Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Houdain lez Bavay, village de l'Avesnois

Habitants : Houdinois, Houdinoises
Code postal : 59570
Nb d'habitants en 2011 : 883
Superficie : 12,18 km2

Mairie d'Houdain lez Bavay : Rue des Martyrs

Horaires d'ouverture :
Lundi et Mardi : de 09h00 à 12h00
et de 13h30 à 17h30
Jeudi : de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30
Vendredi : de 09h00 à 12h000

Tél : 03 27 63 12 32
Fax : 03 27 63 17 65

Mail : mairie.houdain.lez.bavay@wanadoo.fr
Blason d'Houdain lez Bavay
Localisation sur carte du patrimoine de Houdain lez Bavay : Ici

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1837 (textes numérisés)
Houdain lez Bavay, noms anciens : Hosden, 1071, Arch. du pal. arch. Le Carp., Pr. II, 10. - Houdeng, 1096. - Hosden, 1107. - Houdeng, 1119, Lettre de Burchard, évêque de Cambrai, Miroeus, I, 678. - Hous-deng, 1129, Arch. de l'abb. de Saint-Éloi, Le Carp. Pr. II, 17. - Hosden, 1145, Arch. de l'abb. d'Eaucort, Le Carp. Pr. II, 19. - Hosdeng, 1149, id., II, 20. - Hosden, 1154, Cart. de l'abb. de Marchiennes.- Hosdeing, 1201, Titre de Saint-Aubert, Le Carp., Pr. II, 23, 24. - Hozdaing, 1246, Cart. de l'abb. de Marchiennes. - Houdaing, 1289, 1er Cart. du Hainaut. - Housdaing, 1309, 2e Cart. du Hainaut. - Houdain-lez-Bavay.
Momuments : Vastes souterrains qui, dit-on, se prolongent jusqu'à Saint-Ghislain (Belgique), à trois lieues de distance, et regardés comme des latebroe gaulois. Chaussée romaine de Bavai à Mardyk. On y a trouvé, à diverses reprises, des objets romains en bronze et des médailles en argent.
Anciennement, deux châteaux féodaux : celui de Fontenoy et celui d'Houdain.
La cloche date de 1683.
Faits historiques. Donné par sainte Aldegonde au chapitre de Maubeuge, à qui l'évêque de Cambrai, Nicolas, attribua, en 1138, la collation de la cure.
Le seigneur d'Houdain figurait parmi les anciens barons ou chevaliers bannerets du Hainaut. En 1202, Guido de Houdain, se croisa avec le comte Baudoin. En 1313, Nicolas de Houdain donna son hôtel de Mons et d'autres biens en vue d'y fonder un hôpital pour les pauvres.
Un fait qui témoigne un dévouement bien rare à la chose publique s'est passé en ce lieu en 1793. Le général Ferrand, chargé de la défense de la place de Valenciennes, était propriétaire de l'ancien château féodal de Houdain. Craignant que les Autrichiens, en s'en emparant, n'y établissent un poste dangereux pour le pays, il commanda à un détachement de ses troupes d'aller y mettre le feu : cet ordre fut exécuté et le château fut complètement réduit en cendres.
Le village d'Houdain lez Bavay avait 130 habitans il y a un siècle et 306 au commencement de la révolution. Il en a aujourd'hui 805.
Sa superficie est de 1211 hectares, dont 949 en terres à labour, 70 en prés, 98 en vergers, 40 en bois, 8 en jardins, 2 en houblonnières, 1 en pièces d'eau, 7 en fonds d'habitations, 32 en routes et chemins, et 4 en rivières et ruisseaux.
Il existe en ce village une scierie de marbre, une blanchisserie de toiles, 2 brasseries et 2 moulins à farine.
Hameaux et lieux-dits. Les Fermes de Roteleux, de la Maniette, de Belle-Vue, d'Heugnies, de la Court. Héricamp. Le Château-de-Fontenoy. Wadimpreau. Ruinse. La Machine. Petit-Sart. Les Trois-Tilleuls. Les Rocs.

Eglise d'Houdain lez Bavay.
La nef.

Eglise d'Houdain lez Bavay, le banc de communion.
Un des éléments du banc de communion.

Eglise d'Houdain lez Bavay, l'autel
Le maître autel, le retable et la représentation du sacre d'un évêque.

Eglise d'Houdain lez Bavay, l'autel


Salle des fêtes d'Houdain lez Bavay
Salle des fêtes.

La salle des fêtes d'Houdain a été construite en 1929 par la famille d'ingénieurs architectes D.P.L.G. Lafitte, installés à Maubeuge. Le décor pour la scène (?) , réalisé par l'artiste-peintre R. Lesieur, de Gussignies en 1931 a disparu. Adresse : rue des Martyrs

Salle des fêtes d'Houdain lez Bavay


Monument aux Morts d'Houdain lez Bavay
Monument aux Morts d'Houdain lez Bavay.

Ancien puits à Houdain lez Bavay.
Puits restauré à Houdain lez Bavay.
14 Rue du Moulin
Chapelle à Houdain lez Bavay
Chapelle Saint Roch de 1852, Rue de Ruinse.
N50.313328 E3.779233
Chapelle à Houdain lez Bavay
Chapelle N.D de la Paix (1963), rue des Rocs / Ch du Bois Verdiau.
N50.320752 E3.792385
Houdain lez Bavay, oratoire. Oratoire situé chemin la Ruinse Hameau. N50.310750 E3.786927

Houdain lez Bavay, chapelle
Chapelle dédiée à N.D de Grâce.
N50.350520 E3.786663
Houdain lez Bavay, chapelle
Intérieur de la chapelle.

Château de Warnicamps à Houdain lez Bavay
Château de Warnicamps à Houdain lez Bavay

Le château aurait été construit au début du 14e siècle par le seigneur de Wadimpréau, Wulfard de Ghistelles. Le fief fut vendu successivement aux châtelains de Bouchain, Quiévrain, Mons puis Tournai. Le château fut reconstruit sur les bases du Moyen Age à la fin du 17e ou au début du 18e siècle. Il fut incendié lors du siège de Valenciennes en 1793 et lors de la guerre de 1914-18. Une tourelle d'angle a également été détruite à ce moment. L'accès au Château se fait par un pont permettant de traverser les douves asséchées. Les bâtiments s'élèvent sur un soubassement de grès, seuls éléments datant du Moyen Age. Les niveaux supérieurs ont été rebâtis en brique à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle. L'aile ouest est constituée d'un corps de logis en rez-de-chaussée avec comble en demi-lune, couvert d'une croupe brisée. Il se termine par un pavillon d'angle couvert d'un toit en pavillon en ardoise. L'aile droite est constituée d'un corps de logis s'élevant sur 2 étages avec comble et pavillon d'angle. L'ensemble est en brique avec chaînage en pierre du pavillon et des ouvertures de l'aile. L'ensemble est couvert d'un toit brisé en pavillon et d'une croupe. Adresse : chemin dit du Bois Verdiau

Château de Warnicamps à Houdain lez Bavay


Houdain lez Bavay sur les albums de Croÿ.
Houdain lez Bavay sur les albums de Croÿ.
Voir en grand format
Eglise d'Houdain lez Bavay
Eglise Saint-Martin d'Houdain lez Bavay

Eglise construite vers 1782 . Rétrocession de l'église à la commune en 1805 par 4 habitants qui en avaient fait l'acquisition en l'an 8. Travaux de réparation de la toiture en 1812 (Lembourg architecte) puis en 1884, de la charpente en 1856 ( Fiévet J. architecte) , remplacement de la cloche en 1922.

Eglise d'Houdain lez Bavay, les fonts baptismaux
Les fonts baptismaux

Eglise d'Houdain lez Bavay, ange.


Mairie école d'Houdain lez Bavay
Ecole et Mairie d'Houdain lez Bavay

Ferme construite pendant le dernier quart du 18e siècle ou au début du 19e siècle et transformée en école communale en 1875 d'après un relevé réalisé par l'agent-voyer Derret (?) puis en mairie à une date inconnue. Edifice en rez-de-chaussée élevé en appareil mixte de moellons de pierre et de grès. Le rez-de-chaussée a vraisemblablement été surélevé au 19e siècle par un niveau de comble en demi-lune, en brique, à usage de fenil. La toiture est composée d'un toit à croupe et d'un toit à deux pans s'interpénétrant. Adresse : rue des Martyrs.

Sculpture à Houdain lez Bavay
Sculpture de Sylvain Patte.
"Torsion", c'est son nom, réalisée en pierre bleue de Soignies,
a été inaugurée le samedi 12 janvier 2013.
Moulin Richard à Houdain lez Bavay
Le moulin François Richard, construit vers 1862.

Moulin Richard à Houdain lez Bavay
Le moulin aujourd'hui.

Moulin d'Houdain lez Bavay
Ruines du moulin du Giblot ou de Quêne Luquet (XVIIème siècle)

Houdain lez Bavay, chapelle
Oratoire en brique, route Nationale D2649.
N50.302186 E3.775908
Houdain lez Bavay, le calvaire
Calvaire, chemin Delmer / la Ruinse Hameau.
N50.310901 E3.789243
Houdain lez Bavay, chapelle.
Chapelle située chemin la Ruinse Hameau.
N50.309968 E3.784749
Houdain lez Bavay, chapelle
Chapelle située chemin d'Héricamp.
N50.332307 E3.779514
Chapelle ND du Sacré Coeur à Houdain lez Bavay.
Chapelle ND du Sacré Coeur située Rue de Rotteleux
N50.34765 E3.77451
L'Hogneau à Houdain lez Bavay
Les vannes sur l'Hogneau à Houdain lez Bavay.

Persée : Notice sur les souterrains connus sous le nom de "Trous des Sarrasins" des environs de Bavay (Nord) :
Bulletin de la Société préhistorique de France. 1923.


L'existence d'anciennes et nombreuses galeries sous les territoires des communes de Houdain et de Bellignies est connue depuis longtemps.
Ce sont " les Trous des Sarrasins ". Leur emplacement est mentionné sous ce titre sur la carte d'Etat-major.
Ces souterrains ont été creusés exclusivement dans la roche que les géologues désignent sous le nom de Pierre des Sarrasins. C'est un calcaire oolithique du Cénomanien inférieur constitué par des bancs bien stratifiés avec débris de coquilles, renfermant des grains de glaucome et de limonite. Les géologues ont montré que les cavités creusées dans cette roche se trouvent toutes à un niveau inférieur à celui du gisement de cette limonite. Il est donc certain qu'elles n'ont pas servi à l'exploitation de ce minerai de fer.
Il est indiscutable que les hommes qui ont creusé les trous des Sarrasins des environs de Bavay, connaissaient les métaux. Leurs outils ont en effet laissé sur les parois des galeries de nombreuses traces tout à fait identiques à celles qu'y creuserait le pic à pointe quadrangulaire aiguë des mineurs actuels. Des traces de rouille prouvent même que ces outils étaient en fer et non en bronze (1). Cependant, malgré ces constatations techniques, ces souterrains continuent à être considérés par les habitants de la région comme ayant une origine très antique et fort mystérieuse. C'est qu'à Bavay on est encore sous l'influence des publications faites à leur sujet par le père Lambiez (2).
Cet écrivain affirme, en effet, qu'une colonie venant de Babylone avec l'image de Bel, ou le Veau d'or, vint s'installer sur la montagne de Bel à Belinie (Bellignies) pour fonder la Belgique, dont Bavay devint la capitale !
Voici comment il explique l'installation des chambres souterraines : Les colons ont d'abord aplati horizontalement la pierre bleue (3) qui forme la montagne, pour que cette pierre coupée à plat servît de pavement tant à leurs édifices qu'à leurs galeries. Ils pétrirent ensuite un ciment avec de la chaux, de la cendre et de l'arène, du seigle, des coquillages et d'autres matières propres à la coagulation que le temps a rendu plus dur que la pierre. Ils coulèrent ce ciment sur la roche aplanie dont ils gonflèrent la montagne à la hauteur de 40 à 50 pieds. Dans ce ciment à demi séché, ils coupèrent des corridors, des allées, des vestibules en forme de cloîtres, des habitations pour les hommes et des oratoires pour les dieux, même des avenues souterraines. Ils couvrirent ensuite leurs habitations d'une énorme quantité de terre qui releva le sol de quelques degrés et le rendit propre à la culture. Sur ces levées de terre ils pratiquèrent d'agréables promenades qui correspondaient au même point de vue dirigé sur l'autel de Bel (4) qui était au centre. De ce détail, il est aisé de comprendre comment les cérémonies de Bal, Bel ou Belus, des planètes et de la milice du ciel se faisaient sur les hauts lieux et dans les cavernes souterraines.
On voit que le père Lambiez ne manquait pas d'imagination. Il faisait construire par ses colons babyloniens toute une formation géologique dont le volume dépasse 25 millions de mètres cubes. Personne ne croit plus à ce colossal mouvement de terres, mais cependant les populations continuent à admettre un côté mystérieux aux souterrains de Houdain malgré les publications faites à leur sujet et que nous allons passer en revue:
Mme Clément- Hémery dans un ouvrage publié vers 1828 s'exprime comme suit (5) : L'ancienne commune de Bellignies, située sur le Hogneau est remarquable par de vastes et profonds souterrains, divisés en plusieurs allées, soutenues par des colonnes, et qui s'étendent dans toutes les directions. Si ces souterrains ne sont pas l'ouvrage des celtes, nos aïeux, ils doivent leur construction aux immortelles phalanges de Jules César.
Vers la même époque l'architecte Niveleau y voyait au contraire des carrières d'où il a été extrait des matériaux de construction.
L'ingénieur des mines M Clerc qui a visité les trous des Sarrasins en 1852 était absolument du même avis.
Dans une notice sur l'arrondissement d'Avesnes publiée en 1859, M. Lebeau, après avoir rappelé les opinions de MM. Niveleau et Clerc ajoute :
Sans bien en connaître l'origine, on rattache aux monuments de la période romaine de vastes et tortueux souterrains (dits trous des Sarrasins) creusés dans une espèce de gypse calcaire dont la masse immortelle remplit presque tout l'intervalle qui sépare les villages de Hon-Hergies, de Houdain et de Bellignies. La vase qui en obstrue partout l'entrée, l'obscurité qui y règne, l'air méphitique qui s'en exhale, les rendent en quelque sorte inaccessibles. De là les diverses conjectures auxquelles ils ont donné lieu. C'était au jugement de quelques érudits, la résidence d'un collège de Druides ; selon d'autres ils auraient été destinés à servir de refuges pendant les incursions des Barbares. Le vulgaire soupçonne qu'ils sont fréquentés par les esprits infernaux.
Pas plus que M. Lebeau, Piérard (6) ne se contente des explications trop simples des ingénieurs et des architectes:
Ces souterrains, dit-il, comme tous ceux du même genre qu'on trouve sur divers points de la France, sont évidemment d'origine celtique. C'étaient de ces lieux de refuge que Tacite appelle Latebroe, où les populations s'abritaient avec leur troupeaux et leurs instruments. Ils avaient quelquefois une très grande étendue et s'il faut en croire une tradition, certainement erronée des habitants du pays, reproduite autrefois par Jacques de Guise, ceux de Houdain auraient fait communiquer Bavay avec les rives de l'Escaut et de la Haine.
L'orifice de ces souterrains a été obstrué, on ne sait pourquoi en 1810 (?).
Un antiquaire zélé et consciencieux, M. Carlier, doyen de Bavay, qui les avait souvent visités, dit qu'ils étaient divisés en plusieurs chambres et soutenus par des piliers et des voûtes comme les catacombes de Rome et de Paris ; seraient-ils provenus de l'extraction des matériaux dont on s'est servi pour la construction de l'antique Bavay? Toute conjecture est permise à ce sujet.
A propos de la même question M. Delhaie, écrit dans son histoire de Bavay, 1869 :
Les Nerviens conservaient les grains dans des souterrains dont l'ouverture était cachée et qui servaient encore de retraite en cas de surprise.
Nous nous rappelons en effet que des souterrains creusés quelquefois dans le roc existent en grand nombre sous le sol de Bavay, détournés maintenant de leur première destination et qu'entre Houdain et Bellignies se trouve aussi un de ces refuges (que j'ai plusieurs fois parcouru en 1826 et 1827), où l'on voit des chambres de 12 à 15 mètres carrés, taillées dans la pierre, ainsi que des galeries conduisant à d'autres réduits.
Dans le cours de l'année 1871, des éboulements qui se sont produits dans les champs cultivés, ont permis de nouveau l'accès des trous des Sarrasins qui furent alors visités et étudiés par de nombreux archéologues parmi lesquels MM. Cornet et Briard, directeurs de charbonnages belges, qui ont levé le plan des parties non éboulées (7).
Voici les conclusions de ces savants ingénieurs :
Les souterrains que nous avons visités dans la Vallée de l'Hogneau, près du Village de Houdain, ont été creusés par des populations qui connaissaient le fer, et qui ont voulu se créer des lieux de refuge ou des magasins d'approvisionnement. Pour justifier cette opinion, ils s'appuyaient sur les deux considérations suivantes :
1° Le creusement de carrières souterraines était inutile puisque la pierre des Sarrasins affleure en divers points.
2° Qu'il existe dans le canton de Bavay de nombreuses roches dévoniennes pouvant être utilisées comme pierre à bâtir.
Comme on peut le remarquer, les auteurs qui se sont occupés des souterrains de Houdain sont loin d'être d'accord sur leur âge et leur destination. Pour les uns ce sont d'anciennes carrières où l'on exploitait des matériaux de construction, pour les autres, c'étaient des lieux de refuge ou des magasins d'approvisionnements des anciennes populations.
Les fouilles nombreuses et importantes entreprises dans ces dernières années dans le sous-sol de Bavay, par le savant M. Henault, ont tranché la question.
Elles ont en effet permis de constater que dans la fondation de tous les édifices élevés par les romains et dans les fortifications construites par eux, la pierre des Sarrasins a partout été utilisée comme moellons. D'énormes quantités de cette roche ont ainsi été employées et elles devaient provenir des carrières souterraines de Houdain, puisqu'il n'existe aucune autre trace d'exploitation à ciel ouvert, dans la région de Bavay.
Le choix de cette pierre à bâtir était d'ailleurs fort logique puisque, par sa texture, elle donne une prise absolument complète et énergique avec les excellents mortiers et ciments romains, dont on connaît la valeur.
A ce point de vue les roches dévoniennes, à surfaces toujours lisses, ne peuvent lui être comparées.
D'un autre côté, on sait que les romains avaient une prédilection marquée pour les exploitations souterraines auxquelles ils donnaient toujours la préférence: c'est sans doute parce qu'elles rendaient la surveillance de leurs esclaves plus facile. (Tous les mineurs romains étaient des esclaves.)
Si nous ajoutons que la pierre des Sarrasins de Houdain est le seul faciès connu de ce calcaire cénomanien, il nous sera permis de poser les conclusions suivantes :
Les souterrains connus sous le nom de Trous des Sarrasins des environs de Bavay ne sont ni préhistoriques, ni cultuels. Ce sont les carrières où les Romains ont puisé leurs matériaux pour les immenses constructions qu'ils édifièrent à Bavay du II au IVe siècle de notre ère.
Rien n'empêche, d'ailleurs, que, par la suite, ils aient servi de lieux de refuge ou de magasins.
Il serait intéressant de les déblayer et consolider afin de les conserver à la postérité. Par l'exécution de ces travaux, on recueillera certains objets fort précieux pour l'archéologue.
(1) Cornet et Briard. 1872.
(2) Histoire monumentale des Gaules. 1816.
(3) Calcaire dévonien.
(4) Le Menhir dit la pierre croûte.
(5) Promenade dans les environs d'Avesnes.
(6) Guide du touriste et de l'archéologue 1852.
(7) Terrains crétacés de là Vallée de l'Hogneau. Lille, 1872.


Faire connaître la page consacrée au village d'Houdain lez Bavay via Facebook.


Source : Culture.gouv
"Albums de Croÿ, Tome IX, Comté de Hainaut VI, Editions du Crédit Communal de Belgique"

Claudie Péan et Marie Pierre Robillard ont contribué à la réalisation de cette page.

*Haut de page*


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies