Accueil
Aibes
Amfroipret
Anor
Assevent
Audignies
Aulnoye Aymeries
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Bachant
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaudignies
Beaufort
Beaurepaire sur Sambre
Beaurieux
Bellignies
Bérelles
Berlaimont
Bermeries
Bersillies
Bettignies
Bettrechies
Beugnies
Boulogne sur Helpe
Bousies
Bousignies sur Roc
Boussières sur Sambre
Boussois
Bry
Cartignies
Cerfontaine
Choisies
Clairfayts
Colleret
Cousolre
Croix-Caluyau
Damousies
Dimechaux
Dimont
Dompierre sur Helpe
Dourlers
Eccles
Éclaibes
Écuélin
Élesmes
Englefontaine
Eppe-Sauvage
Eth
Étrœungt
Feignies
Felleries
Féron
Ferrière la Grande
Ferrière la Petite
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Fourmies
Frasnoy
Ghissignies
Glageon
Gognies Chaussée
Gommegnies
Grand Fayt
Gussignies
Hargnies
Haut Lieu
Hautmont
Hecq
Hestrud
Hon Hergies
Houdain lez Bavay

En long, en large et en travers.

Répertoire des villes et villages de l'Avesnois.

Amfroipret, village de l'Avesnois

Habitants : Aufridiens, Aufridiennes
Code postal : 59144
Nb d'habitants en 2011 : 228
Superficie : 1,54 km2

Mairie d'Amfroipret : 114 rue de l’ Église

Horaires d'ouverture :
Mardi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 15h
Jeudi de 9h30 à 12h30

Tél : 03 27 39 83 23
Fax : 03 27 39 83 23

Mail : mairie.amfroipret@wanadoo.fr

Localisation sur carte du patrimoine d'Amfroipret : Ici
Blason d'Amfroipret

Source Gallica, Bulletin de la Commission historique du département du Nord - 1866, et annuaire statistique du département du Nord - 1836 (textes numérisés)
Amfroipret, noms anciens : Anfroipret, 1163 , charte de l'évêque de Cambrai Nicolas. - Aufroipret, 1173. - Anfroipreut, 1181, cart. de l'église de Cambrai. - Aufroipret, 1186, J. de G., Ann. du Hain., XII, 339. - Austoit-Preit, Chron. de Gislebert, p. 175. - Amfropreit, 1297, cart. du Hainaut. - Anfroipres, Pouillé du diocèse de Cambrai. - Amfroprè , document topographique.
Monuments : Quelques débris du château bâti près de l'église, par Pierre Brongnart, dit de Haynin (*), grand bailli de Hainaut de 1408 à 1417. Église construite antérieurement au XVIIe siècle.
Faits historiques : en 1163, dépendance de Preux-au-Sart.
En 1186, paroisse du décanat de Valenciennnes.
Il existe aux archives départementales des lettres souscrites, le 25 août 1297, entre Jean d'Avesnes, comte de Hainaut, Jean Li Dus, prévôt de la monnaie de Valenciennes, et les ouvriers et apprentis monnayeurs de la monnaie du Hainaut. Parmi les monnayeurs figurent Jaquenne et Hanins d'Amfroipret.
D'après une gouache des Albums de Croÿ, Amfroipret possédait au début du XVIIe siècle, un important château médiéval qui comprenait de nombreuses tours carrées de hauteurs inégales; à l'une d'elles était adossée une svelte tourelle cylindrique coiffée d'une flèche aigüe.
Le château fut pris et saccagé en 1651; restauré en 1690, il reçût une garnison française; dans le XVIIIe siècle, il était déjà en ruines.
Avant 1789, Amfroipret dépendait de la subdélégation et de la prévôté de Bavai. En 1790, il fut compris dans le canton de Bavai, district du Quesnoy; et en l'an X, dans l'arrondissement d'Avesnes.
Les archives de la mairie de cette commune remontent à l'année 1655.
Le village d'Amfroipret possède 269 habitans, dont 35 indigens et 3 mendians.
La superficie totale de son territoire est de 154 hectares, dont 43 en terres labourables, 10 en prés, 4l en pâtures, 46 en bois, 2 en jardins, 3 en houblonnières, 2 en contenance des propriétés bâties et 7 en routes, chemins, rivières et ruisseaux.
On cultive dans cette commune le blé, le seigle, l'orge, l'avoine, les fèves, le trèfle, les pommes de terre, les pois, les haricots et le houblon. Sa culture principale est le blé , l'orge, l'avoine, le houblon et les pommes de terre.
Sa seule industrie est, après l'agriculture, la fabrication de la toile.
Hameau : Bracmart.

Eglise d'Amfroipret


Eglise d'Amfroipret
Christ en façade de l'église.

Eglise d'Amfroipret, autel
Le retable et l'autel

Eglise d'Amfroipret, la chaire
La chaire de Vérité.

Eglise d'Amfroipret, saint
St Roch

Eglise d'Amfroipret, vitrail


Chapelle à Amfroipret.
Chapelle située rue du Bracmar (près du golf)
N50.285024 E3.723863
Monument d'Amfroipret
Monument aux morts d'Amfroipret inauguré le 10 juillet 1921.

Amfroipret sur les albums de Croÿ
Amfroipret sur les albums de Croÿ. Cartouche "Anfraupré 1601"
Voir en grand format
Eglise d'Amfroipret
Église Saint-Nicolas à Amfroipret.

L'église d'Amfroipret est reconstruite pour les paroisses d'Amfroipret et de Bermeries entre 1860 (P.V. d'adjudication) et 1862 (P.V. Réception définitive des travaux) d'après un projet de Jules Fiévet de 1857. Le clocher est réparé en 1901 suite aux dégâts causés par la foudre.
L'église est construite en brique sur un soubassement de grès subsistant de l'ancienne église. La façade pignon est décorée d'un motif décoratif imitant les bandes lombardes et couronnée par un clocher. La toiture à deux pans et la flèche du clocher sont couverts d'ardoise. L'édifice est composé de trois vaisseaux et quatre travées. Les bas-côtés ont des chevets plats et la nef est terminée par une abside peu profonde abritant le choeur. L'édifice s'élève sur un seul niveau (grandes arcades) , retombant sur des colonnes de pierre de Marbaix. Les murs en brique sont recouverts d'un enduit, souligné par un décor. La nef est couverte d'une voûte en berceau et les bas-côtés de voûtes en pendentif. le sol est constitué d'un dallage de pierre bleue.

Eglise d'Amfroipret


Eglise d'Amfroipret, détail du retable
Eglise d'Amfroipret, détail du retable.

Eglise d'Amfroipret,fonts baptismaux.
Les fonts baptismaux - 1518.

Eglise d'Amfroipret, vierge
La vierge et l'enfant.

Mairie d'Amfroipret.
Mairie d'Amfroipret.

Emblème de la république sur le fronton de l'école d'Amfroipret
Emblème de la république sur le fronton de l'école d'Amfroipret

Calvaire d'Amfroipret.
Croix de chemin de 1818
Chemin des Grandes Carrières.
N50.282124 E3.724343
Brasserie Malterie Carlier, puis Carlier Stordeur à Amfroipret

Dans la première moitié du 19e siècle Auguste Carlier installe une brasserie-malterie sur le site de la ferme de son père. En 1894 il demande l'autorisation d'établir une brasserie au nom de Carlier Stordeur. Se succèdent à la tête de l'usine César Auguste, puis Auguste Carlier jusqu'à la Première Guerre mondiale. A la fin du conflit la brasserie, endommagée, est vendue à une société belge qui la restaure pour l'exploiter. Dans les années 1920 les bâtiments changent plusieurs fois de propriétaires jusqu'à leur réhabilitation vers 1985 en gîte rural. En 1927 la brasserie produisait 5000 hectolitres de bière de fermentation haute. Atelier de fabrication couvert d'un toit à longs pans et d'un toit à croupe; pièce de séchage à un étage carré avec toit en pavillon surmonté d'un lanterneau et appentis; écurie en rez-de-chaussée couverte de tuile flamande mécanique ; logement patronal en pierre et brique.

Brasserie d'Amfroipret
L'ancienne brasserie Malterie Carlier, puis Carlier Stordeur.

Brasserie d'Amfroipret
Etang d'Amfroipret.
L'étang d'Amfroipret.

Faire connaître la page consacrée au village d'Amfroipret via Facebook.


Sources : Culture.gouv.fr
"Albums de Croÿ, Tome IX, Comté de Hainaut VI, Editions du Crédit Communal de Belgique"

 Sylvie Meunier et Claudie Péan ont contribué à la réalisation de cette page.

* Complément d'information communiqué par le webmestre du site de la famille de Haynin. A propos des notes historiques citées plus haut : "Pierre Brongnart, dit de Haynin, grand bailli de Hainaut de 1408 à 1417" etc, c'est une confusion commune à l'époque de confondre patronymes et sobriquets/surnoms. Très tôt les nobles prirent pour patronyme celui de leur première terre anoblissante (tandis que les non nobles n'utilisaient qu'un prénom et se distinguaient d'autres par un sobriquet souvent fait avec le prénom de leur mère ou un surnom. Il faudra attendre un peu plus longtemps pour que la démographie oblige enfin aussi ces derniers à prendre régulièrement un patronyme. Pour les nobles, lorsqu'ils avaient plusieurs seigneuries, ils se présentèrent jusqu'aux croisades sous le nom de la plus proches ou la plus connue de leurs seigneuries de l'endroits où ils se trouvaient. Ils ont dû aussi vite ajouter à leur patronyme celui de leur plus importante terre seigneuriale pour éviter les confusions ... Pour Pierre ci-dessus, il faut enfin lire "Pierre de Haynin", dit "Brongnart", grand bai... etc. Brongnart, Brougnart, Brognart, ou Broignart sont plusieurs variantes du sobriquet donné à quelqu'un portant la "Brogne".... " nom de la cotte de mailles que portaient alors les chefs de guerre, ainsi furent affublés de ce sobriquet "ceux qui ne sortaient jamais sans l'avoir sur le dos".
Le Palais Brognard, à Paris, tiendra bien plus tard ce nom d'autres familles qui ont pris cet adjectif pour patronyme ; il n'y a enfin absolument aucun rapport avec la famille de Haynin.

*Haut de page*


Jenlain
Jeumont
Jolimetz
La Flamengrie
La Longueville
Landrecies
Larouillies
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Liessies
Limont Fontaine
Locquignol
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Mairieux
Marbaix
Maresches
Maroilles
Marpent
Maubeuge
Mecquignies
Monceau Saint Waast
Moustier en Fagne
Neuf Mesnil
Neuville en Avesnois
Noyelles sur Sambre
Obies
Obrechies
Ohain
Orsinval
Petit Fayt
Poix du Nord
Pont sur Sambre
Potelle
Preux au Bois
Preux au Sart
Prisches
Quiévelon
Rainsars
Ramousies
Raucourt au Bois
Recquignies
Robersart
Rousies
Ruesnes
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Saint Rémy du Nord
Saint Waast la Vallée
Salesches
Sars Poteries
Sassegnies
Sémeries
Semousies
Sepmeries
Solre le Château
Solrinnes
Taisnières en Thiérache
Taisnières sur Hon
Trélon
Vendegies au Bois
Vieux Mesnil
Vieux Reng
Villereau
Villers Pol
Villers Sire Nicole
Wallers en Fagne
Wargnies le Grand
Wargnies le Petit
Wattignies la Victoire
Wignehies
Willies