Musée de la machine parlante à Cousolre
Cousolre
Musée - machine parlante
Les Musées de l'Avesnois

Musée de la machine parlante à Cousolre

Le musée de Cousolre dédié à la "Machine parlante" a été inauguré le 4 mai 2013. Il est l'oeuvre de Jean-Paul Maïeu et de sa compagne Magali Barbier. Collectionneur depuis son enfance d'appareils diffuseurs et enregistreurs de la parole et de la musique, Jean-Paul ne voulait plus garder toutes ces merveilles pour lui seul.
L'idée et l'envie de faire partager cette passion en créant un musée à Cousolre, lui a pris il y a environ cinq ans, quand le bâtiment des anciens transports Lacoste mais également ancienne marbrerie Maza fut mis en vente. L'endroit était idéal pour redonner vie à toutes ces machines parlantes.

Au travers de sa collection, le musée de Cousolre retrace la vie de ces inventeurs, de Charles Cros (*) à Thomas Edison (Le brevet du phonographe a été publié le 19 Février 1878) en passant par Berliner, Charles Pathé ou Henri Lioret, à qui l'on doit le premier vrai enregistrement sur cylindre de celluloïd en 1893. Du poste à galène au transistor, du rouleau de cire à l'ancêtre du juke-box, du gramophone à l'écophone, des centaines d'inventions que Jean-Paul a acquises en multipliant les déplacements, pour en rapporter l'objet rare. Jean-Paul Maïeu n'est pas seulement un collectionneur, mais aussi un historien qui vous fera revivre ces instruments l'espace d'un instant lors d'une visite du musée commentée par ses soins.

Musée de la machine parlante à Cousolre : Ronéophone Pathé à disque
Ronéophone Pathé à disque.
Destiné à la correspondance commerciale, l'enregistrement se faisait sur disque effaçable par rabotage.
Musée de la machine parlante à Cousolre : Dictaphone Edison
Dictaphone Edison.

Le Dictaphone, mis au point en 1907 par la compagnie américaine Columbia Graphophone Company, permet l'enregistrement des dictées orales sur des cylindres de cire.


Musée de la machine parlante à Cousolre : Edison standard vers 1903
Edison standard vers 1903

Musée de la machine parlante et du son enregistré à Cousolre : Edison Phonographe Home
Edison Phonographe Home

Musée de la machine parlante et du son enregistré à Cousolre : Ecophone Pathé
Ecophone Pathé "Jour et nuit" 1910

Désormais à la tête de l’association du musée de Cousolre, Jean-Paul Maïeu n’est pas pour autant entouré d’une armada de spécialistes: le parcours muséal, c’est lui qui l’a imaginé. En toute simplicité, forcément: le guide des lieux, c’est lui. Le plus sûr moyen pour que les visiteurs du musée profitent de son savoir accumulé au gré de ses lectures spécialisées et de son expérience: trente ans de collection de phonographes (qui lisent des cylindres), de gramophones (qui lisent des disques), de radios et autres objets parlants, ça pose un homme.
Pas forcément habitué aux grands discours ni automate savant, Jean-Paul Maïeu déroule l’histoire de ces machines, capable d’en détailler les moindres détails techniques. De la première machine parlante de 1877 à la radio fonctionnant à l’énergie solaire laissant échapper un tube des Rita Mitsuko, le maître des lieux est intarissable au fur et à mesure qu’il présente ses trésors présentés dans des vitrines ou à l’air libre. Avoue, ici et là, quelques incertitudes sur les dates mais reste ferme quant à l’authenticité de ses pièces. Le profane, lui, n’en peut mais, forcément fasciné par ces objets majestueux dont la technologie rend bien terne nos pauvres lecteurs MP3. «Il y a un moment où les évolutions vont trop loin, juge à ce propos Jean-Paul. Avec ces nouveaux objets, ça devient incollectionnable…
Mais, bon, dans les discothèques, on revient au 45 tours…» Le dictaphone? Les jouets parlants? Déjà inventés au début du XXe et, oui, m’ssieurs-dames, la plupart de ceux passés entre les mains bricoleuses de Jean-Paul Maïeu fonctionnent encore! Une bien jolie promenade sonore dans le temps. Elle devrait ravir les plus anciens comme les plus jeunes.
Reste évidemment à savoir si le public sera au rendez-vous.
Grâce à l’office du tourisme de Cousolre, qui a édité une brochure spécifique, des contacts ont déjà été établis avec des associations, Jean-Paul Maïeu espérant bien séduire aussi les établissements scolaires. « C’est un projet fou », répète-t-il encore. Et cette folie-là n’est près de s’assagir: «Il y a encore quelques belles pièces qui me feraient plaisir: je continue à chercher de belles choses», confesse le Cousolrézien.
Au risque de devoir un jour pousser les murs de ce nouveau musée? Figurez-vous que Jean-Paul Maïeu y pense déjà. Pas fou.
Une partie du musée est aujourd'hui consacrée à l’histoire de Cousolre, et notamment a son passé marbrier. Des sculptures de marbre entre autres, y sont exposées.

Musée de la machine parlante à Cousolre : Gramophone Mammut 1915
Gramophone Mammut 1915 Fabriqué par
Mammutwerk K. Von Wilburger (Vienne)
Musée de la machine parlante à Cousolre : Edison Triumph - 1906
Edison Triumph - 1906
Modèle D2
Musée de la machine parlante et du son enregistré à Cousolre: Violon à pavillon (1899)
Augustus Stroh 1828-1914
Inventeur du violon à pavillon en 1899.
Musée de Cousolre : Phonographe parlophone; Polyphon 1940; Nirona 1929 (Allemagne, fabriqué par Nier
- Phonographe parlophone
- Polyphon 1940
- Nirona 1929 (Allemagne, fabriqué par Nier Ehmer. Le résonateur en forme de cloche, est typique de la marque)

* En avril 1877, il adresse à l'Académie des sciences un mémoire décrivant le principe d'un appareil de reproduction des sons, qu'il nomme « paléophone » (prototype du phonographe). Son document suggère que les vibrations sonores peuvent être gravées dans du métal à l'aide d'un crayon rattaché à une membrane vibrante, et que, par la suite, en faisant glisser un stylet rattaché à une membrane sur cette gravure on parviendrait à reproduire le son initial. Avant que Charles Cros n'eût la possibilité de suivre son idée, voire de construire un prototype, Thomas Edison, aux États-Unis, mettait au point le premier phonographe. Cependant, dans un de ses textes à la mémoire de son ami publié dans Le Chat noir, l'écrivain Alphonse Allais prétend avoir vu et entendu les sons restitués par un phonographe construit par Charles Cros bien avant le modèle d'Edison. On pense généralement que les deux hommes ne connaissaient pas leurs travaux respectifs. En hommage à ses travaux, en 1947 son nom est retenu pour désigner l'Académie Charles-Cros, fondée par des critiques et des spécialistes du disque attribuant chaque année des distinctions très remarquées, les Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros. Dans les années 1980, la Bibliothèque nationale de France a choisi à son tour le nom de Charles Cros pour désigner sa collection d'appareils de lecture et d'enregistrement, visitable aujourd'hui au département de l'Audiovisuel de la Bibliothèque nationale. (Source Wikipédia)

Musée de la machine parlante à Cousolre : Haut parleur Brown
Haut parleur Brown.
Musée de la machine parlante à Cousolre : Fontanophone. Paris 1910.
Fontanophone. Paris 1910.

Partager sur Facebook la page consacrée au Musée de la machine parlante de Cousolre.



Musée de la machine parlante
43A route Nationale, 59149 Cousolre.
GPS : N50.247614 E4.142105


Le musée de Cousolre est ouvert tous les week-ends et jours fériés (sauf le 1er janvier) de 14 à 18 heures.
Visite guidée en boucle dès l'arrivée des 1ers visiteurs.

Sur réservation pour les groupes.
Possibilité d'une collation :
- le matin accueil café, croissant (soit avec le prix d'entrée du musée 5.00 €)
- l'après-midi : tartes maison (1.50 € la part).

Adultes: 3€; enfant de moins de 12 ans: 2€; gratuit pour les moins de 5 ans.

Renseignements et réservations
Tél : 03 27 39 49 25 / 03 27 61 39 78 ou 03 27 62 10 02

D'autre part,
L’office de tourisme propose pour les groupes (Min. 15 pers.) un pack *une journée à Cousolre* incluant
• 1 visite guidée du musée de la machine parlante
• le repas le midi chez un restaurateur local
• 1 visite guidée à la découverte du patrimoine bâti de Cousolre (durée env 2h)
Réservations à l’Office de Tourisme

Contact OT Cousolre : otcousolre.free.fr

Source texte : Béatrice Frère (La Voix du Nord)