Assevent
Audignies
Avesnelles
Avesnes sur Helpe
Baives
Bas Lieu
Bavay
Beaufort
Bellignies
Beugnies
Bousies
Bousignies sur Roc

Les kiosques de l'Avesnois

kiosques frises
Boussois (2)
Cartignies
Colleret
Cousolre
Dimechaux
Dourlers (2)
Eppe Sauvage
Felleries
Flaumont Waudrechies
Floursies
Floyon (2)
Fontaine au Bois
Fourmies
Grand Fayt
Gussignies
Hestrud
Le Favril
Le Quesnoy
Leval
Lez Fontaine
Marbaix
Maroilles
Marpent (2)
Maubeuge (2)
Monceau Saint Waast
Neuf Mesnil
Ohain
Petit Fayt
Sains du Nord
Saint Aubin
Saint Hilaire sur Helpe
Saint Rémy Chaussée
Sars Poteries
Solre le Château (2)
Trélon
Vieux Reng
Villers Sire Nicole
Wattignies la Victoire
Wignehies
Les kiosques de l'Avesnois font partie de notre patrimoine festif et sont les témoins du goût des habitants pour la musique le chant et la danse à une époque où la fête se faisait essentiellement en plein air. Ces kiosques, qu'ils soient "à musique", ou "à danser" sont le plus souvent installés sur la place communale ou dans les squares, lieux de rencontre et de partage.

- Les kiosques à musique, depuis la seconde moitié du XIXè siècle, permettaient aux villageois installés tout autour, d'écouter de la musique en famille, le kiosque étant occupé par les musiciens, souvent l'harmonie locale et il n'y a pas de doute sur le fait que ces kiosques soient étroitement liés à la démocratisation de la musique. La maîtrise technique dans le domaine de la construction métallique notamment avec la fonte moulée pour les poteaux et les consoles, le fer forgé pour les garde-corps, le zinc pour le toit et l'utilisation judicieuse du bois, permettaient de donner à ces kiosques un aspect esthétique remarquable. Ils ont le plus souvent six, huit ou dix côtés. L'assise en maçonnerie est surélevée, quelques marches permettant d'y accéder, le plafond en bois, faisant lui office de caisse de résonance.
Shéma type des kiosques à musique de l'Avesnois
Schéma type du kiosque à musique. Croquis PNR Avesnois.
Schéma type des kiosques à danser de l'Avesnois.
Schéma type du kiosque à danser. Croquis PNR Avesnois.
- Les kiosques à danser étaient utilisés lors des bals populaires. Ils ont une plateforme placée en hauteur de façon à ce que danseurs et musiciens puissent se voir mutuellement. En général plus petits que les kiosques à musique, ils sont de forme variable, ronde, rectangulaire ou polygonale, avec soit un pied central soit six ou huit pieds, et ne possèdent pas d'échelle fixe. L'Histoire dit qu'elle était retirée lorsque les musiciens étaient installés, obligeant ceux-ci à jouer jusqu'à ce que les derniers danseurs aient quitté la piste.

- Dès le milieu du XXème siècle, le développement de l'industrie du disque et les moyens et lieux de diffusion de la musique ayant changé, l'utilisation festive du kiosque a lentement disparu et se résume aujourd'hui à quelques concerts donnés lors des fêtes locales (ducasses). Des manifestations comme la Ronde des kiosques, randonnée automobile alliant la découverte de l'Avesnois et le plaisir de conduire un véhicule ancien et des circuits cyclo-touristiques, permettent également de découvrir les plus originaux d'entre eux.
- Dans la première moitié du XXème siècle, l'Avesnois comptait une centaine de kiosques. Il n'en reste aujourd'hui qu'une cinquantaine, et si la plupart sont plus que centenaires, il faut noter que la tradition du kiosque se perpétue tout de même avec des constructions très récentes comme à Assevent. Les kiosques sont donc bien ancrés dans la mémoire collective des habitants de l'Avesnois en tant qu'éléments de notre patrimoine festif et il est donc très important de les préserver.
Remerciements aux mairies et associations de sauvegarde du patrimoine qui ont contribué à la réalisation de cette page.
kiosques frises
Le kiosque à danser d'Assevent

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le Kiosque à danser d'Assevent.
Kiosque à danser de style Avesnois, de 3,5 mètres de diamètre, réalisé en 2007 par la Fonderie Vincent, 69530 Brignais.
Kiosque hexagonal sur pied unique en fonte et charpente en acier, plus résistant qu'un kiosque en fer forgé traditionnel.
La toiture est en bois et en zinc. La fonderie Vincent s’est occupée du montage complet sur site.
Designer : Jean Marc Bonnard
N50.288526 E4.018116
Kiosque d'Assevent.
Les consoles ont été coulées en fonte GS
(graphite sphéroïdal haute résistance)
Kiosque d'Assevent.
Le cache du pied en fonte.
Kiosque d'Assevent.
Photo Fonderie Vincent.

Kiosque d'Assevent.
Photo Fonderie Vincent.
Le kiosque à danser d'Audignies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le Kiosque d'Audignies.
Fantaisie architecturale, marquise ou kiosque à danser en fer forgé, personne ne sait. Dans ce dernier cas, il ne fallait pas être sensible au vertige pour grimper là haut. N50.286765 E3.811246
Kiosque d'Audignies, console en fer forgé.


Kiosque d'Audignies, le garde-corps en fer forgé.
Le kiosque à musique d'Avesnelles

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique d'Avesnelles.
Le kiosque d'Avesnelles. Place Marcel Hardy. Photo ChrisNord
N50.117844 E3.946860
Le kiosque à musique d'Avesnelles, détail des consoles.
Détail des consoles.

Avesnelles avait un kiosque démontable en bois avant 1789. Celui qui figure ci-dessous sur cette carte postale ancienne date de 1873, il fut installé avec l’aide financière de la commune autour du tilleul pour l’association "des adolescents et des célibataires". A l'époque, seuls le soubassement et la balustrade ont été édifiés. Le tilleul fut abattu en 1910 et l’entreprise Hourdeau fut chargée de construire le nouveau kiosque, toujours en place aujourd'hui. Il est de forme hexagonale, les colonnes sont en fonte et les garde-corps en fer forgé.

Le kiosque à musique d'Avesnelles version 1910.
Le kiosque à musique d'Avesnelles, détail des colonnes en fonte.
Les colonnes ont été sous-traitées à la fonderie
Eugène Desenfant de Sains du Nord.
Le kiosque à musique d'Avesnelles sur une carte postale ancienne.
Source photos noir et blanc : www.cparama.com

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe

*Les kiosques de l'Avesnois* Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe
Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe. Square de la Rotonde. N50.119406 E3.933087

Le kiosque à danser circulaire d'Avesnes sur Helpe, a été édifié en 1890. Des lampadaires à gaz sont alors prévus pour les bals de nuit. Le kiosque construit sur un pied central est constitué d'une charpente métallique et d'une toiture en zinc, le plancher de la plateforme est en bois. Le kiosque a été restauré en 2012 dans le cadre du projet du PNR Avesnois de valorisation et de sauvegarde de notre patrimoine. Les travaux financés par le Fonds national en faveur de l'insertion par le patrimoine des publics en difficulté, ont été réalisés par des personnes en réinsertion et des compagnons du Centre de Formation des Compagnons de Jeumont. Des ateliers ont été mis en places pour faire redécouvrir, promouvoir et mettre en valeur des métiers aux savoir-faire particuliers.
Nature des travaux : Réfection de la couverture en zinc, du support en bois et de la charpente métallique.

Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe
La trappe d'accès et le support à partition

Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe
Les consoles en acier.

Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe, carte postale ancienne
Le kiosque à danser d'Avesnes sur Helpe, sur une carte postale ancienne. http://www.cparama.com

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Baives

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Baives.
Kiosque à danser en balcon. Photo Kiosques du monde.
Pieds en fonte, garde-corps en fer forgé, plateforme en béton.
N50.063036 E4.199633
Le kiosque à danser de Bas-Lieu

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Bas-Lieu.
Le kiosque à danser de Bas-Lieu. N50.133651 E3.941197

Un document d’archives de la mairie situe la construction du premier kiosque aux alentours de 1900. Il reposait sur huit pieds. Son mauvais état posant des problèmes de sécurité et sa restauration coûtant plus cher que la fabrication d'un neuf, les élus de Bas Lieu décidèrent donc de remplacer le kiosque centenaire par une nouvelle réalisation.
C'est une entreprise de Leval, la Ferronnerie Avesnoise qui à obtenu le marché fin 2015 pour un montant de 8760 €. Ce nouveau kiosque est en fer forgé pour la structure, en aluminium pour la plateforme, et ne comporte plus que quatre pieds dans un souci d’esthétisme.
Il a été inauguré le 21 juin 2016, jour de la fête de la musique. L’éclairage de la place a également été revu afin de le mettre en valeur.

Le kiosque à danser de Bas-Lieu
L'ancien kiosque de Bas-Lieu.
Le kiosque à musique de Bavay

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Bavay.
Le kiosque octogonal de Bavay, installé dans le parc municipal. N50.299240 E3.794812

Le kiosque à musique de Bavay, garde-corps.
Le garde-corps en fer gorgé, main-courante en bois.

Sur la carte postale on peut voir l'ancien kiosque à musique qui se trouvait sur la place de l'Hôtel de Ville au pied de la colonne Brunehaut.
Pendant la Première Guerre mondiale, le commandant des troupes allemandes situées à Bavay le fit déplacer pour cause de manque de place pour ses troupes et les véhicules militaires. Le maire de l’époque Gaston Derome, n'ayant d'autre choix le fit démonter et remonter dans le parc municipal Gaudonnet.
Le kiosque actuel a été construit au même endroit en 1958 par l’architecte Etienne Salomon en remplacement du kiosque démontable.
On accède au parc en passant sous un porche situé sur la place.

Le kiosque à musique de Bavay, le plafond.
Le plafond en lambris vernis.

Le kiosque à musique de Bavay, carte postale ancienne.
Carte postale ancienne. La Voix Du Nord du 20/04/2017.

Le kiosque à musique de Bavay, carte postale ancienne.
Le kiosque à musique de Bavay, carte postale ancienne. http://www.cparama.com

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Beaufort

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Beaufort.

Le kiosque à danser de Beaufort date de la fin du 19e siècle. Il fut démonté vers 1960 lors du réaménagement de la place et prêté pendant une quarantaine d’années à la ville de Maubeuge qui l’installa dans le zoo. Lorsqu'il fut remisé suite aux transformations du parc zoologique, la commune le récupéra pour l'installer à sa place d’origine.
N50.214770 E3.964065

Le kiosque à danser de Beaufort, les consoles en fonte.

Les consoles en fonte sont identiques à celles des kiosques de Wattignies la Victoire, Petit Fayt et de Grand-Fayt, ce qui suppose un même constructeur, la fonderie Paradis à Hautmont qui a également réalisé celui de Monceau Saint Waast.

Le kiosque à danser de Beaufort, la lyre.

Les lyres sont également en fonte et sont identiques à celles de Wattignies la Victoire
Le kiosque de Beaufort en 1926.
Le kiosque sur une carte postale de 1926. Photo mairie de Beaufort.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à musique de Bellignies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Bellignies.
Le kiosque octogonal de Bellignies. N50.326969 E3.770243

Le premier kiosque à Bellignies a été érigé en 1870 après un accord, entre le Baron de Molenbaix, Maire du village, et la municipalité, accord qui devait par la suite donner lieu à une vive contestation et à un procès. Selon la tradition locale, le baron, royaliste, se serait opposé au chant de "La Marseillaise" dans le kiosque. Ce premier kiosque de Bellignies, connu par les cartes postales anciennes, s’inscrit dans la typologie classique des petits kiosques ruraux et fut l’un des tout premiers kiosques à avoir été construit dans l’arrondissement d’Avesnes.
Il fut implanté sur la place du village. Le plan central fut privilégié avec l’adoption de l’octogone, survivance des kiosques orientaux, avec une place importante consacrée à l’ouverture et à la légèreté structurelle pour ne pas gêner la vue des spectateurs. Ce kiosque n’était pas implanté sur un soubassement mais sur pilotis, sa structure était donc celle des premiers kiosques en bois démontables. La plateforme sur laquelle se produisait l’harmonie était constituée d’un plancher posé sur un socle en bois dont le pourtour suivait le plan tracé par le positionnement d’une colonnade en bois. Huit hampes ou piles carrées amorties à leur sommet par une pomme de pin soutenait le toit protégeant des intempéries en même temps qu’il servait de pavillon acoustique. Le toit du kiosque de Bellignies était de forme courante, formé d’un cône à huit pans dont la base était soulignée par des festons de bois. La couverture était en tôle galvanisée et cannelée. Un garde-corps en bois à croisillons unissait les colonnes.

Le kiosque à musique de Bellignies.
Le plafond en lambris peint.

Avant la première guerre mondiale, un kiosque en dur fut substitué au kiosque démontable. Il reprenait exactement le même plan octogonal et fut implanté sur un soubassement en briques surélevant la plateforme des musiciens d’un mètre environ. Les panneaux moulurés qui couvraient la base de l’ancien kiosque ne furent pas repris ; le soubassement de briques resta donc apparent. Pour la couverture, le zinc fut préféré aux ardoises, aux tuiles ou à la tôle galvanisée en raison de sa résonnance acoustique. Enfin, d’après les cartes postales d’avant 1914, les supports du kiosque semblaient assez frustres et formaient une double colonnade (les piles étaient jumelées, la plus extérieure s’étendait du toit au sol en avant du soubassement, tandis que la colonne intérieure prenait appui sur le soubassement en briques). Les garde-corps sont simplement formés par une lice.

En février 1928, le kiosque à musique présentait un état sanitaire désastreux : la base des piles carrées avait été ôtées, certainement pourries à la base car elles n’étaient plus protégées. De ce fait, les piles supportant la toiture fléchissaient et durent être consolidées par un étayage sommaire composé de deux fins troncs d’arbres contreventant la base de la toiture en deux points. Le kiosque menaçant ruine, le maire alerta son conseil municipal et préconisa sa reconstruction (la délibération du Conseil Municipal du 9 février 1928 employait le terme de "consolidation").

Le kiosque à musique de Bellignies.
La signature de l'entrepreneur "L. Sarton à Bavai" est encore visible.

C’est l’entrepreneur L. Sarton de Bavay qui fut retenu. Sarton était entrepreneur-concessionnaire des bétons Hennebique. Un marché de gré à gré fut passé entre la commune et L. Sarton. Le kiosque ne fut pas simplement consolidé mais promis à la démolition. Le manque d’archives ne permet pas de savoir si le soubassement en briques fut conservé ou renouvelé.
En 1928, le kiosque fut donc reconstruit à l’identique mais avec une structure porteuse de piles de section carrée en béton armé supportant la toiture conique en zinc de forme similaire au premier kiosque et reposant sur huit arêtiers rayonnants. La planche de rive était décorée de festons. Les huit piles de la structure étaient jointes par un garde-corps simple formé de deux poutres en béton de section carrée posées sur la pointe. Le soubassement était scandé par huit pilastres à la partie sommitale en encorbellement sur lesquels reposaient les piles. Ce soubassement était recouvert de panneaux de ciment mouluré apportant une esthétique Art Déco à ce dernier. Un escalier à volée droite de six marches permettait l’accès à l’estrade. La grande innovation pour cette reconstruction fut l’utilisation du béton armé, qui s’était généralisé pour la construction des kiosques pendant l’Entre-deux-guerres. Cette intervention a modernisé le kiosque tout en suivant une tendance de l’époque qui poussait à plus de sobriété. Ce kiosque présente des particularités architecturales communes avec le kiosque de Gussignies de conception cependant moins soignée.
Lors des travaux d’aménagement de la place, entrepris au début des années 2010, le kiosque fut également rénové, ce qui lui donne une nouvelle jeunesse. Aujourd’hui, il trône toujours fièrement au centre de la place toute neuve du village.
L'inauguration eu lieu le samedi 28 septembre 2013. Ainsi, grâce au label de la Fondation du Patrimoine, la commune de Bellignies, célèbre pour son musée du marbre, a pu bénéficier d'une subvention de 39 955 € (soit 70% du montant des travaux) de la part du Conseil Régional, dans le cadre de notre partenariat mis en place, il y a 10 ans, au profit de la restauration du patrimoine rural.

Kiosque en bois de Bellignies.
Le kiosque démontable en bois. Photo la Voix Du Nord du 12/08/2014

Kiosque de Bellignies, carte postale ancienne
Carte postale ancienne du 1er kiosque en dur de Bellignies. http://www.cparama.com

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Beugnies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Beugnies.
Kiosque à danser rectangulaire monté sur six pieds en fonte. La lyre est identique à celle du kiosque de Dimechaux. N50.162729 E4.014156
Le kiosque de Bousies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Bousies.
Kiosque hexagonal en bois situé dans le Parc Rural de Bousies. N50.149700 E3.616052
Le kiosque à danser de Bousignies sur Roc

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Bousignies sur Roc
Kiosque en balcon. Garde-corps et lyre en fer forgé.
Situé devant l'église. N50.263262 E4.181369
Les kiosques à musique de Boussois

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Boussois
Le kiosque à musique décagonal de Boussois a été construit en 1949 avec l'aide des adjoints et conseillers municipaux de l'époque.
Il est bâti en acier sur un socle en béton et la toiture est en ardoises. La finesse de ses éléments accentue l’effet de légèreté de l'ensemble.
Parc du Rivage en bordure de Sambre. N50.288874 E4.043553
Le kiosque à musique de Boussois.
Kiosque à musique octogonal construit vers 1930. Cité du Maroc, Place Raymond Poincaré.
N50.288329 E4.029380
Le plan du kiosque de Boussois.
Plan du Kiosque : www.culture.gouv.fr
Les kiosques à musique de Boussois.

Le premier kiosque de Boussois.
Vers 1920, un kiosque à musique octogonal est édifié devant la Mairie-Ecole. Après la seconde guerre mondiale, la Mairie est transférée dans un nouveau bâtiment, place du 8 mai 1945. Le Kiosque est supprimé dans le même temps. http://www.cparama.com

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Cartignies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Cartignies
Kiosque circulaire sur pied unique érigé vers 1920 en remplacement du 1er kiosque qui lui était rectangulaire et à 6 pieds. La structure est en acier et le garde corps en fer forgé. La frise du toit en zinc embouti donne un cachet particulier à ce kiosque. Il a été inauguré en 1924.
Le kiosque à danser de Cartignies
Les consoles en acier.
Le kiosque à danser de Cartignies
Photo d'Elio Congiu, L'Avesnois vu d'en haut
La vue aérienne nous permet de mieux voir le support à partitions.
Place de Cartignies. N50.092899 E3.844842

Le kiosque à danser de Cartignies
LLa trappe d'accès.

Carte postale ancienne du 1er kiosque à danser de Cartignies
Carte postale ancienne du 1er kiosque à danser de Cartignies fournie par l'Association « C’dans l’Art » Cartignies.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque de Colleret

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Colleret.
Le kiosque en bois édifié sur la Place de Colleret en 2010. N50.255733 E4.074795

Le kiosque à danser de Colleret (toit).
Détails de la charpente

Le kiosque à danser de Colleret carte postale ancienne
Le premier kiosque sans couverture fut édifié au début du XXème.  Il est constitué d'un soubassement maçonné, d'une rambarde métallique et de huit poteaux en fonte. Il ne fut couvert qu'un peu avant 1914.
Le kiosque à danser de Colleret carte postale ancienne.
Durant la Guerre 1914/1918, les bombardements ont détruit l'église, mais pas le kiosque. Le kiosque à danser de Colleret, vers 1960.
Vers 1960, pour cause de vétusté, la toiture et les poteaux seront supprimés. Seuls le soubassement et la balustrade seront gardés.
Le kiosque à musique de Cousolre

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Cousolre
Le premier kiosque de Cousolre, bâti avant 1900, était en bois. Il fut détruit lors d'une tempête de neige au début du XXème siècle.
Le kiosque actuel inauguré le 24 mai 1908, a été construit par des artisans du village.
Le soubassement de forme octogonale, de 26,10 mètres de circonférence, et l'escalier sont en pierre de Soignies.
Ils sont l'œuvre des tailleurs de pierre de l'atelier Vienne.
Les colonnes en fonte ont été coulées par la fonderie Décamps.
Les balustrades, linteaux, arcs et corbeaux en fer forgé ont été réalisés par les forgerons de chez Dandoy.
Place Charles de Gaulle. N50.245204 E4.153396
Source OT Cousolre.
Le 1er kiosque en bois de Cousolre
Le 1er kiosque en bois de Cousolre.
Le kiosque à musique de Cousolre au début du XXème siècle
Le kiosque actuel au début du XXème siècle.
Photos anciennes : http://www.cparama.com
Le kiosque à musique de Cousolre
Le kiosque de Cousolre est un des plus harmonieux de l'Avesnois.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Dimechaux

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Dimechaux.
Le kiosque à danser a été édifié pour la ducasse de 1882 par la société Paradis d'Hautmont.
Sa forme est rectangulaire (3.20 m * 1.46 m) et il est monté sur six colonnes en fonte de 1.85 m.
Le garde corps fait quant à lui 0,80 m de haut.
La lyre, également moulée, est identique à celle de Beugnies.
N50.195380 E4.040332
Le kiosque à danser de Dimechaux.
Le kiosque à danser de Dimechaux.
Les kiosques de Dourlers

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Dourlers
Kiosque rond monté sur un pied central en fonte.
La couverture est par contre de forme octogonale et une frise découpée en fait le tour.
Le garde corps est en fer forgé. Le support à partitions est fixé sur le mât.
N50.175572 E3.937726
Le kiosque du château de Dourlers.
De la famille des kiosques, il s'agit ici d'un pavillon de jardin situé
dans le parc du château de Dourlers.
Hormis la toiture, il est entièrement en fonte.
N50.174953 E3.934940
*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque du château de Dourlers.
Le kiosque de la station du ValJoly à Eppe Sauvage

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque de la station du ValJoly à Eppe Sauvage
Le kiosque de la station du ValJoly à Eppe Sauvage. N50.119214 E4.134765
Forme hexagonale, colonnes en fonte, charpente en fer forgé.
Il a été construit au printemps 2014 par les services techniques de la station
et un intermittent du spectacle spécialisé en construction de décor, Rémy Dursin.
Le kiosque de la station du ValJoly à Eppe Sauvage
Le kiosque à musique de Felleries

Le kiosque à musique de Felleries.
Kiosque à musique octogonal de 1929.
Soubassement en brique, colonnes en fonte et garde corps en fer forgé.
Vers les années 2000, le toit plat est remplacé par une couverture classique recouverte d'ardoises.
N50.144225 E4.028313
Carte postale ancienne du kiosque de Felleries.
Carte postale ancienne, http://www.cparama.com
Le kiosque à danser de Flaumont Waudrechies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Flaumont Waudrechies.
Kiosque à danser rectangulaire de Flaumont Waudrechies. Les volutes du garde corps sont en fer forgé.
On remarque une rangée de pierre en saillie par rapport au muret. On ignore le pourquoi de cette avancée.
N50.126568 E3.967900
Le kiosque à danser de Floursies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Floursies.
Le kiosque à danser de Floursies installé en bordure de La Tarsies a été construit vers 1900.
N50.181406 E3.968508
Les kiosques à danser de Floyon

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser Floyon.
Le kiosque à danser en béton situé sur la Place de la Mairie.
N50.041837 E3.886541
*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser Floyon.
Kiosque à danser en fer forgé. Il n'a plus de plateforme.
Situé au croisement de la Rte de Beaurepaire et de la Rte du Nouvion.
N50.042197 E3.850045
Le kiosque à musique de Fontaine au Bois

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Fontaine au Bois.
Le 21 juin 2011, Monsieur Jean-Luc Pérat, député et Monsieur Jean-Pierre Abraham, Maire de Fontaine-au-Bois,
ont inauguré ce Kiosque à musique, dont la construction a bénéficié du soutien du département du Nord. N50.137203 E3.658230
Le kiosque à musique de Fontaine au Bois.
Le garde-corps en fer forgé.

Le kiosque à musique de Fontaine au Bois.
La charpente métallique et le plafond lambrissé.

Le kiosque à musique de Fontaine au Bois.
La cerise, symbole de la commune gravée dans la pierre bleue, les consoles en fer forgé et les artisans locaux qui ont réalisé ce kiosque.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à musique de Fourmies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Fourmies.
Kiosque en bois de 1998. N50.017437 E4.046952. Photo mairie de Fourmies.

Le kiosque à musique de Fourmies. 1892
Le kiosque de 1892.

Jusqu'en 1885, un kiosque à musique démontable est mis à la disposition des musiciens. C'est à la suite d'une initiative privée qu'une souscription publique est lancée, pour la construction d'un kiosque à musique sur la Place Verte.
Le 24 juillet 1892, le Journal de Fourmies annonce que les souscriptions atteignent déjà 900 francs et que les travaux d'installation du soubassement sont commencés depuis le samedi 23 juillet sous la direction du nouvel architecte-voyer, M. Désiré Lermigeaux, par ailleurs président de la Commission municipale des Fêtes. La veille de l'inauguration du kiosque, programmée pour le 31 juillet 1892, on constate que le gros oeuvre reste à parachever et un appel est fait aux généreux donateurs qui ne voudraient pas d'une construction incomplète et dépourvue de grâce. Le Comité de musique, de son côté, a fait l'emplette d'une centaine de chaises, promettant d'autres acquisitions dès que ses finances le permettront. Ce faisant, un droit provisoire de 30 centimes sur les chaises sera perçu auprès des auditeurs.

Le kiosque à musique, octogonal en bois, est inauguré le dimanche 31 juillet 1892, jour prévu pour le raccroc de la Ducasse (les raccrocs servaient à prolonger, pour la semaine suivante, les ducasses et autres fêtes, pour le cas où le mauvais temps aurait gâté lesdites fêtes aux jours programmés).
Grand seigneur, lors de sa séance du 30 juin 1893, soit un an plus tard, le Conseil municipal vote un crédit de 87 francs 90 en participation au paiement du soubassement du kiosque des Promenades publiques ! Source texte : www.cparama.com

Le kiosque à musique de Fourmies. 1924
Le kiosque octogonal est reconstruit en 1924.
Le soubassement est en pierre et de brique.
Il sera démoli en 1973.
Cartes postales anciennes. chris.canalblog.com
Carte postale ancienne du kiosque de Fourmies.
Le kiosque de 1924, carte postale de Mickaël Tilmant.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à danser de Grand Fayt

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Grand Fayt.
Kiosque à danser hexagonal en fonte et fer forgé.
N50.111766 E3.803022
Le kiosque à danser de Grand Fayt.
La clé de sol donne le ton de la thématique de ce kiosque à danser.

Le kiosque à danser de Grand Fayt.
Le garde corps a été pensé "Musique".
Le kiosque à danser de Grand Fayt.
La charpente métallique sur laquelle repose le plafond en bois.

Le kiosque à danser de Grand Fayt.
Les consoles en fonte moulée sont identiques à celles des kiosques
de Petit Fayt, Beaufort et Wattignies la Victoire
Le kiosque de Grand Fayt sur une carte postale ancienne.
Deux cartes postales anciennes du kiosque de Grand Fayt. http://www.cparama.com

Le kiosque à danser de Grand Fayt sur une carte postale ancienne.

*Retour au sommaire*
kiosques frises
Le kiosque à musique de Gussignies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Gussignies.
Le kiosque à musique octogonal de Gussignies construit en 1948.
Il est situé à quelques mètres de l'entrée du château.
N50.336206 E3.743590
Le kiosque à danser d'Hestrud

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser d'Hestrud
Soubassement en pierre bleue, structure porteuse en bois et garde-corps en fer forgé. La couverture est en zinc. Construit vers 1900.
N50.199505 E4.153153
Le kiosque à danser d'Hestrud
Le kiosque à danser d'Hestrud
Le kiosque à danser de Le Favril

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Le Favril.
Kiosque à danser reconstruit et inauguré le 17 mai 2003.
Les six poteaux sont en fonte.
N50.103212 E3.721588
Le kiosque à danser de Le Favril.
La lyre joliment travaillée.
Le kiosque à danser de Le Favril.
Les contreforts sont en fer forgé.
Le kiosque à musique de Le Quesnoy

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Le Quesnoy. Construit sur un terrain militaire en 1884, le kiosque à musique octogonal du Quesnoy peut recevoir jusqu'à 60 musiciens. Il a été restauré en 2011.
Les colonnes en fonte ont été particulièrement soignées de même que les volutes des garde-corps et des consoles.
Il est installé Place Tournefort non loin du château Marguerite de Bourgogne.
N50.245560 E3.637307 Le kiosque à musique de Le Quesnoy.
Le kiosque à musique de Leval

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Leval.
Le kiosque à musique de Leval inauguré en juin 2010 a été construit en l'honneur de Richard Gastout Maire de la ville de 1995 à 2010.
On y retrouve l'association pierre bleue et brique caractéristique de l'Avesnois.
La structure est en acier galvanisé, le plafond est lambrissé et le garde corps est en fer forgé.
Place du 8 mai 1945. N50.178663 E3.830832
Le kiosque à musique de Leval, le rampe d'accés pour les handicapés.
Rampe d'accès pour les personnes à mobilité réduite.

Le kiosque à musique de Leval construit vers 1930.
Le kiosque en béton construit vers 1930.
Photo de l'Association Mémoire du Patrimoine Levallois

Le conseil municipal autorise Monsieur le Maire à passer un marché de gré à gré avec Monsieur Mainguet François, industriel à Leval, pour la construction d'un kiosque en béton armé pouvant contenir 150 musiciens et éventuellement servir de préau aux enfants des écoles en cas de mauvais temps. (Extrait du registre des délibérations du Conseil Municipal, séance du 14/06/1928).

Le kiosque à musique de Leval, église provisoire.
Le kiosque transformé en église provisoire en 1947.
Photo de l'Association Mémoire du Patrimoine Levallois
Le kiosque à musique de Leval, le plafond en lambris.
Le plafond en lambris sur une structure en acier galvanisé.

Le kiosque à musique de Leval avant sa démolition.
Le kiosque avant sa démolition en 2009. Photo Kiosques du monde

Le kiosque à musique de Leval, démolition..
Photo de l'Association Mémoire du Patrimoine Levallois.
Le kiosque à danser de Lez Fontaine

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Lez Fontaine

Le kiosque à danser de Lez-Fontaine est remarquable, c'est le plus insolite et le plus coquet de l'arrondissement. De forme octogonale, sur un soubassement en briques, il possède une structure porteuse en fonte, couverte de zinc. Les différents éléments forment des motifs élaborés, évoquant les miniatures persanes. Ce kiosque était à l'origine un pavillon de jardin d'une riche propriété de Sains-du-Nord.
Il fut monté au village en 1952. N50.174592 E4.060891

Le kiosque à danser de Lez Fontaine.
Le kiosque à danser de Marbaix

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Marbaix.
Kiosque à danser rectangulaire, six pieds en fonte et garde corps en fer forgé.
N50.130743 E3.838839
Le kiosque à musique de Maroilles

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Maroilles.
La construction d’un kiosque à musique est envisagée dès 1909. Commandé aux établissements Clovis Cassoret et Frères à Saint-Sauveur Arras,
sur le même modèle que ceux de Reims et Cousolre, le projet fut finalement abandonné et le kiosque actuel,
sur un modèle octogonal, ne verra le jour qu’en 1932.
Le soubassement et les piliers sont en maçonnerie traditionnelle, les colonnes en fonte et la couverture est en zinc.
Place Verte. N50.134680 E3.764096
Carte postale ancienne du kiosque de Maroilles.
Carte postale ancienne du kiosque de Maroilles.
Les kiosques de Marpent

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Marpent.
Le kiosque de 1926 situé en bordure de Sambre. N50.294568 E4.077797
Lassée de louer un kiosque pour la fête communale, la municipalité décide en 1925 d’en faire construire un par l’entreprise Stouff de Jeumont.
Le maire, Georges Choffez, réceptionnera les travaux le 25 juin 1926 accompagné de deux conseillers.
Ce kiosque est encore utilisé au moment de la ducasse, le *Festi-kiosque*, par l’harmonie communale qui y donne le traditionnel concert.
Entièrement construit en béton, le pourtour du socle s’agrémente de moulures décoratives
et son sol laisse découvrir une intéressante mosaïque sur le thème de la lyre.
La présence sur la commune d’une harmonie riche de plus de soixante musiciens renforce l’intérêt de la sauvegarde de cet édifice.
Texte Jean-Marie Allain
*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque de jardin (gloriette) de Marpent
De la famille des kiosques, cette gloriette achetée sur une brocante,
a été restaurée puis installée sur le rond point en guise de décoration.
N50.291615 E4.079536
Les kiosques de Maubeuge

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Maubeuge.
Le kiosque de Maubeuge. Place Verte. N50.277195 E3.974732. Photo Wikipédia.

Construit en 1874, le kiosque de Maubeuge est un kiosque à concert, qui permettait aux Maubeugeois d’écouter de la musique sur la place publique et de se rencontrer lors du concert dominical. A partir de 1870, on constate une évolution des matériaux utilisés pour leur construction : le fer succède au bois. Le kiosque maubeugeois s’inclue dans cette transition. De forme décagonale, il repose sur un soubassement en maçonnerie de briques. les poteaux sont réalisés en fonte, le garde-corps et les linteaux en fer forgé. Le toit pentu est quant à lui recouvert de zinc. Le plafond en bois procure une excellente acoustique. Ce kiosque peut accueillir 65 musiciens. Au XIXème siècle, Maubeuge était en effet réputée pour le dynamisme de ses festivités et la fréquence de ses prestations musicales. Les sociétés de musique locales et la garnison militaire donnaient alors un concert par semaine, et son kiosque était au centre des manifestations. La qualité des concerts attirait un large public sous les marronniers, en face des bâtiments du Chapitre de Sainte-Aldegonde.
Source texte : maubeuge-tourisme.fr

Le kiosque à musique de Maubeuge, la frise.
La frise très finement travaillée.

Le kiosque à musique de Maubeuge, les consoles.
Les consoles en fer forgé et les chapiteaux en fonte.

Le kiosque à musique de Maubeuge, le garde-corps.
Le garde-corps en fer forgé et les imposantes colonnes en fonte.

*Les kiosques de l'Avesnois*. Kiosque de Maubeuge Assevent.
C'est aussi un kiosque, mais il est uniquement décoratif.
Derrière la haie basse, c'est Assevent, mais il est bien sur Maubeuge. N50.287508 E4.009603
Le kiosque à danser de Monceau Saint Waast

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Monceau Saint Waast.
Kiosque à danser rectangulaire posé sur six pieds en fonte. Réalisation de la fonderie Paradis d'Hautmont (fin XIXème).
Installé sur la Place en bordure du Riez Wiart. N50.170799 E3.856136

Installé à Vieux-Mesnil depuis 1845, M. Paradis, maréchal ferrant et fabricant de matériel aratoire s'installe en 1866 à Hautmont, sur la grand place. Une usine nouvelle est érigée en 1878. Elle se compose d'une fonderie, d'une usine de machines agricoles et d'articles ménagers ainsi que de vastes magasins. Créant en 1872 les premières faucheuses et moissonneuses et en 1880 une moissonneuse-lieuse, l'entreprise Paradis s'est illustrée par l'innovation et la qualité de ses produits mais disparaît entre les deux guerres. Les bâtiments sont détruits à une date inconnue. L'usine Paradis occupe en 1878 une superficie de 60a et compte une centaine d'ouvriers. Source texte: Actuacity.com

Le kiosque à danser de Monceau Saint Waast. Détails
Détails du kiosque de Monceau Saint Waast.
Le kiosque à danser de Neuf Mesnil

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Neuf Mesnil.
Kiosque circulaire en mécano-soudé et fer forgé pour le garde corps.
N50.265470 E3.906905
Le kiosque à danser de Neuf Mesnil
Installation du 1er kiosque à danser en fer forgé vers 1900. Carte postale Patrick Pagnier
Le kiosque à danser d'Ohain

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser d'Ohain.
Photo ChrisNord

Construit en 1833, le kiosque à danser de la commune d’Ohain avait été démonté en 1967. On ne sait pas ce qu’il est devenu. Le conseil municipal a décidé de le reconstruire, sur la place, à l’identique. Cela lui trottait dans la tête… « Il a été démonté en 1967 et je me demande bien pourquoi », précise le maire d’Ohain, Alain Rattez. « Il », c’est le kiosque à danser de la commune qui fut construit en 1833 sur la place du village. De forme rectangulaire, posé sur un châssis métallique, il était haut de 2,20 m avec une longueur de 6 m. Et sa piste en demi-lune, agrémentée par des lanternes en bec de gaz, servait pour les rendez-vous patriotiques ou festifs… comme le bal du 14 Juillet. « On va le reconstruire à l’identique et au même endroit, insiste le premier magistrat. Avec des pieds en fonte. J’ai déjà contacté un ferronnier d’art qui est d’accord pour mener rapidement ce projet. Et nous serons éligibles à pas mal de subventions ». La Voix du Nord du 27/02/2017

Le kiosque à danser de Petit Fayt

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Petit Fayt.
Kiosque à danser circulaire en fonte et fer forgé réalisé par la société H. Paradis d'Hautmont fin XIXème, début XXème.
Il a été restauré par le personnel communal et inauguré en 2013.
N50.103095 E3.819025
Le kiosque à danser de Petit Fayt, pièces de fonderie.
Le pied, la lyre (identique à celle du kiosque de Beugnies) et les consoles ont été moulés par la fonderie H. Paradis.
Les consoles sont identiques à celles des kiosques de Grand Fayt, Beaufort et Wattignies la Victoire
(Voir l'historique de l'entreprise sur la page de Monceau Saint Waast)
Le kiosque à danser de Sains du Nord

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Sains du Nord.
Kiosque à danser en fer forgé (fin XIXème début XXème siècle), Jardin de la médiathèque, Rue Edmond Wyart.
N50.094637 E4.010613
Plaque du fabricant du kiosque de Sains du Nord.
Kiosque réalisé par l'entreprise Liévin François Desenfant de Sains du Nord.
Le kiosque à danser de Saint Aubin

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Saint Aubin.
Kiosque à danser circulaire installé avant 1914.
Poteau en fonte et garde corps en fer forgé.
Il y avait probablement un bec de gaz au sommet.
Il a été restauré en 2009.
Installé face à l'église. N50.170557 E3.920425
Le kiosque à danser de Saint Aubin.
Les consoles ont été réalisées en mécano-soudé.
Le kiosque à danser de Saint Aubin.
Garde-corps en fer forgé et mât central en fonte.
Le kiosque à danser de Saint Hilaire sur Helpe

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Saint Hilaire sur Helpe
Kiosque à danser octogonal construit vers 1900 dont la plateforme a été enlevée. Les colonnes sont en fonte.
La question que l'on peut se poser est de savoir pourquoi la structure est aussi haute alors que les supports sur lesquels
la plateforme reposait sont à un mètre du sol? Un toit a peut être été envisagé et non réalisé....
Place André Coupillaud, prés de l’église.
N50.132639 E3.905391
Le kiosque à danser de Saint Hilaire sur Helpe
Le pied des colonnes et le taquet sur lequel
devait reposer la plateforme.
Le kiosque à danser de Saint Hilaire sur Helpe
Les consoles en fonte.
Le kiosque de Saint Rémy Chaussée

Le kiosque en bois de Saint Rémy Chaussée.

Le kiosque en bois du jardin de la mairie de Saint Rémy Chaussée a été installé lors des travaux d'aménagement des abords du bâtiment vers 2007. Il y avait un autre kiosque sur la place de l'école (rue de Saint Aubin) qui a dû être démonté lors de la construction d'une classe supplémentaire en préfabriqué. Seule la façade a été récupérée, l'objectif étant à moyen terme et après démolition du préfabriqué, de réimplanter ce kiosque. (Informations fournies par la mairie) N50.170372 E3.870736

Le kiosque à musique de Sars Poteries

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Sars Poteries.
Le kiosque octogonal de Sars Poteries construit vers 1900.
Le soubassement est en brique et pierre bleue. La structure porteuse est en bois.
La toiture est en ardoises, et un épi de faîtage a été installé à son sommet.
N50.169863 E4.028663
Le kiosque à musique de Sars Poteries.
Le plafond en lambris du kiosque.
Le kiosque à musique de Sars Poteries.
L'épi de faîtage, symbole du passé verrier de Sars Poteries.
Les kiosques de Solre le Château

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Solre le Château.
Le kiosque à musique de Solre le Château. De forme hexagonale, il a été construit vers 1895

Le kiosque à danser de Solre le Château.
Kiosque à danser rectangulaire situé au hameau de l'Epine.
Les pieds sont en fonte. Il mériterait une restauration.
N50.158800 E4.082028
Le soubassement est en brique, les marches et la margelle moulurée sont en pierre bleue. Les poteaux sont en fonte, les autres parties de l'ossature en fer forgé. La toiture est couverte de zinc et le plafond est en lambris. On remarquera la simplicité du garde corps.
Place de Solre le Château.
N50.174160 E4.091422

Le kiosque à musique de Solre le Château.
Le kiosque à danser de Trélon

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Trélon.
Le kiosque à danser hexagonal de Trélon (plutôt rare), élevé sur un mât central.
Il fut érigé en 1885 par Léon Bruno, artisan ferronnier à Trélon. Son poids est de 2,2 tonnes.
Il coûta 2200 Francs or réglés par la municipalité dont le Maire était à l'époque Monsieur Joseph Motte.
Jusqu'en 1950, il accueillit les musiciens qui animaient les bals des ducasses des deuxième dimanche de juin et premier dimanche de septembre.
Le toit a été refait en 1970.
N50.059095 E4.103205
Kiosque de Trélon.
Le kiosque à musique de Vieux Reng

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Vieux Reng.
Kiosque à musique octogonal en béton construit en 1925. Photo Agglo Maubeuge-Val de Sambre.
N50.330164 E4.047720
Le kiosque à musique de Villers Sire Nicole

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Villers Sire Nicole.
Kiosque à musique octogonal en béton, restauré en 2010.
N50.339687 E4.012717
Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire.
Le kiosque à danser, don de Jeunesse de Sars-Poteries, a été inauguré le 29 juin 1873.
Il a été rénové par des bénévoles du village en 2002.
N50.200672 E4.009994
Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire.
Les lyres sont en fonte et sont identiques à celles de Beaufort.

Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire.
La fonderie Paradis d'Hautmont a signé bon nombre de kiosques.
Beaucoup ont disparu, mais il en reste quelques uns dont celui-ci.
Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire.
Les consoles sont identiques à celles des kiosques
de Grand Fayt, Petit Fayt et Beaufort.
Le kiosque à danser de Wattignies la Victoire.
"Posé par la Jeunesse de Sars Poteries le 29 juin 1873"
Le kiosque à musique de Wignehies

*Les kiosques de l'Avesnois*. Le kiosque à musique de Wignehies.

Kiosque conçu par Jean Claude Baudry architecte à Fourmies. Années 1985 / 90.
N50.015404 E4.003700
Faire connaître la page consacrée aux kiosques de l'Avesnois via Facebook