helpe
Stèle érigée en mémoire des Déportés de la Résistance
disparus au cours de la guerre 1939 - 1945
Chapelle à Avesnes sur Helpe
Chapelle située rue de Berlaimont / rue de St Aubin.
N50.129296 E3.930480
Niche à Avesnes sur Helpe
Niche située 10 rue de Mons.
N50.124050 E3.932105
Niche de 1678 à Avesnes sur Helpe
Niche de 1678 située Place Guillemin.
Statue de Ste Thérèse d'Avila.
N50.122552 E3.932302
Niche à Avesnes sur Helpe
Niche Notre Dame sur le mur de la collégiale.

Oratoire à Avesnes sur Helpe
Oratoire de 1813 dédié à Ste Catherine.
Place Ste Catherine. N50.123052 E3.929373
Oratoire à Avesnes sur Helpe.
Oratoire de 1734 situé au rond point de la RotondE
N50.119954 E3.932526
La fontaine à Avesnes sur Helpe.
Fontaine en pierre bleue située Place de l'Hôtel de Ville.

clocheton de l'institution ste Thérèse  à Avesnes sur Helpe.
Clocheton de l'institution Sainte Thérèse.

Hôtel de Ville d'Avesnes sur Helpe.
L'Hôtel de ville d'Avesnes sur Helpe.

L'Hôtel de ville a été classé Monument Historique le 9 janvier 1930 (perron, façade sud et toiture). Cet édifice a été construit sur l'emplacement de l'ancienne "maison de ville", en 1757-1758, sous le règne de Louis XV, par un architecte parisien : Pierre Salengros, aux frais de la ville. Le choix de l'entrepreneur se fixa sur Charles Jamar, qui devint premier échevin en 1772. Il était divisé en deux bâtiments séparés par une petite cour intérieure. Au-dessous du bureau de la mairie se trouvait le corps de garde. Au-dessus, la grande salle servit de salle d'audience au tribunal. Le bâtiment arrière qui renfermait la prison fut reconstruit en 1811.

Avesnes sur Helpe : Presbytère

Ce site exceptionnel est en réalité l'emplacement de la Tour Saint-Jean, importante fortification médiévale qui servit souvent d'ultime refuge aux défenseurs d'Avesnes et notamment lors de la tentative de prise de la ville en 1524. Devenu propriété de la ville en 1700, cet édifice abrita tout dabord le lieutenant du roi et ensuite le tribunal civil. C'est en tant que sous-préfecture (à partir de 1811) que ce bâtiment accueillit Napoléon dans la nuit du 13 au 14 juin 1815 avant que celui-ci n'aille rejoindre ses troupes, pour la bataille de Waterloo. L'empereur y rédigea son ultime ordre du jour.

Avesnes sur Helpe : jardin du prebytère
Entrée du presbytère coté jardin

Avesnes sur Helpe : Ancien Hôpital

L'ancien hôpital construit avant le XVIIème siècle, il avait sa dotation particulière et bénéficia également à cette époque des biens de la maladrerie d'Avesnes, devenue sans utilité. Epargné par le siège de LouisXI en 1477, quelques années plus tard, il fut brûlé et saccagé par les français. Il a été reconstruit et agrandi à différentes époques. Le bâtiment le plus ancien est la chapelle qui date du XVIIème siècle. En 1790 et ensuite en 1815, l'hôpital était encore rempli de blessés et un pont passait au-dessus de la rivère pour rejoindre le quartier affecté à l'hôpital militaire et les restes du couvent des récollets. Aujourd'hui il abrite des logements pour les particuliers.

Monument aux morts à Avesnes sur Helpe
Monument aux Morts d'Avesnes sur Helpe
(du sculpteur Paul Vannier)
Les cérémonies d’inauguration ont duré 2 journées :
les samedi 15 et dimanche 16 juin 1929
Monument Guillemin à Avesnes sur Helpe
Monument du sculpteur Bertrand Boutée inauguré en 1910
et dédiè à à Ernest et Léon Guillemin anciens Députés.
Monument Pasqual à Avesnes sur Helpe
Buste de Léon Pasqual sénateur du Nord.

Square Lorette à Avesnes sur Helpe
Stèle dédiée à Georgette Lorette décédée en déportation.

Le kiosque à Avesnes sur Helpe.
Le kiosque à danser d'Avesnes. Place de la Rotonde.

 La chapelle de l'hôpital d'Avesnes sur Helpe.
La chapelle de l'ancien hôpital d'Avesnes sur Helpe.

Niche de 1632 sur la façade de l'ancien hôpital d'Avesnes sur Helpe
Niche Ste Elisabeth et Jésus datée 1632
sur la façade de l'ancien hôpital. N50.124666 E3.930840
Niche à Avesnes sur Helpe.
Niche St Michel. Rue Léo Lagrange.
N50.122256 E3.930139
Grotte de Lourdes dans le jardin du presbytère à Avesnes sur Helpe.
Grotte de Lourdes dans le jardin du presbytère.

Chapelle à  à Avesnes sur Helpe.
Chapelle située rue d'Aulnoye.
N50.128382 E3.928040
Oratoire à Avesnes sur Helpe
Oratoire dédié à Ste Anne - 1727
Rue de St Aubin. N50.131610 E3.932277
Oratoire à Avesnes sur Helpe.
Oratoire de 1994
dédié à Ste Rita, ND des Haies, ND de Lourdes et Ste Thérèse.
Rue de l'Abbé Bauduin. N50.120336 E3.918332

Les brasseries

Avesnes sur Helpe : brasserie-malterie Paul Hazard.

Histoire : De source orale la brasserie-malterie aurait été fondée à la fin du 19e siècle par Paul Hazard. La façade sur rue porte d'ailleurs les initiales PH. Puis elle prend la raison sociale Hazard et Cie jusqu'à la cessation d'activité en 1960. A cette date la brasserie est convertie en dépôt de boissons puis, en 1985, en logement. En 1927 la brasserie produisait entre 6 et 12 000 hectolitres de bière par an. En 1946 la production était d'environ
15 000 hectolitres de bière de fermentation haute.

Avesnes sur Helpe : brasserie-malterie de l'Helpe

Histoire : De source orale la brasserie aurait été fondée entre 1850 et 1900. En 1927 la brasserie porte le nom de brasserie-malterie de l'Helpe et est dirigée par Léonce Herbecq. La fabrication cesse avant 1946. A une date inconnue la brasserie est convertie en abattoir. Actuellement les bâtiments sont désaffectés. En 1927 la brasserie produisait 6000 hectolitres de bière de fermentation haute conditionnée en bouteilles.


Avesnes sur Helpe : le jardin du presbytère.
Le jardin du presbytère.

La Place d'Avesnes sur Helpe.
Jolie vue de la Place d'Avesnes sur Helpe.

Les fortifications d'Avesnes sur Helpe

Ville d’origine médiévale, Avesnes sur Helpe est née de la réunion de deux noyaux urbains plus anciens, apparus vers le Xe siècle et réunis en une seule agglomération fortifiée à partir du XIIe siècle. La première enceinte est remplacée au siècle suivant. Les premières adaptations à l’artillerie sont réalisées durant le 15e siècle, par le percement d’embrasures à canons dans les tours de la porte Cambrésienne. A partir de 1502, la ville est une seigneurie des ducs de Croy qui gèrent les fortifications en collaboration avec le Gouvernement central des Pays-Bas. C’est à l’initiative du duc Philippe II de Croy que les premières fortifications bastionnées sont édifiées entre 1534 et 1538. Celles-ci sont dessinées par l’ingénieur italien Jacopo Seghezzi et sont les plus anciennes fortifications du genre dans les Pays-Bas. Durant les années 1540 et 1550, le dispositif défensif est renforcé par des cavaliers sur les bastions et les courtines. En 1556, Philippe II d’Espagne récupère les droits seigneuriaux et Avesnes sur Helpe devient une place de la couronne espagnole. De 1556 à 1659, les ingénieurs de Madrid et Bruxelles rectifient les tracés des bastions et construisent des demi-lunes et des redoutes pour protéger les portes. Une redoute est ajoutée sur le lieu-dit Pont Rouge. Conquise définitivement par la France en 1659 via le Traité des Pyrénées, une série de travaux visant à moderniser l’enceinte est ordonnée en 1661.

Avesnes sur Helpe : porte de mons
Pont dormant devant l'ancienne porte de Mons

Vauban s’y intéresse à partir de 1673 lorsqu’il dessine les projets du Pré Carré. Le bastion de la Reine est légèrement agrandi et les défenses externes de la ville (deux redoutes, cinq demi-lunes et une inondation) sont redessinées. Ces chantiers conduisent à l’emballement des bastions italiens anciens dans les nouveaux. L’écluse du Pont des Dames est mise en place et permet de tendre une inondation devant le front nord.

Avesnes sur Helpe : Casemates

Casemates et poterne derrière l'orillon du bastion de la Reine. C'est le seul bastion d'Avesnes sur Helpe a ne pas avoir été modifié. Au dessus se trouve le plateau Chémerault avec le nouveau tribunal.
En 1678, Avesnes-sur-Helpe est intégrée à la première ligne du Pré Carré. Le pont-écluse des Dames est réalisé à la fin du XVIIe siècle et reçoit sa couverture en 1721. Cette écluse permet de tendre une vaste inondation à partir des eaux de l’Helpe. En 1795, pendant les guerres de la Révolution, deux flèches sont construites le long de la route de Vervins. Détruite partiellement durant un siège en 1815, la ville est reconstruite sous la Restauration et voit ses fortifications modernisées à partir de 1821, suite à la perte de Philippeville et Mariembourg cédées au Royaume des Pays-Bas. Un demi-bastion casematé sur deux niveaux est établi près de la Porte de France qui est restaurée, le bastion Saint-Jean est remis à neuf, ses casemates anciennes sont obstruées et les poudrières et magasins de stockage sont reconstruits. Pour documenter cette modernisation, un nouveau plan relief est construit en 1826, en remplacement de celui de 1725 saisi par les Prussiens en 1815. Il rend compte de l’extension des remparts après ces chantiers

Remparts d'Avesnes sur Helpe


Souterrain du bastion de la Reine à Avesnes sur Helpe
Au coeur du bastion de la Reine


Avesnes sur Helpe : Vestiges du donjon
Vestiges de l'enceinte médiévale.

Le donjon du 12e siècle et une partie de l'enceinte médiévale ont été mis au jour depuis 1975.

Avesnes sur Helpe : Porte de Mons
L'ancienne porte de Mons

Avesnes sur Helpe : Bastion de la reine
Autre vue des remparts d'Avesnes.

Avesnes sur Helpe : Dame sur un batardeau
Dame sur un batardeau

Batardeau : Massif de maçonnerie en travers du fossé pour éventuellement retenir l'eau de celui-ci.

Dame : L'assaillant pouvait utiliser le batardeau pour franchir le fossé. Pour éviter cela, un obstacle cylindrique surmonté d'un chapeau conique était posé sur le faîte du batardeau. C'est cette petite tourelle qu'on appelle une dame.

Avesnes sur Helpe : Remparts

Les remparts à Avesnes sur Helpe
Le bastion et la collégiale à Avesnes sur Helpe.

Plan relief d'Avesnes sur Helpe
Plan relief d'Avesnes sur Helpe de 1723.

Vue aérienne d'Avesnes sur Helpe
Vue aérienne d'Avesnes sur Helpe. Voir la photo en grand format.

Faire connaître la page consacrée à la commune d'Avesnes sur Helpe via Facebook.


Sources : Ville d'Avesnes, Actuacity, Culture.gouv
"Albums de Croÿ, Tome IX, Comté de Hainaut VI, Editions du Crédit Communal de Belgique"

Remerciements à l'OT d'Avesnes sur Helpe pour la visite guidée
Serge Wautier, Marthe Halvick Petesche, Pascal Méresse, Claudie Péan, Guillaume Louÿs, Mickaël Tilmant,
Jean Jacques Painchart, Gérard Lemaire, Melvin Dupont, et Gérald Jacques Lebel
ont contribué à la réalisation de cette page.

*Haut de page*


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies