Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Semousies, village de l'Avesnois

Habitants : Semousiens, Semousiennes.
Code postal : 59440
Nb d'habitants en 2011 : 243
Superficie : 3,08 km2

Mairie de Semousies : 11, rue de la Cense

Horaires d'ouverture :
Lundi au Jeudi : de 13h30 à 17h00

Tél : 03 27 61 11 39
Fax : 03 27 61 11 39

Mail : mairie.semousies@nordnet.fr

Localisation sur carte du patrimoine de Semousies : Ici
Blason de Semousies

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1838 (textes numérisés)
Semousies, noms anciens : Semuzies, XIIe siècle, cart. de l'abb. d'Hautmont. - Semousies, 1180, chron. de l'abb. de St.-Ghislain. - Semouzies, 1186 , J. de Guise, XII, 339. - Semousies , 1349, pouillé du diocèse de Cambrai. - Simousies, XIV.e siècle. - Scemozies, 1591. - Simulgies. - Simozies. - Semozies. - Scemouzies. - Zimousies. - Semousy, documents divers.
Monuments : L'Eglise paroissiale. A cause de la date de 1672, qui est peinte sur une boiserie sous le clocher de l'église actuelle, on rapporte ordinairement à cette année la construction de l'édifice. Il en existait déjà une bien auparavant ainsi que le prouvent le millésime de 1549 inscrit sur la cloche, et une pierre tombale de 1629, incrustée dans la muraille au sud de l'édifice.
La cloche de 1549 porte pour légende: "Je fut feicte l'an mil VCXLIX. Marie suis nommée. Ave Maria"
La Cense ou Maison forte de Semousies, qui formait un fief particulier dépendant de la terre de Dourlers, ainsi que la Cense-à-Longe, ne sont plus que de simples exploitations rurales.
Faits historiques : La chronique de l'abbaye de St.-Ghislain rapporte que, en 1180, Jacques d'Avesnes céda à ce monastère une rente perpétuelle assise sur le village de Semousies. En 1181, la possession de son autel fut confirmée à l'abbaye d'Hautmont par le pape Lucius III (cart. d'Hautmont). En 1186, il formait une paroisse du décanat d'Avesnes.
Semousies fut, paraît-il, complètement dépeuplé, en 1348, par la peste qui sévit si cruellement en Hainaut; il resta fort longtemps abandonné et, en 1469, il ne comptait encore que onze ménages.
Cette commune faisait partie de la terre de Dourlers et comprenait un fief particulier, éclissé de cette seigneurie; une famille qui porta le nom de Simousies, possédait ce fief, dans le XIVe siècle. Il passa ensuite dans la maison d'Eclaibes, puis il revint, en 1591, par droit de bâtardise, à celle d'Aymeries, à qui appartenait alors le Sart de Dourlers.

Eglise de Semousies

Le hameau de Luyteau appartenait à Dourlers mais lors de l'établissement du cadastre en 1810 il fut donné à Semousies en échange de terres.
En 1815, Napoléon, précédé de la garde impériale, passa sur le territoire de cette commune se rendant à son armée.
La structure et la composition de la commune n'ont que très peu varié depuis l'établissement de la carte d'Etat-Major en 1832.
La population de Semousies est aujourd'hui de 300 habitans, dont 12 indigens et 4 mendians.
Son territoire comprend 310 hectares, savoir : 143 en terres labourables, 147 en prés, 4 en vergers, 1 en bois, 2 en fonds de bâtimens, 12 en routes et chemins, et 1 en ruisseaux.
On y cultive l'épeautre, le blé, l'avoine, les vesces, le trèfle et la pomme de terre. Sa culture principale consiste en épeautre, avoine et trèfle. La pauvreté du sol ne permet guère d'y récolter que ces espèces. Les habitans comme ceux des communes environnantes, se livrent à la fabrication et à la vente des fromages.
On trouve à Semousies une clouterie , 4 ateliers de tisserand et 2 fabriques de sabots.
Hameaux et lieux dits : Le Luiteau. Les Trois-Pavés. La Cense-à-Longes.

Eglise de Semousies,
Les stalles.

Eglise de Semousies, maître autel.
Le maître autel et le retable entièrement réalisés en bois.

Eglise de Semousies
L'église paroissiale Saint-Martin à Semousies (1672), bâtie sur un affleurement rocheux a été reconstruite en 1902.

Dès 1666 , les actes de l'état civil furent constatés sur des registres spéciaux, et six ans après l'église actuelle fut construite.
Voici des documens officiels qui feront connaître les progrès de la population de Semousies, de 1666 à 1800; ils corroborent ce qui vient d'être dit plus haut :
- En 1666, il y a eu 2 naissances ; 0 mariages ; 0 décès.
- En 1700, il y a eu 4 naissances ; 2 mariages ; 6 décès.
- En 1780, il y a eu 8 naissances ; 1 mariages ; 2 décès.
- En 1800, il y a eu 11 naissances ; 3 mariages ; 2 décès.
Au 1er janvier 1835, la commune avait 280 habitans, répartis dans 86 ménages et 80 maisons.
Le village de Semousies fut témoin en 1793 de plusieurs combats entre les Français et les Autrichiens, lors de la mémorable bataille de Wattignies.
La paroisse de Semousies était anciennement à la collation de l'abbaye d'Hautmont et avait Beugnies pour annexe; ce n'est que depuis l'an XI, que cette dernière localité en a été détachée et remplacée par Floursies (Concordat de 1802). Avant la révolution, Semousies était du gouvernement, de la prévôté et de la subdélégation de Maubeuge; de 1790 à l'an X, il fit partie du canton de Dourlers.

Eglise de Semousies, le choeur.
Le choeur.

Eglise de Semousies, détail de l'autel
Le bas relief de l'autel.

Eglise de Semousies, les fonts baptismaux.
Les fonts baptismaux.

L'église de Semousies
L'église vue du chemin où se situe l'oratoire de 1807.

Oratoire à Semousies
Oratoire Ste Reine de 1807, petit chemin Pl. Lucien Cayeux.
"Ste Reine priez pour nous, faite par Jacq Cuissez de Dourlers 1807"
N50.160027 E3.957455

Oratoire à Semousies
ND de Bon Secours de 1833, Le Luitheau / rue de la Chapelle.
N50.165352 E3.974356
Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies