Les moulins de l'Avesnois

Moulins à eau et moulins à vent de l'Avesnois
*Généralités sur les moulins à vent*

Il devait y avoir une cinquantaine de moulins à vent dans l'Avesnois vers la fin du XIXème siècle. Il ne subsiste aujourd'hui que deux moulins-tour restaurés, un transformé en habitation, six autres sont en ruine. Les moulins à pivot, ont tous disparu. Des recherches sur le cadastre m'ont permis d'en retrouver quarante cinq qui sont maintenant localisés en vue satellite. Pour cela, il m'a fallu consulter au bas mot 2000 cartes, mais il est probable, malgré tout, qu'il en manque quelques uns, certaines cartes étant peu lisibles.
Sur cette page, je me suis particulièrement intéressé à l'Histoire et au fonctionnement des moulins à pivot de l'Avesnois dont on peut voir, pour certains d'entre eux, la représentation sur les albums de Croy.
Les textes résumés ci-dessous sont tirés de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert éditée de 1751 à 1772
Comme son nom l'indique, le moulin à pivot était composé d'une assise ancrée au sol, comprenant l'axe central. C'est l'ensemble du corps du moulin qui devait être orienté, ce qui n'était pas une mince affaire pour le meunier qui n'avait que sa force physique pour effectuer cette opération lorsqu'il n'avait pas d'âne à sa disposition. Il utilisait pour cela le gouvernail du moulin aussi appelé queue ou guivre. Elle porte un escalier muni d'une rampe et s'appuie, au repos, sur une chèvre formée de deux pièces de bois assemblées en croisillon. Pour tourner le moulin face au vent, le meunier faisait tomber la chèvre à l'aide du bâton de chèvre, barre de fer ronde utilisée comme levier. Arc bouté au sol, il devait alors utiliser toute son énergie pour faire tourner le moulin jusqu'à la position souhaitée. Afin de ne pas glisser, des pierres étaient enfoncées dans le sol, de façon à ce qu'elles servent de cales lors de la manoeuvre.
Le cabestan, fut une avancée considérable pour les meuniers. Comme on peut le voir sur la vue ci-contre, des pieux étaient ancrés en terre tout autour du moulin, le cabestan étant arrimé à l'un d'entre eux et la queue du moulin recevant l'attache de la corde. Il restait alors au meunier à enrouler la corde autour de l'axe du cabestan, pour orienter son moulin. Le cabestan pouvait aussi faire partie intégrante de la queue, le crochet étant alors arrimé aux pieux.

Avesnois, moulin à vent, perspective Diderot, la base.
La partie porteuse du moulin.

Le corps du moulin appelé cage repose sur l'ensemble des pièces formant l'embase et sur le sommier, grosse poutre de bois traversant le moulin et s'appuyant sur le pivot ou bourdon, qui est une très imposante pièce de bois carrée d'environ soixante centimètres de côté, dans sa partie inférieure, puis cylindrique jusqu'à la poutre maîtresse, où son extrémité est cerclée par une frette. Il est maintenu par des faux pieds ancrés dans les soles. La chaise rend solidaires bourdon et faux pieds, permettant ainsi une répartition du poids du moulin sur l'ensemble de l'assise. Le palier inférieur, ou couillard, pièce abondamment graissée au suif est fixé au centre du plancher du moulin. Une frette métallique fixée sur la chaise, limite le frottement lors de la rotation. Les soles reposent sur des dés maçonnés plus ou moins hauts, parfois entourés d'un mur pouvant servir d'entrepôt.

Avesnois, moulin à vent, trémie, meules.


Moulin à pivot de l'Avesnois, la trémie, les meules et le bac à farine.

Avant l'invention du blutoir, c'est le paysan qui triait chez lui sa mouture dans un cylindre incliné inclus dans un meuble nommé "moulin". Ce meuble figurait à côté du pétrin et du four domestique dans les fermes.

Moulin à pivot de l'Avesnois, l'axe des meules.

La lanterne permet de passer d'un mouvement de rotation horizontal transmis par l'arbre moteur et le rouet à un mouvement de rotation vertical qui entraîne les meules. Elle reçoit le gros fer dont l'extrémité forme une fourchette qui vient s'emboîter sur l'anille, pièce de fer en forme d' X fixée dans un logement de même forme sous la meule tournante et percée d'un trou carré dans lequel s'encastre le petit fer. Les chevilles de la tourte fixée au petit fer permettent de transmettre au bâton KL les secousses qui agitent le blutoir séparant ainsi le son de la farine. La trempure reliée au petit fer permet via un système de leviers de régler l'écartement des meules.
Le boîtillon est une pièce de bois qui remplit le trou de la meule inférieure et au travers duquel passe le petit fer.


Le moulin à pivot typique de l'Avesnois.
Le moulin à pivot tel qu'il est représenté dans
l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.
Moulin à pivot de l'Avesnois, le bourdon.

La trémie, dont les dimensions sont variables, (1,2 m au carré sur 1 m de profondeur en moyenne) est de forme pyramidale. Une petite trappe située à sa base, juste au dessus de l'auget permet de libérer le grain après le remplissage.
L’auget a lui aussi des dimensions variables, environ 1 m de long, 40 cm sous la sortie de la trémie et 20 cm au bas de la goulotte où son prolongement formant un bras touche le gros fer qui est carré, mais qui peut aussi à cet endroit être renforcé par des morceaux de métal de façon à obtenir l'effet d'une came. Cette partie du gros fer est appelée babillard ou frayon. Ce contact provoque des secousses qui font descendre le grain vers l'oeil de la meule (oeillard) et donnent le tic-tac du moulin par lequel le meunier s'assure à l'oreille du bon rythme de rotation de la meule, indispensable pour la conduite de la machine.
Un dispositif actionné par une corde (BC-CE) permet d'éloigner ou de rapprocher le bras de l'auget, du babillard, ce qui en augmentant ou en diminuant les secousses régule le débit du grain vers l'oeillard.
Un autre dispositif appelé Baille-blé est utilisé pour contrôler le débit de grain. Il est composé d'une cordelette reliée à une petite roue de bois crantée que l'on peut bloquer dans la position choisie : la tension de la cordelette détermine l'inclinaison de l'auget et donc le débit du grain dans l'oeillard.
La clochette permet d'alerter le meunier lorsque la trémie est presque vide. Elle est reliée par une corde (6) à une petite pièce de bois (2) placée entre le gros fer et la trémie. Une seconde corde (1) fixée à la pièce de bois entre par un trou dans la trémie. A son extrémité est fixé un flotteur (guenillon) le plus souvent un morceau de linge. Lorsque l'on met le blé dans la trémie le flotteur est entraîné par le grain ce qui a pour effet de faire remonter la pièce de bois le long de son axe l'empêchant ainsi d'être au contact de l'ergot (4) fixé sur le gros fer. A l'inverse, lorsque le blé arrive au niveau du guenillon, la pièce de bois redescend au niveau de l'ergot qui tape la pièce de bois à chaque tour ce qui provoque un mouvement qui tire sur la corde et actionne la sonnette. Selon l'agencement du moulin, la sonnette pouvait être reliée directement au flotteur et descendre au contact de l'ergot lorsque le guenillon remontait.
Les meules, vont toujours par deux et peuvent avoir 1, 8 m de diamètre.
- en dessous, la meule "dormante" ou "gisante" est fixe.
- au dessus, la meule "vivante" ou "volante" tourne.
Les surfaces opposées des deux meules entre lesquelles le blé est moulu, ne sont pas planes et l'espace entre les meules se réduit de plus en plus en allant vers l'extérieur. Cet espace plus important qui se trouve au centre, permet au blé qui tombe de la trémie de s’insinuer jusqu'aux deux tiers du rayon des meules, où il commence à se rompre, l’intervalle des meules n’étant à cet endroit que des deux tiers ou des trois quarts de l’épaisseur d’un grain de blé. On augmente ou on diminue cet intervalle selon que l’on souhaite que la farine soit plus ou moins grosse en abaissant ou en élevant la trempure.
La trempure, est un système de leviers qui permet l'écartement des meules à la demande. Le réglage de cet écartement conditionne la finesse de la mouture.
L'archure est un coffre en bois qui entoure les meules afin d'éviter que la farine ne se répande dans tout le moulin.
La anche est un conduit incliné qui permet l'écoulement de la mouture vers la huche ou le blutoir.
La huche est une caisse en bois destinée à recevoir la mouture.

Moulin à pivot de l'Avesnois, le bluttoir.

Le blutoir est un tamis mécanique inventé en 1552 en Allemagne selon Cardan (1501-1576) en forme de long cylindre (ou de prisme polygonal) incliné, couvert de tamis de soie de finesses progressives.
Pour utiliser le blutoir, la anche est dirigée vers l'entonnoir (C) de façon à ce que la farine qui sort des meules entre dans la chausse du blutoir. Les chevilles de la tourte qui tourne avec la meule supérieure, éloignent à chaque contact l’extrémité K du bâton KL, ce qui entraîne un mécanisme qui transmet des oscillations horizontales répétées quatre fois par tour de meule. Ces secousses, font que la farine mêlée au son, qui est entrée par l’entonnoir de la chausse, passe au-travers du tamis, et tombe dans la huche, le son beaucoup plus gros, sort par l’ouverture annulaire et est récupéré dans des sacs.

Moulin à vent de l'Avesnois, le bluttoir.

L'arbre moteur (56), fait une soixantaine de centimètres de diamètre.  Il est incliné afin d'éviter la rotation du corps du moulin lorsque les ailes tournent.(anti-couple). Le collet de l’arbre tournant pose à l'avant sur un palier en marbre (50) constamment graissé. De façon à ce que le bois ne soit pas en contact avec le marbre, des lamelles de métal (bien visibles sur le dessin) sont encastrées dans le collet. A l'arrière, il tourne dans un ensemble de pièces appelé prison.(51 52 54) composé d'un palier en marbre qui reçoit le petit collet de l'arbre tournant, le palier de heurtoir et le heurtoir.  Deux cavités, disposées perpendiculairement, sont creusées en bout d'arbre, elles reçoivent les mats des ailes qui sont calés à l'aide de coins en bois. L'extrémité de l'arbre moteur est protégé par une frette métallique afin d'éviter qu'il se fende sous l'effort de la torsion engendrée par la rotation des ailes, les angles peuvent également recevoir des cornières en acier. Plus tard, la tête de l'arbre sera remplacée par une pièce en fonte.
Le rouet est la grande roue en bois, dentée, destinée à transmettre le mouvement. Elle fait entre 1,5 et 2,5 mètres de diamètre. Les dents (alluchons) sont en bois dur (cormier ou frêne), et sont au nombre de 90 environ pour les plus grandes roues. La jante du rouet est légèrement évidée de façon à recevoir le frein (65) composé d'une lame en acier souple, sur sa partie supérieure. Ce frein est commandé par une perche de chêne de plusieurs mètres de long. Il sert à empêcher les ailes de tourner lorsque le moulin est à l'arrêt Le rouet entraîne la lanterne (K) et le système de montée des sacs de blés (h k g q). Ce mécanisme peut également être utilisé lorsqu'il n'y a pas d'activité de broyage. Il suffit pour cela de "débrayer" le hérisson (h) pour que la manoeuvre puisse s'effectuer à la main. En fonction de l'époque de construction, la lanterne aussi appelée pelote peut être en fonte ou en bois. Elle possède entre sept et quinze dents. L'axe du pignon au sommet est maintenu par une pièce de bois appelé poêlier. L'axe, appelé gros fer (b), commande directement les meules.

Mécanisme du moulin à pivot de l'Avesnois.

*Haut de page*

*Moulins restaurés*

Le moulin de la Parapette à Marpent

Le moulin de la Parapette à Marpent est l’un des rares moulins à vent de l’Avesnois encore debout. Il date de 1789 et sa mise en service de 1790. Juché sur la colline de la Parapette, sa silhouette domine le village et se trouve dans la perspective de la route expresse Maubeuge-Jeumont. Outre ce potentiel de valorisation paysagère, le moulin présente la particularité, unique dans le Nord Pas-de-Calais, d’avoir été équipé du système Berton dont les ailes, à l’image des moulins vendéens, ne sont plus recouvertes de voilures mais fonctionnent comme des persiennes, actionnées de l’intérieur. Pour cette raison, et comme tous les moulins qui ont adopté le système de l’ingénieur Berton au milieu du XIXème, le moulin de la Parapette a été légèrement rehaussé. Bâti en moellons de pierres bleues, ce moulin de forme cylindrique dresse ses 14 mètres de hauteur sur la rive gauche de la Sambre au lieu-dit de La Folie-d’en-haut. Les ailes du moulin se seraient définitivement arrêtées avant 1877. La décision de restaurer le moulin a été prise par la municipalité en 2003.

Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent.
Le moulin restauré a été inauguré le samedi 18 mai 2013
Photo Jean Pierre Crépin.
Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent.

Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent.
Le moulin avant sa restauration.

Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent.
Système actionné de l'intérieur par des manivelles permettant d'agir sur la voilure par le biais d'un jeu de roues et de tringles.
Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent.
Les roues dentées et les manivelles permettant d'actionner le mécanisme extérieur.
Avesnois, le moulin de la Parapette à Marpent sur le cadastre de 1848 et en vue satellite.
Le moulin de la Parapette sur le cadastre de 1848 et en vue satellite.
N50.298593 E4.072976
Source texte : Aram Nord

*Haut de page*

Le moulin Tablette à Maubeuge.

Englobé dans la ville, on a peine à imaginer le moulin autrefois isolé dans la plaine hors des remparts. Par miracle, la tour a subsisté jusqu’à nos jours, et pourtant il y a bien longtemps que la farine ne s’y fait plus. C'est le second et dernier survivant des moulins-tour de l'Avesnois.

Avesnois, le moulin Tablette à Maubeuge.
Le moulin Tablette à Maubeuge. N50.279279 E3.963416

Tour de forme tronconique en brique, dont la curiosité réside dans son ossature octogonale en bois englobée dans la maçonnerie. Seul exemple connu à ce jour. La charpente est apparente intérieurement. Les dimensions de la tour sont assez restreintes : hauteur : 8,54 m, diamètre extérieur à la base : 6,15 m et au sommet : 4,04 m. Toiture refaite à l’identique grâce aux nombreuses cartes postales le représentant. Seule la queue a dû être modifiée à cause du bâtiment voisin. Ailes en fer de 19,20 m d’envergure. Une paire de meules.

Erigé vers 1799, le moulin a connu plusieurs propriétaires dont les derniers, les Vital Legay père et fils l’occuperont de 1840 environ à 1882 approximativement. Le dernier Vital Legay père, car le fils décédera avant lui, le cèdera à la commune tout en en conservant l’usufruit. C’est donc le premier moulin à vent devenu propriété communale. Mais celle-ci ne s’en souciera guère, même si à une certaine époque deux nouvelles ailes postiches ont remplacé les anciennes. En 1928, l’édifice étant placé dans la servitude militaire, la commune sollicite l’autorisation de le restaurer… en supprimant la toiture en poivrière, les ailes et le gouvernail, pour couvrir la tour d’une dalle de béton ou de zinc. Autorisation accordée, mais les travaux ne furent jamais réalisés à part l’enlèvement des ailes, dont le crissement sous l’action du vent empêchait un voisin de dormir !… En 1968, lorsque j’ai dessiné le moulin pour illustrer l’ouvrage « Nos moulins, Flandres-Hainaut-Cambrésis », le gouvernail subsistait seul, appuyé contre la tour envahie par le lierre. La parution du livre en 1971-72 a suscité des articles dans la presse en faveur des moulins, mais rien n’a bougé à Maubeuge. En 1976, le directeur du Centre culturel a bien essayé d’entreprendre une action pour le sauver restée sans lendemain. 1993 sera l’année décisive qui verra le sauvetage du moulin. Un projet important de construction d’un immeuble qui sera occupé en partie par le Conseil Général pour les services de la DASS et d’appartements se concrétise de plus en plus, et la ville sollicite auprès du Préfet l’autorisation de démonter le moulin. Aussitôt, un groupe de personnes se mobilise autour de Didier Vasseur et crée l’Association de sauvegarde du moulin Tablette. L’ARAM est sollicitée pour faire part de son expérience. L’Association est créée en juillet. En août le permis de démolition est refusé par le Préfet, une demande de l’Association appuyée par l’architecte des Bâtiments de France. Un premier contact de l’Association a lieu en septembre avec la mairie, puis en novembre et les mois suivants toute une série de démarches font progresser les choses. Les plans de reconstruction sont exécutés par l’ARAM en 1994, les premiers travaux sont entrepris la même année, en collaboration avec l’Association Accueil et Promotion et la ville de Maubeuge, puis en 1995 avec la Fédération Compagnonique des Métiers du Bâtiment. La tour est démontée jusqu’à hauteur du premier étage, l’ossature en bois est refaite et installée le 10 juin 1995. Dans le même temps la construction de l’immeuble, qui a été reculé de quelques mètres, mais pas suffisamment, se poursuit. En 1996, la tour est reconstruite. La toiture est réalisée par les Compagnons, à Jeumont, en 1998-99 ainsi que l’arbre-moteur en azobé avec tête à l’ancienne. Le 13 avril 1999 la calotte tournante et la queue sont installées. Les meules, provenant du stock de l’ARAM, sont également placées dans le moulin. Les ailes fabriquées à Cerfontaine, à quelques kilomètres de Maubeuge, métallisées à Seclin, lattées par les charpentiers Peel sont installées le 16 juin. La finition et mise en route des ailes et de la meule se fera en 2000, qui verra donc l’achèvement d’une longue épopée. L’inauguration a lieu le 15 septembre 2000.

Avesnois, carte postale du moulin Tablette à Maubeuge.
Carte postale du moulin Tablette à Maubeuge tirée du site : Le patrimoine disparu du Nord de la France.
Source texte : Aram Nord

*Haut de page*

*Moulin transformé en habitation*

Moulin du Diable à Cerfontaine

Moulin à vent de Cerfontaine.
Impasse le Moulin. Photo Street View.
N50.260901 E4.018462

*Haut de page*

*Moulins dont il ne reste que des ruines*

Moulin du Siroue à Cousolre

Avesnois, les ruines du moulin à vent de Cousolre.
Les ruines du moulin à vent de Cousolre.
Rue de Landelies. N50.236701 E4.158896
Avesnois, carte postale du moulin du Siroue à Cousolre.
Carte postale tirée du site : Le patrimoine disparu du Nord de la France.
Ci dessous, une autre CP proposée par l'OT de Cousolre. Le toit a disparu, les arbres ont poussé.
Avesnois, carte postale du moulin du Siroue à Cousolre.
*Haut de page*

Moulin Richard à Houdain lez Bavay

Avesnois, le moulin Richard à Houdain lez Bavay.
Le moulin Richard à Houdain lez Bavay.
C'est le dernier moulin de l'Avesnois à pouvoir être restauré.
Rue de la Roue d'Or. N50.305328 E3.788921
Avesnois, carte postale du moulin Richard à Houdain lez Bavay.
Carte postale tirée du site : Le patrimoine disparu du Nord de la France.

Moulin Gabet à Houdain lez Bavay

Avesnois, carte postale du moulin d'Houdain lez Bavay
Moulin Gabet ou du Quêne Luquet.
Rue du Moulin. N50.308070 E3.781212

*Haut de page*

Moulin de Limont Fontaine

Avesnois, le moulin de Limont Fontaine.
Le moulin de Limont Fontaine.
Route de Saint Rémy du Nord. N50.214236 E3.915243

*Haut de page*

Moulin de Pont sur Sambre

Avesnois, le moulin Latour à Pont sur Sambre.
Le moulin Latour à Pont sur Sambre.
Route d'Hargnies. N50.232188 E3.843743

*Haut de page*

Moulin de Sepmeries

Ruines du moulin à vent de Sepmeries.
Ruines du moulin à vent de Sepmeries.
Rue de Valenciennes. N50.282511 E3.555883

*Haut de page*

*Moulins à vent disparus*

Moulin d'Aulnoye Aymeries

Avesnois, le moulin à vent d'Aulnoye Aymeries sur le cadastre de 1812 avec la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Le moulin à vent d'Aulnoye sur le cadastre de 1812 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Comme on peut le voir sur le cadastre, le moulin était installé à la limite d'Aymeries qui ne fut rattachée à Aulnoye qu'en 1953.
Rue Mirabeau. N50.205416 E3.837265

*Haut de page*

Moulin de Beaudignies

Avesnois, le moulin à vent de Beaudignies sur le cadastre de 1830 et vue satellite.
Le moulin à vent de Beaudignies sur le cadastre de 1830 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Centre village. N50.235667 E3.591973

*Haut de page*

Moulin de Beaurepaire sur Sambre

Avesnois, le moulin à vent de Beaurepaire sur Sambre sur le cadastre de 1813 et vue satellite.
Le moulin à vent de Beaurepaire sur Sambre sur le cadastre de 1813 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Haute Rue. N50.052022 E3.785302

*Haut de page*

Moulin de Berlaimont

Avesnois, le moulin à vent de Berlaimont sur le cadastre de 1812 et vue satellite.
Le moulin à vent de Berlaimont sur le cadastre de 1812 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Wibaille Dupont. N50.208448 E3.804351

*Haut de page*

Moulin de Bermeries

Avesnois, le moulin à vent de Bermeries sur le cadastre de 1831 et vue satellite.
Le moulin à vent de Bermeries sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Ancien chemin du Quesnoy, derrière la ferme de Cambron. N50.292284 E3.751247

*Haut de page*

Moulin de Bousies

Avesnois, Bousies, moulin à vent disparu sur les  Albums de Croÿ
 Le moulin à vent de Bousies sur les Albums de Croÿ.
Ci dessous, le moulin sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue du Moulin à Vent. N50.156238 E3.626675
Avesnois, le moulin de Bousies sur le cadastre de 1831 et une projection sur la vue satellite.

*Haut de page*

Moulin de Bry

Avesnois, Bry, moulin à vent disparu sur le cadastre de 1897
Le lieu-dit indique qu'il y avait bien un moulin à cet endroit, mais son emplacement n'est pas précisé. Cadastre de 1897.

*Haut de page*

Moulin de Cartignies

Avesnois, le moulin à vent de Cartignies sur le cadastre de 1813 et en vue satellite.
Le moulin Ourdriaux à Cartignies sur le cadastre de 1813 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Route de Fayt. N50.096977 E3.832149

*Haut de page*

Moulin de Colleret

Avesnois, le moulin à vent de Colleret sur le cadastre de 1846 et en vue satellite.
Le moulin à vent de Colleret sur le cadastre de 1846 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
"Ruelle à n'y voir goutte", aujourd'hui, Rue de la République. N50.257811 E4.069703

*Haut de page*

Moulin de Croix Caluyau

Avesnois, le moulin à vent de Croix Caluyau sur le cadastre de 1831 et vue satellite.
Le moulin à vent de Croix Caluyau sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue du Moulin. N50.150867 E3.581155

*Haut de page*

Moulin d'Englefontaine

Avesnois, le moulin à vent d'Englefontaine sur le cadastre de 1831 et vue satellite.
Le moulin à vent d'Englefontaine sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Ancien chemin des Tuileries. N50.180763 E3.635250
Ci dessous, sur une autre planche de 1831, l'autre moulin est répertorié comme étant sur Poix du Nord. N50.181497 E3.638573
Est ce une erreur où y avait il deux moulins? Moulin de Poix du Nord sur le cadastre de 1831

*Haut de page*

Moulin de Feignies

Avesnois, le moulin à vent de Feignies sur le cadastre de 1831 et vue satellite.
Le moulin à vent de Feignies sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Arthur Dubois. N50.307888 E3.906902

*Haut de page*

Moulin de Floyon

Le moulin à vent de Floyon n'est signalé que dans l'annuaire statistique du département du Nord de 1837.
Il n'y a aucune indication concernant son emplacement sur le cadastre napoléonien.

Avesnois, le moulin à vent de Floyon.

*Haut de page*

Moulin de Fontaine au Bois

Le moulin à vent de Fontaine au Bois sur les Albums de Croÿ.
Le moulin à vent de Fontaine au Bois sur les Albums de Croÿ.
Ci dessous, le moulin sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Le moulin de Robersart était installé juste en face, ce qui peut paraître surprenant.
Rue du Chêne. N50.149789 E3.649959
Avesnois, le  moulin à vent de Fontaine au Bois sur le cadastre de 181 et projection de son emplacement sur la vue satellite.

*Haut de page*

Moulin de Forest en Cambrésis

Le moulin à vent de Forest en Cambrésis sur les Albums de Croÿ.
Le moulin à vent de Forest en Cambrésis sur les Albums de Croÿ.
Ci dessous, le moulin sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue du Moulin. N50.137227 E3.577872
Avesnois, le moulin de Forest en Cambrésis sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
*Haut de page*

Moulin de Frasnoy

Avesnois, le moulin à vent de Frasnoy sur le cadastre de 1826 et vue satellite.
Le moulin à vent de Frasnoy sur le cadastre de 1826 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Chemin de Villers Pol. N50.267512 E3.670068

*Haut de page*

Moulin de Gognies Chaussée

Avesnois, le moulin à vent de Gognies Chaussée sur le cadastre de 1844 et vue satellite.
Le moulin à vent de Gognies Chaussée sur le cadastre de 1844 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Albert d'Hendecourt. N50.335132 E3.958936
le moulin à vent de Gognies Chaussée
Extrait du Journal Politique ou Gazette des Gazettes de 1783,
Septembre, seconde quinzaine.
Le moulin à vent de Gognies Chaussée fut détruit par un orage le 3 août 1783.
Situé sur les terres du château de Gontreuil (famille d'Hendecourt),
il fut ensuite reconstruit puisqu'il figure sur le cadastre de 1844.
Il est également signalé dans le "Pierrart" de 1851,
(Maubeuge, son canton et les communes limitrophes)
Informations fournies par M. Dominique Hecquet
http://www.histoire2gognies.com

*Haut de page*

Le moulin du Cheval Blanc à Gommegnies

Avesnois, le moulin à vent de Gommegnies sur le cadastre de 1826.
Le moulin à vent de Gommegnies sur le cadastre de 1826 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue des Saules. N50.268269 E3.722315

Avesnois, le moulin à vent de Gommegnies.
Carte postale tirée du site :
Le patrimoine disparu du Nord de la France.

Le Moulin du Cheval Blanc avec sa dernière paire d’ailes flamandes...moulin à pivot fixe : Ce moulin tout en bois était le type le plus ancien et le plus répandu dans le nord de la France. Le mécanisme se trouvait à l’intérieur d’une cage habillée de planches, accessible par un escalier-queue servant à équilibrer le poids des ailes et surtout orienter le moulin face au vent ; il se manœuvrait à la main. Les ailes sont généralement du type "flamandes dissymétriques" avec d’un côté le lattis d’entoilage et de l’autre une planche à vent.

Moulin du Cheval Blanc à Gommegnies.
Les moulins de l'Avesnois devaient probablement être semblables à celui ci. Le meunier  devait grimper sur les ailes pour installer la voilure. Carte postale de Claudie Péan.
Avesnois, le moulin à vent de Gommegnies sur le cadastre de 1826.
La commune comptait également deux autres moulins à vent bâtis sur les parcelles comprises
dans l'angle formé par la rue des Chemineau et la rue de la Gare.
N50.265316 E3.707616    et    N50.265691 E3.710733

*Haut de page*

Moulin d'Hautmont

Avesnois, le moulin à vent d'Hautmont sur le cadastre de 1843 et vue satellite.
Le moulin à vent d'Hautmont sur le cadastre de 1843 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Route de Landrecies. N50.245943 E3.934305

*Haut de page*

Moulin d'Hecq

Avesnois, le moulin à vent d'Hecq sur le cadastre de 1831 et vue satellite.
Le moulin à vent d'Hecq sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Chemin du Moulin. N50.176161 E3.645934

*Haut de page*

Moulin du hameau de la Folie à Landrecies

Avesnois, le moulin à vent du hameau de la Folie à Landrecies.
Le moulin à vent du hameau de la Folie à Landrecies sur les albums de Croÿ vers 1600.

Avesnois, le moulin à vent du hameau de la Folie à Landrecies sur le cadastre de 1832
Le moulin de la Folie sur le cadastre de 1832 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Carte Mappy. N50.106207 E3.676181

Moulin du hameau d'Happegarbes à Landrecies

Avesnois, le moulin du hameau d'Happegarbes à Landrecies sur les albums de Croÿ.
Le moulin du hameau d'Happegarbes à Landrecies sur les albums de Croÿ. (moulin Jamin)

 Avesnois, le moulin du hameau d'Happegarbes à Landrecies sur le cadastre de 1832 et en vue satellite.
Le moulin d'Happegarbes sur le cadastre de 1832 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue de la Folie. N50.118097 E3.688693
Carte postale du moulin du hameau d'Happegarbes à Landrecies
Le moulin d'Happegarbes au début du XXème siècle.
Carte postale tirée du site : Le patrimoine disparu du Nord de la France.

*Haut de page*

Moulin de Le Favril

Le moulin à vent de Le Favril sur le cadastre de 1831
Le moulin à vent de Le Favril sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
La Bouflette. N50.111411 E3.738860

*Haut de page*

Moulins de Le Quesnoy

Le moulin à vent de Le Quesnoy sur le cadastre de 1817
Le moulin à vent de Le Quesnoy en vue satellite.
Les moulins à vent de Le Quesnoy sur le cadastre de 1817 et en vue satellite.
Un troisième moulin est visible sur le cadastre en centre ville, mais il n'est pas repris sur les cartes de détail.
Le quatrième moulin qui lui est situé sur Jolimetz n'est pas mentionné sur la carte de cette commune.
Route de Valenciennes. N50.261622 E3.632264                                                 Rue Louise Michel. N50.258091 E3.636005
Le moulin à vent de Le Quesnoy sur le cadastre de 1817

*Haut de page*

Moulin de Louvignies Quesnoy

Le moulin à vent de Louvignies Quesnoy sur le cadastre de 1831
Le moulin à vent de Louvignies Quesnoy sur le cadastre de 1831.
Ci-dessous la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Roger Robert. N50.226785 E3.633076
Le moulin à vent de Louvignies Quesnoy en vue satellite

*Haut de page*

Moulin de Louvroil

Le moulin à vent de Louvroil sur le cadastre de 1843
Le moulin à vent de Louvroil sur le cadastre de 1843.
Ci-dessous la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Jean Marie Gachot. N50.263446 E3.959853
Le moulin à vent de Louvroil en vue satellite

*Haut de page*

Moulin de Maresches

Le moulin à vent de Maresches sur le cadastre de 1826
Le moulin à vent de Maresches sur le cadastre de 1826.
Ci-dessous la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue Léon Malard. N50.292962 E3.588478
Le moulin à vent de Maresches en vue satellite

*Haut de page*

Noyelles sur Sambre

Le moulin à vent de Noyelles-sur-Sambre sur le cadastre de 1812
Le moulin à vent de Noyelles-sur-Sambre sur le cadastre de 1812 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Grand-Rue. N50.162269 E3.803169

*Haut de page*

Moulin de Potelle

Le moulin à vent de Potelle sur le cadastre de 1831
Le moulin à vent de Potelle sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Chemin du Moulin. N50.237371 E3.662536

*Haut de page*

Moulins de Preux au Bois

Le moulin à vent de Preux au Bois sur le cadastre de 1831
Les moulins à vent de Preux au Bois sur le cadastre de 1831 et la projection de leurs emplacements sur la vue satellite.
Moulin de la Jonquière (en haut). Rue de Robersart / Route Nationale.  N50.160873 E3.648741  
Moulin des Bonnettes. Route Nationale.  N50.157871 E3.653022

*Haut de page*

Moulin de Prisches

Le moulin à vent de Prisches sur les Albums de Croÿ
Le moulin à vent de Prisches visible sur les Albums de Croÿ, n'est pas répertorié sur le cadastre.
D'après l'annuaire statistique du département du Nord (1838), il y avait 2 moulins à vent dans la commune.

*Haut de page*

Moulin de Rainsars

Le moulin à vent de Rainsars sur le cadastre de 1825
Le moulin à vent de Rainsars sur le cadastre de 1825, situé Fâche du Moulin, sans plus de précision

*Haut de page*

Moulin de Raucourt au Bois

Le moulin à vent de Raucourt au Bois sur le cadastre de 1831
Le moulin à vent de Raucourt au Bois sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Chemin du Moulin. N50.206067 E3.651435

*Haut de page*

Moulin de Robersart

Le moulin à vent de Robersart sur les Albums de Croÿ
Le moulin à vent de Robersart sur les Albums de Croÿ.
Ci dessous : le moulin sur le cadastre de 1832 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue du Chêne. N50.150333 E3.650064
A noter que le moulin de Fontaine au Bois était situé juste en face, de l'autre coté de la route.
Avesnois, le moulin à vent de Robersart sur le cadastre de 1832 et vue aérienne.

*Haut de page*

Moulin de Ruesnes

Le moulin à vent de Ruesnes sur le cadastre de 1831
Le moulin à vent de Ruesnes sur le cadastre de 1831 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue de Sepmeries. N50.262173 E3.580748

*Haut de page*

Moulin de Sains du Nord

Le moulin à vent de Sains du Nord sur le cadastre de 1813
Le moulin à vent de Sains du Nord sur le cadastre de 1813 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Rue du Moulin à Vent. N50.096131 E4.005975

*Haut de page*

Moulin de Sassegnies

Le moulin à vent de Sassegnies sur le cadastre de 1812
Le moulin à vent de Sassegnies sur le cadastre de 1812 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Fâché du Bois. N50.184347 E3.795621

*Haut de page*

Moulin de Solre le Château

Le moulin à vent de Solre le Château sur les Albums de Croÿ
Le moulin à vent de Solre le Château visible sur les Albums de Croÿ, n'est pas répertorié de façon précise sur le cadastre.

*Haut de page*

Moulin de Wargnies le Grand

Le moulin à vent de Wargnies le Grand sur le cadastre de 1827
Le moulin à vent de Wargnies le Grand sur le cadastre de 1827 et la projection de son emplacement sur la vue satellite.
Il s'agissait là d'un moulin à huile.
Route Nationale. N50.303593 E3.651345

Je suis à la recherche de documents photographiques représentant ces moulins à vent de l'Avesnois.
Que ce soit des photos de famille ou des cartes postales, il doit en subsister un certain nombre bien cachés dans nos greniers.
Je leur ferai volontiers une petite place sur cette page. Merci

Tous les extraits du cadastre napoléonien proviennent des archives départementales du Nord.
http://www.archivesdepartementales.lenord.fr

*Haut de page*


*Les moulins à vent*
Généralités
Moulins restaurés
Marpent
Maubeuge
Moulin transformé en logis
Cerfontaine
Moulins en ruine
Cousolre
Houdain lez Bavay (2)
Limont Fontaine
Pont sur Sambre
Sepmeries
Moulins disparus
Aulnoye Aymeries
Beaudignies
Beaurepaire sur sambre
Berlaimont
Bermeries
Bousies
Bry
Cartignies
Colleret
Croix Caluyau
Englefontaine
Feignies
Floyon
Fontaine au Bois
Forest en Cambrésis
Frasnoy
Gognies Chaussée
Gommegnies (3)
Hautmont
Hecq
Landrecies (2)
Le Favril
Le Quesnoy (4)
Louvignies Quesnoy
Louvroil
Maresches
Noyelles-sur-Sambre
Potelle
Preux au Bois (2)
Prisches
Rainsars
Raucourt au Bois
Robersart
Ruesnes
Sains-du-Nord
Sassegnies
Solre le Château
Wargnies le Grand