Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Ferrière la Petite, village de l'Avesnois

Habitants : Ferrièrois et Ferrièroises.
Code postal : 59680
Nb d'habitants en 2011 : 1035
Superficie : 5,35 km2

Mairie de Ferrière la Petite : Rue de la Mairie

Horaires d'ouverture :
Lundi et Mardi : de 08h30 à 12h00
et de 16h30 à 17h30
Mercredi et Samedi: de 08h30 à 12h00
Jeudi et Vendredi : de 08h30 à 12h00
et de 16h30 à 17h30

Tél : 03 27 62 01 10
Fax : 03 27 62 57 58

Mail : mairie.ferrierelapetite@orange.fr

Site de Ferrière la Petite : www.ferrierelapetite.fr

Musée de la poterie à Ferrière la Petite

Blason de Ferrière la Petite
Localisation sur carte du patrimoine de Ferrière la Petite : Ici

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1837 (textes numérisés)
Ferrière la Petite, noms anciens : Ferrières-les-Petites, 1740, doc. typ.
Monuments : L'ancien château de Ferrière la Petite appartenait autrefois à la famille de Bousies. Les parties conservées de cet édifice servent aujourd'hui à l'usage de fabrique de faïence.
Faits historique : Ce village existait en 1336, puisqu'il se trouve mentionné dans l'acte de donation de diverses terres, faite en ladite année par Jean de Hainaut à Jeanne, sa fille,  qui l'apporta, en dot à Louis de Châtillon, seigneur d'Avesnes. Cet acte est cité dans l'article de Ferrière la Grande.
Il forma, dès lors, une seigneurie particulière relevant des comtes de Hainaut et passa du ressort de la prévôté de Beaumont dans celui de celle de Maubeuge.
La seigneurie, au XVe siècle, appartenait à la maison de Berghes.
Les seigneurs de la Vigne, puis ceux de Bousies la possédèrent ensuite.
Ferrière la Petite était anciennement administrée par les mayeurs et échevins de Ferrière la Grande. Son église n'est devenue paroisse qu'au concordat.
La population de Ferrière la Petite est de 718 habitans, dont 20 indigens et 4 mendians.
La superficie territoriale de cette commune est de 532 hectares ainsi divisés : 289 en terres labourables, 95 en prés, 4 en terrains plantés, 113 en bois, 7 en landes et marais, 5 en contenance de propriétés bâties, 15 en routes, chemins, et 4 en rivières et ruisseaux. Sa culture ordinaire est le blé, le seigle, l'épeautre, le méteil, l'avoine et les pommes de terre. Sa culture principale est le blé froment. Sa principale industrie, après l'agriculture, est la fabrication de poteries et de faïence.
On trouve à Ferrière la Petite 1 moulin à blé, une fabrique de sabots, une fabrique de faïence et 11 fabriques de poteries.
Hameaux et lieux dits : La Daunée. Le Cononçon. Les Gravettes. Le Bois de Saint Pierre d'Hautmont. La Haute-Rue. Morlut. Le Grand-Pré.

Eglise de Ferrière la Petite
Église Saint-Médard à Ferrière la Petite,
du XVe siècle, et remaniée en 1843.
Eglise de Ferrière la Petite, détail de l'autel.
Détail de l'autel.

Ferrière la Petite sur l'album de Croÿ
Ferrière la Petite sur les albums de Croÿ.
Voir en grand format
Autel de l'église de Ferrière la Petite
Le maître-autel en marbre blanc a été fabriqué à Cousolre.

Statue dans l'église de Ferrière la Petite

Mairie de Ferrière la Petite
La Mairie de Ferrière la Petite.

Un texte de 1502 parle d'une tour et un autre, de 1686, évoque des restes de tours et tourions dont il est encore question en 1725. Sont-ce les fondations de ce château qui furent retrouvées avant 1914, près de la gare, entre les deux rivières? L'emplacement d'une tour ronde fut alors remarqué. La mairie occupe le château Gossuin du nom de celui qui, en 1838 en devint propriétaire ainsi que de la faïencerie. Eugène Gossuin décéda en 1863 et la faïencerie ferma en 1868. Elle avait été fondée en l'an VI par Charles de Bousies, dernier seigneur de Ferrière la Petite, et Louis Joseph Delannoy, propriétaire du Château de Vengiles à Damousies. L'association fut de courte durée puisque, en octobre 1805, Delannoy resta seul propriétaire. Sa veuve la céda à ses deux fils en 1829 mais, en 1835, Frédéric Louis Joseph Delannoy en devint l'unique maître et ce jusqu'à la vente de 1838 à Gossuin. L'actuel château, indiqué comme étant du XVIIIe siècle, paraît être la "jolie maison de campagne", encore qu'il ne mérite guère le qualificatif de joli, plutôt que le "vieux château". Si Charles de Bousies le fit construire, ce ne fut qu'après la Révolution, car l'édifice est d'une telle sécheresse que l'on hésite à le faire remonter au XVIIIe siècle ne fût-ce qu'en ses dernières années. Le château est de plan rectangulaire formé de trois corps en U, les 2 corps parallèles étant de peu de longueur. Le rez-de-chaussée et l'étage sont percés de trente baies au nord.

Hagnacroute à Ferrière la Petite
L'Hagnacroute

Cette ancienne carrière de pierre est devenu un agréable espace vert où se croisent promeneurs et joggeurs. Cette balade est aussi l'occasion de découvrir l'importance du travail de la pierre à Ferrière la Petite. C'est d'ailleurs de la "carrière au blanc" qu'ont été extraites les pierres ayant servies à la construction du château Gossuin, qui abrite la mairie.

Etang de la Garenne à Ferrière la Petite
L'étang de la Garenne à Ferrière la Petite.

Histoire du calvaire de Ferrière la Petite

Calvaire de Ferrière la Petite
Photo ancienne du calvaire dont les statues sont aujourd'hui
exposées au musée de la poterie de Ferrière la Petite.

Les personnages :
A gauche du Christ (qui est resté dans le calvaire situé à la sortie du village direction Cerfontaine) figuraient St Hubert et son cheval ; à droite, le cerf, avec la croix dans ses bois et St Marc.
Cet ensemble fut commandé à Elysée Gaudry par Cyrille Dehecq. Celui-ci avait été mordu par un chien : craignant d'avoir la rage  maladie mortelle à l'époque, il fit vœu d'offrir un magnifique présent à St Hubert s'il en réchappait. Sorti indemne de l'incident, il demande donc à Gaudry de réaliser les personnages du calvaire, qui rappellent le miracle de la conversion de St Hubert.
Il s'agit d'une représentation naïve, comme celle que Gaudry réalise à 14 ans sur le plat représentant un plat de fête, qui marie les erreurs de perspective (notez la taille du cheval par rapport à celle de St Hubert agenouillé) et le souci du détail (pas un bouton ne manque à l'habit de St Hubert, et, en observant bien, vous verrez qu'il n'y a pas 2, mais 3 animaux dans cette scène).
Gaudry a réalisé une autre version du miracle de St Hubert, qu'il a peint sur un pot dédicacé à Cyrille Dehecq (encore lui) qui devint garde-chasse lorsqu'il quitta la faïencerie.
Notons enfin que le calvaire s'agrémentait encore de 2 grands vases de terre cuite, offerts en 1875 par Florimond Boucneau, potier, qui, de la même manière que Cyrille Dehecq avait été mordu sans conséquences fâcheuses, par un chien soupçonné d'avoir la rage.

Calvaire de Ferrière la Petite

La légende de St Hubert.
Hubert (qui mourut en 727) était un païen qui s'adonnait joyeusement à la chasse. Un jour, il vit apparaître une croix entre les bois d'un cerf ; il se convertit, distribua ses biens et devint ermite. Ses reliques se trouvent à Liège.
Saint Hubert est le patron des chasseurs et forestiers, des bouchers, pelletiers, mais aussi des fondeurs de cloches.
Il est surtout invoqué contre la rage et les chiens enragés, les morsures de serpent et la folie. Il y a seulement une quarantaine d'années, à Ferrière la Petite, avait lieu une procession qui menait les fidèles au Calvaire, où chaque famille faisait bénir un morceau de pain rassis et offrait quelques pièces au saint pour se garantir de la rage.

Calvaire de Ferrière la Petite
Saint Marc.

Ferrière la Petite, chapelle.
Chapelle située Rue Léo Lagrange. N50.238600 E4.018838

Chapelle Notre Dame à Ferrière la Petite
Chapelle Notre Dame à Ferrière la Petite sur la D436.
N50.239585 E4.015147

Musée de la Poterie

Ancienne gare de Ferrière la Petite
L'ancienne gare de Ferrière la Petite.

La voie verte à Ferrière la Petite
La voie verte de l'Avesnois qui relie Ferrière-la-Grande à Glageon
passe dans la commune.
Calvaire de Ferrière la Petite
Le calvaire datant de 1820. N50.243048 E4.025111

Comme beaucoup d'autres à la même époque, il fut construit au moment de la Restauration, après la chute de Napoléon 1er (1815), pour expier les "crimes" commis lors de la Révolution.
Il fut achevé en 1820 comme l'atteste l'inscription figurant sur le fronton : "Chrétiens endurcis, revenez à votre Dieu, à Saint Hubert et Saint Marc qui reposent ici. Ce sera votre seule consolation - 1820". C'est Monsieur Gossuin, propriétaire de la faïencerie, qui offrit le terrain. Considéré comme point de repère stratégique pour les tirs de canon adverses, il fut démoli par l'armée en 1914 ainsi que les maisons qui le jouxtaient ; les propriétaires (M. et Mme Colson) le firent rétablir soigneusement après guerre, faisant remettre en place les statues qu'ils avaient sauvegardées.

Calvaire de Ferrière la Petite

La technique:
Pour réaliser cette œuvre en faïence aux dimensions très importantes, Elysée Gaudry dut fournir un gros travail :
- d'abord la réalisation des personnages : Les personnages sont creux, et Gaudry dut réaliser une armature en terre pour éviter que les pièces n'éclatent à la cuisson.
- ensuite pour la cuisson : Il s'agit bien ici de faïence ; si, du fait de leur exposition à l'air et à l'humidité, les personnages semblent recouverts de lichens et ont perdu leurs couleurs et leur émail, on peut encore voir, sur le dos de St Marc, des traces de l'émaillage d'origine.
Pour cuire ces pièces, Gaudry fut obligé de construire un four spécial dans son jardin, le four de la faïencerie ne pouvant contenir de pièces aussi importantes (en outre, il s'agissait d'une "commande" personnelle, réalisée en dehors de ses heures de travail). Pour résoudre le problème des bois du cerf, qui auraient été trop fragiles et n'auraient pas résisté à la cuisson, Gaudry a tout simplement ménagé dans la tête du cerf un "logement" dans lequel il est venu fixer, après cuisson, des branches de bois sec. Néanmoins, l'examen de ces bois montre qu'ils semblent avoir été recouverts de terre cuite : peut être Gaudry a t-il engobé le bois et l'a t-il fait cuire à une température peu élevée pour que la terre cuise sans que le bois ne se consume ?

Calvaire de Ferrière la Petite


Calvaire du cimetière de Ferrière la Petite
Le calvaire du cimetière.
N50.236059 E4.024449
Ferrière la Petite, Christ.
Inscription : "Coeur sacré de Jésus que votre règne arrive"
Rue Max Dormoy. N50.239457 E4.026370
Musée de la poterie à Ferrière la Petite
Le four Bouteille

Musée de la poterie à Ferrière la Petite
Les maîtres du feu.

Pichets  au musée de Ferrière la Petite
Assiettes au musée de Ferrière la Petite

Datant des années 1890-1891, ce four bouteille fut construit avec l'usine Lambert, née du regroupement de l'activité potière locale jusqu'alors éclatée en plusieurs ateliers. La technique du grès avait été introduite à Ferrière en 1718 par Gilles Gibon, originaire de Bouffioulx en Belgique. Les grès bleus de Ferrière, à dessins émaillés, consistaient en pots à bière, pots à eau ou assiettes à l'usage des métairies environnantes. Le four bouteille, d'un modèle maintenant très rare, occupe une simple maison en brique, sous un toit de tuiles flamandes ; cerclé de fer, il compte dix alandiers (foyers) qui étaient alimentés au charbon. La cuisson était à flamme renversée. Son diamètre extérieur est de 6, 30 mètres, le diamètre intérieur de 4 mètres, la hauteur de cheminée est de 10 mètres. Des trous de salure, sur la partie supérieure, permettaient d'obtenir le vernissage pendant la cuisson. Il a été arrêté en 1957.
En 1980, la Municipalité de Ferrière-la-Petite rachète les bâtiments de la poterie Lambert, qui renfermait dans ses locaux un four bouteille menaçant de finir en ruines. Dans un premier temps, elle décide de sauver ce qui peut l'être : réfection de la toiture, restauration du four qui sera classé Monument Historique. Dès lors, une association , " Ferrière-la-Petite : terre, art et traditions ", entreprend de relancer une activité artisanale de poterie traditionnelle (grès salé) grâce à Yvon Petit (retraité ayant commencé à travailler dans la poterie Lambert à l'âge de 14 ans jusqu'à sa fermeture). Ensuite naît le projet de créer un Musée autour du four-bouteille . Il sera inauguré en 1994.

Poterie du musée de Ferrière la Petite.

Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies