Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Eppe Sauvage, village de l'Avesnois

Habitants : Eppois, Eppoises
Code postal : 59132
Nb d'habitants en 2010 : 268
Superficie : 16,67 km2

Mairie d'Eppe Sauvage: 5, rue de la Fontaine

Horaires d'ouverture :
Lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi
de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 16 h 30
Samedi de 9 h 00 à 10 h 45
Fermé le Mercredi

Tél : 03 27 61 81 61
Fax : 03 27 57 25 68

Mail : mairie.eppesauvage@wanadoo.fr
Blason d'Eppe Sauvage
Localisation sur carte du patrimoine d'Eppe Sauvage : Ici

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1836 (textes numérisés)
Eppe Sauvage, noms anciens : Eppre, 1186 , J. de G., ann. du Hain., II, 339. - Espre, 1484, J. de G., manusc. de Valenc. - Eppe-Sauvage, 1677, pierre tombale du lieu. - XVIIe siècle, Epe-Sauvage, doc. top. Eppa Sylvestris, dans les chartes latines. Espre le Sauvage, dans les titres wallons.
Monuments : Forteresse au confluent de l'Helpe et du Clair-Voyon, ruinée au commencement du règne de Louis XIV. Une partie des bâtiments du château de Voyaux est d'une date assez reculée.
Une petite chapelle située près de la ferme de Linières a été réunie à l'église d'Eppe Sauvage en 1140.
Ancien cimetière renfermant des vases de différentes formes, des médaillons, etc., découvert, en 1858, au lieu dit Linières, à 400 mètres environ de l'église actuelle.
Faits historiques : Une bulle de l'évêque de Cambrai, Nicolas, confirma la liberté des autels qui existaient à Eppe et à Linières. En 1140, celui de Linières fut rattaché à l'église d'Eppe.
En 1186, paroisse du décanat d'Avesnes, à la collation de l'abbaye de Liessies. Au moyen-âge, siége d'une seigneurie mouvant de la pairie d'Avesnes et possédée, au XVe siècle, par un sire de Marchipont.
Eppe Sauvage faisait partie des six villages du marquisat de Trélon, créé en 1625.
Le 6 février 1651, le général Rose, commandant les troupes allemandes au service de France, ravagea Eppe Sauvage et plusieurs autres villages du Hainaut.
Un curé d'Eppe Sauvage obtint en 1687 un jugement contre l'abbaye de Liessies, et voulut le mettre à exécution; mais les moines, plus puissans que lui, firent révoquer la sentence et condamner le curé aux dépens.
Au XVIIIe siècle, on y comptait plusieurs hauts-fourneaux déjà en activité depuis longtemps, et dont d'énormes tas de scories attestent seuls aujourd'hui l'existence.
Avant 1789, de la prévôté de Maubeuge.
On a trouvé en 1835, dans un champ de ce village deux petites meules en granit de vingt pouces de diamètre ; toutes deux sont taillées en petits rayons sur une surface qui, à l'une est convexe, et à l'autre concave. On croit qu'elles ont servi dans des temps reculés à un moulin à bras.
La population d'Eppe Sauvage n'était en 1803 que de 585 habitans, elle en comprend aujourd'hui 823, dont 102 indigens et 3 mendians.
Eppe Sauvage a une superficie de 1666 hectares, savoir : 791 en prés, 791 en bois, 5 en vergers, 3 en fonds d'habitations, 44 en routes et chemins, 12 en rivières et 20 en terrains incultes.
Il n'y existe point de terres à usage habituel de labour. Les productions particulières à cette localité sont celles que procurent les prairies naturelles que l'on défriche de temps en temps, pour y mettre d'abord de l'avoine, puis du froment ou de l'orge, et que l'on rétablit ensuite en nature de prairies. La principale industrie des habitans consiste à élever et engraisser des bétes à cornes.
Il existe à Eppe Sauvage, 2 marbreries, 1 brasserie, 2 moulins à farine, plusieurs fabriques de bas et 2 fabriques de sabots.
Hameaux et lieux dits : Le Château de Voyaux. Le Château Maillard. Les Fermes de Linières (Linia, 1140), de Willies, du Marteau, de Griniaux, de la Fagnette, d'Hurtebise, de Couturelle. Le Val Joli. Le Gué de Voyaux. Le Mont Gomont (mons Gomundi, 640; mons Gomont, 697, Miroeus I, 490 , III, 283). Le Bois de Nostrimont.

Eglise d'Eppe Sauvage.
Le chevet

Tableau, église d'Eppe Sauvage
Fresque de l'abbaye de Lobbes

Tableau, église d'Eppe Sauvage
La Mise au Tombeau.
Tableau d'Alfred Dehodencq
Tableau, église d'Eppe Sauvage
La Mort de sainte Catherine d'Alexandrie
Tableau de William Haussoullier
Eglise d'Eppe Sauvage.
Détail du tabernacle.

Eglise d'Eppe Sauvage, fonts baptismaux.
Fonts baptismaux.

Eglise d'Eppe Sauvage, la nef.
La nef.

Monument aux Morts d'Eppe Sauvage.
Monument aux Morts d'Eppe Sauvage.

Eppe Sauvage sur les albums de Croÿ.
Eppe Sauvage sur les albums de Croÿ.
Cartouche :  "Eppe Sauvaige 1601". Voir en grand format
Eppe Sauvage sur les albums de Croÿ.
Autre vue d'Eppe Sauvage sur les albums de croÿ
Cartouche : "Le villaige de Eppe". Voir en grand format
Eglise d'Eppe-Sauvage
L'église Saint-Ursmer à Eppe Sauvage.

Saint Ursmer ou Ursmar ou Ursmarus en néerlandais, né vers 644 à Floyon près d'Avesnes-sur-Helpe, mort le 18 avril 713 à Lobbes en Belgique, était un moine, évangélisateur de la Flandre et du Hainaut, il fut évêque-abbé de l'abbaye de Lobbes.
La nef de l'église Saint-Ursmer date du début du 16e siècle, les chapelles de part et d'autre du choeur de la fin du 16e siècle, le choeur et la sacristie du 17e siècle.
L'église paroissiale Saint-Ursmer est surmontée d'un clocher en charpente. Son soubassement est constitué de pierre calcaire et la maçonnerie de brique. Elle est composée d'une nef unique sans collatéraux. La nef comporte une voûte d'ogives plate. Les chapelles sur plan carré situées de part et d'autre du choeur sont voûtées en brique avec des nervures en pierre, ainsi que le choeur, éclairé par trois fenêtres ogivales.

Triptyque, église d'Eppe-Sauvage
Triptyque en bois peint de 1611.
(Scènes de la vie de Saint Ursmer)
Trptyque dans l'église d'Eppe Sauvage
Triptyque sur l'autel de la Vierge
(Adoration des bergers, Visitation, Assomption)
Eglise d'Eppe Sauvage, fonts baptismaux.
Fonts baptismaux.

Eglise d'Eppe Sauvage, pierre tombale.
Pierre tombale de 1736.

Grotte de Lourdes dans l'église d'Eppe Sauvage
Grotte de la Vierge

Mairie Ecole, Eppe Sauvage
Mairie, école d' Eppe Sauvage.

Mairie-école dont les plans ont été donnés par l'architecte départemental Marius Trussy en 1835. Elle est datée 1839 et englobe une maison d'habitation des années 1850, achetée en 1868 dans ce but, ainsi que l'ancienne école des filles ajoutée en 1902 par l'architecte départemental Auguste Depasse et l'entrepreneur de Sains-du-Nord, Baudry.

Le village d' Eppe Sauvage.
Le village d'Eppe Sauvage vu des hauteurs.

Le château Voyaux à Eppe-Sauvage.
Le château Voyaux à Eppe-Sauvage.

Le château Voyaux a été construit au XVIe siècle pour les seigneurs d'Eppe Sauvage, les Marchipont et racheté en 1540 par les Polschet, maîtres de forge, en liaison avec une forge située sur l'Helpe-Majeure transformée en ferme à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle. L'église Saint-Ursmer d'Eppe-Sauvage abrite plusieurs pierres tombales de membres de cette famille. Ainsi un Martin Poschet "écuyer, seigneur de Veaux" (c'est-à-dire de Voyaux) décède en 1614, âgé de 66 ans. D'après Fernel, Pierre Polschet a été fait chevalier par Philippe IV en 1666. En 1767, décède "Messire Nicolas Philippe Poschet de Voyaux écuyer". Au XVIIIe siècle, les Polschet possèdent également la forge du Marteau aujourd'hui détruite et font construire le château Maillard. Au début du XXe siècle, le château a appartenu au comte Culhiat du Fresne, avant d'abriter une colonie de vacances dite la Maison des Jeunes "les Sapins", ouverte en 1930 par l'Institution Saint-Louis de Roubaix. Les bâtiments composant l'ensemble sont aujourd'hui divisés entre différents propriétaires et ont un usage résidentiel.


Chateau Voyaux, Eppe-Sauvage
Le château Voyaux

Le château Voyaux à Eppe-Sauvage.

Le château Voyaux à Eppe-Sauvage.
Carte postale ancienne du château Voyaux à Eppe-Sauvage

Château Voyaux à Eppe-Sauvage
Photo du Château Voyaux prise d'une caméra accrochée sous un cerf-volant. L'Avesnois vu d'en haut.

Calvaire d'Eppe Sauvage.
Le calvaire d'Eppe Sauvage. Au cimetière.
N50.120561 E4.179420
Chapelle à Eppe-Sauvage.
Chapelle Saint-Ursmer de1669 récemment rénovée.
Rue de la Haut / chemin Trouillet. N50.124135 E4.178557
Chapelle à Eppe-Sauvage.
Chapelle dédiée à N.D. de Bonne Espérance, rue de Touvent.
N50.127432 E4.145163
Chapelle à Eppe Sauvage.
Chapelle située près du château Voyaux
N50.108481 E4.188546
Grotte dédiée à la Vierge à Eppe-Sauvage.
Grotte dédiée à la Vierge (près de la maison forestière)
N50.113045 E4.139207
Statue du Christ à Eppe Sauvage.
Statue du Christ de 1879.
Rue Vieux Chemin de Trélon. N50.113228 E4.166812
Chapelle à Eppe-Sauvage.
Chapelle de 1876 dédiée à Saint Joseph, route de Moustier.
N50.115689 E4.180037
Chapelle à Eppe-Sauvage.
Chapelle Saint Roch de 1747, rue de la Haut
N50.122561 E4.178927
Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage.
Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage. 

Ce lac artificiel a une surface de 180 ha pour un volume d’eau de 4,5 millions de m3 contenu par un barrage en béton armé, de 18 m de haut et 315 m de long créé vers la fin des années 60 pour réguler le débit de l'Helpe Majeure. Le barrage se situe sur le territoire du village voisin, Willies. Le Val Joly est aujourd'hui un complexe touristique.


Eppe Sauvage, Chateau Maillard.
Le château Maillard.

Le château Maillard a été construit en 1774 pour le maître de forge Laurent Polschet, alors mayeur d'Eppe Sauvage et de Sivry.
L'édifice et ses dépendances témoignent des activités de forge dans la vallée de l'Helpe-Majeure au XVIIIe siècle.

L'accès au château est signalé par deux tourelles d'entrée. Le château est organisé autour d'une cour, le logis étant situé à l'est, accolé au sud à un bâtiment comprenant l'étable, le fenil et une grange. A l'ouest a été construite une seconde grange, face au logis. Celui-ci comporte un étage à six travées et deux étages de comble. Les ouvertures sont légèrement cintrées. La maçonnerie est en brique, le soubassement en pierre bleue, l'encadrement des baies en pierre bleue et en brique. La toiture est couverte en ardoise.

Eppe Sauvage, Chateau Maillard.


Eppe Sauvage, Chateau Maillard.


Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage
Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage, la station vue de la rive sud.

Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire situé rue de Touvent / rue du Grand Rieux.
N50.122415 E4.166071
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Chapelle de 1869 dédiée à Jésus. Rue de la Haut.
N50.121696 E4.178301
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire situé près du parking du Miroir.

Oratoire à Eppe-Sauvage.
Chapelle du Grand Rieu.
N50.125544 E4.163581
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire de 2000 dédié à ND de la Paix, rue du Starchon.
N50.11594 E4.18230
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Notre Dame de la Fontaine, rue de la Fontaine.
N50.121189 E4.189806
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire dédié à ND de Walcourt.
Rte de Moustier, à la limite du village. N50.107823 E4.190861
Oratoire ND de Walcours à Eppe-Sauvage
Oratoire de 1831 dédié à ND de Walcourt
Rue du Grand Rieux. N50.126479 E4.160841
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire dédié à ND de Quartes. Rte de Moustier / rue de Starchon.
N50.115576 E4.180610
Oratoire à Eppe-Sauvage.
Oratoire de 1853 dédié à ND de Grâce.
Petit chemin herbeux qui va de l'église à la chapelle St Ursmer
N50.121208 E4.178827
Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage
Le lac du Val Joly à Eppe Sauvage.

La station du Val Joly à Eppe Sauvage.
La station touristique du Val Joly à Eppe Sauvage, par une belle journée d'hiver.

Ancienne douane d' Eppe Sauvage.
L'ancienne douane d' Eppe Sauvage.

Vue aérienne de La station touristique du Val Joly à Eppe Sauvage.
Vue aérienne de la station touristique du Val Joly à Eppe Sauvage. Voir la photo en grand format.

Faire connaître la page consacrée au village d'Eppe Sauvage via Facebook.


Source : Culture.gouv
"Albums de Croÿ, Tome IX, Comté de Hainaut VI, Édition du Crédit Communal de Belgique."
"Albums de Croÿ, Tome II, Propriétés des Croÿ, Édition du Crédit Communal de Belgique."

Elio Congiu, Guillaume Louÿs, Annick Pecqueur Ducrocq, Adrien Poirette, Christian Pavot,
Mickaël Tilmant, Liliane Jouve et Claudie Péant ont contribué à la réalisation de cette page.


*Haut de page*


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies