Le Château de Dourlers

*Retour au sommaire*

Façade du Château de Dourlers.
Façade nord du château de Dourlers.

Source Gallica : Notice historique sur la terre seigneuriale et sur les seigneurs du Sart de Dourlers, par Lebeau Isidore. 1859
Le Château seigneurial.
L'ancien château de Dourlers existait au centre du village, dans une pâture longeant, au nord, la place publique, et qui est encore connue, de nos jours, sous le nom de la pâture de l'Tour. La preuve s'en trouve d'un dénombrement du 20 juin 1782, dans lequel, en énumérant les biens de la seigneurie, on indique :4 rasières 1|2 ou environ de pasture, y compris une petite partie, eschangée avec la cure, où a été cy-devant le chatteau, communément appelée la pasture du seigneur ou de l'Tour, tenant du midy à la place, du levant à la veuve Fiévet, du septentrion à la ruelle de la cure et du couchant au ruisseau.
Ce château, dont on doit faire remonter la construction au XIIème siècle, au plus tard, était en ruines vers 1450 : on n'y voyait plus debout qu'une vieille tour, sorte de donjon écourté, dégradé, dominant des masures affreuses, qui l'environnaient. Il resta dans cet état jusque vers l'an 1618. Dès-lors, les seigneurs de la famille de Lestang relevèrent quelques bâtiments au pied de la tour pour y établir leur résidence; mais ces constructions nouvelles, d'ailleurs légères, ne tardèrent pas à éprouver le sort de celles qui les avaient précédées.
L'acte de la vente faite, en 1664, de la terre de Dourlers indique, en effet, une maison seigneuriale ruinée, avec un jardin fruitier et potager contenant trois rasières ou environ.

Fontaine du château de Dourlers.
La remarquable fontaine du château.

Le bassin et sa nageuse au château de Dourlers.
Le bassin et sa nageuse.

Dessin du château de Dourlers sur le Pierrart de 1851.
Dessin du château de Dourlers sur le Pierrart de 1851

Le kiosque en fonte du château de Dourlers.
Le kiosque en fonte au milieu du parc.

Aile Ouest du château de Dourlers.
L'aile Ouest du château.

château de Dourlers, vue satellite.
Le château de Doulers sur une vue satellite.

Cascade du château de Dourlers.
La cascade du plan d'eau.

Candélabre en fonte du château de Dourlers.
Un des candélabres en fonte du château.

En 1694, on démaçonnait des briques à la maison seigneuriale de Dourlers pour paver la cuisine et raccommoder la cense de Semousies.
La fille d'Ernest d'Eclaibes vendit la terre de Dourlers en 1709 à Pierre Bady architecte des bâtiments du roi.
En 1712, suivant le dénombrement fourni le 4 mars, le château n'était plus qu'une masure avec tour, qui ne tardèrent pas à être entièrement démolies.
Le château moderne, dans lequel on a fait entrer la plupart des matériaux de l'ancien, fut élevé peu de temps après, mais sur un autre emplacement plus au sud. La construction en est due à Pierre Bady, seigneur d'Aymeries et du Sart-de-Dourlers, qui trouva préférable de placer le nouvel édifice au bord du ruisseau de la fontaine de St.-Eloi, un peu au dessous du corps du village. Quoique toujours désigné sous le nom de château, c'est tout simplement une belle maison de campagne, régulièrement bâtie en pierres et briques et dans d'assez grandes proportions. Elle forme un rectangle long de 33m sur 14m et n'a, outre le rez-de-chaussée, qu'un seul étage. De beaux jardins, des terrasses, des pièces d'eau, vinrent successivement ajouter à l'agrément de cette demeure seigneuriale, qu'on ne cessa d'embellir jusqu'à la révolution. Mais, dans ce temps de crise, elle faillit être anéantie.
Déjà le château avait été pillé et dévasté par la populace, quand, vers la mi-octobre 1793, les troupes républicaines vinrent prendre position au-dessus du village, au sud, vis-àvis des impériaux qui occupaient les hauteurs du côté opposé.
C'est alors qu'eut lieu le Combat de Dourlers, durant lequel le château, alternativement pris et repris par les Français et les Autrichiens, fut criblé de boulets et dévasté. Les soldats de la République, qui s'y installèrent ensuite, continuèrent l'œuvre de destruction: ils convertirent en bois de chauffage des lambris, des boiseries et même des planchers qui avaient échappé aux premiers désastres.
Confisqué et déclaré domaine national, avec ses dépendances, le château de Dourlers, qui était composé de huit belles places hautes et huit places basses, plusieurs cabinets et mansardes, des grands greniers et six caves, avec quelques dépendances, entr'autres à gauche, en entrant par la grande porte, plusieurs remises et une chapelle, fut vendu publiquement devant les administrateurs du département du Nord, le 17 prairial an VI, au sr André, de Douai, moyennant le prix de 108,000 francs. On ouvrit les enchères sur 4,500 francs, représentant les trois quarts de l'estimation des biens, et l'adjudication ne fut prononcée qu'après avoir allumé successivement 61 feux. Quelque élevé que paraisse ce prix au premier aperçu, il atteint pourtant à peine le sixième de la valeur réelle de ces propriétés. C'est que, en définitive, le prix de 108,000 francs a été soldé au moyen de 4,259 francs 25 centimes en argent. Le château, avec les jardins et autres dépendances, la pâture Agathe et le bosquet tenant à ces jardins ont été rétrocédés à M. Charles Bady de Normont, le 19 mai 1807, pour la somme de 6,000 francs, par F. Wiringer à qui ils appartenaient comme commands des acquéreurs primitifs.
Abandonné après les mauvais jours de la révolution, ce château, pendant longtemps, n'attira plus l'attention que par l'état, de délabrement où il se trouvait et par le souvenir qui s'y rattachait.
A la mort de Charles Bady, comte de Normont, en 1832, tous ses biens passèrent à son frère Bertrand, qui, vieux et valétudinaire, ne songea pas à restaurer le château de Dourlers. Ce dernier rejeton de la branche cadette des Bady mourut à son tour en 1845. La marquise Mme Aimée-Sophie, marquise de Nédonchel, le restaure après en avoir hérité et l'agrémente d'un parc à l'anglaise.
Puis jusqu'au début des années 1970, le domaine appartiendra à la famille Bourbon Busset.
A cette époque, Monsieur Mulleman l'acquiert et en fait le musée du scoutisme.
Il appartient à la famille Gon-Paz depuis le début des années 2000.

Aile Ouest du château de Dourlers.
L'aile Est du château.

Blason du château de Dourlers. Les armoiries de la famille de Nédonchel.

Le Château de Dourlers, façade sud.
Vue sud du château.

Le Château de Dourlers, carte postale.
Aile Est, potager et dépendances du château.

Le Château de Dourlers, carte postale.
Vue aérienne, milieu XXème siècle sans doute.

Le Château de Dourlers, carte postale.
Les écuries, la serre et les dépendances du château.

*Retour au sommaire*

Faire connaître la page consacrée au château de Dourlers via Facebook.