Châteaux, Maisons fortes

& Demeures remarquables de l'Avesnois
Accueil

Le château d'Audignies
à Audignies
Le château de Beaurieux
à Beaurieux
Le château de Bellignies
à Bellignies
La villa Evrard
à Bellignies
Le château de Bérelles
à Bérelles
Le château d'Hugémont
à Dompierre sur Helpe
Le château de Dourlers
à Dourlers
Le château d'Eclaibes
à Eclaibes
Le château d'Ecuélin
à Ecuelin
Le château Maillard
à Eppe Sauvage
Le château Voyaux
à Eppe Sauvage
Le château d'Eth
à Eth
Le château du Pont de Sains
à Féron
Le château Gossuin
à Ferrière la Petite
Le château de la Marlière
à Fourmies
Le château Motte
à Frasnoy
Le château des Tourelles
à Glageon
Le château de Gontreuil
à Gognies Chaussée
Le château de Carnoy
à Gommegnies
Demeure du baron de l'Epine
à Gommegnies
Le château de Gussignies
à Gussignies
Le Manoir de Biwetz
à Haut-Lieu
Le château de Warnicamp
à Houdain lez Bavay
Le château d'en Haut
à Jenlain
Le château d'en Bas
à Jenlain
Le château de Jeumont
à Jeumont
La Maison Rocaille
à Jeumont
Le château de la Motte
à Liessies
Le château de Mecquignies
à Mecquignies
La Maison Renaud-Folie
à Noyelles sur sambre
Le château d'Obies
à Obies
Le château de Potelle
à Potelle
Le château de la Carnière
à Recquignies
Le château de Ruesnes
à Ruesnes
Le Domaine des Fagnes
à Sains du Nord
Le château de Coutant
à Saint Hilaire sur Helpe
Le château de Rametz
à Saint Waast la Vallée
Le château des Carmes
à Trélon
Le château de la Huda
à Trélon
Le château de Merode
à Trélon
Le château de Vendegies
à Vendegies au Bois
Le château de l'Epine
à Wargnies le Petit
Châteaux frises

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée


Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, façade sud.
La façade sud du château de Rametz. Photo Marie-Pierre Robillard

Histoire du château de Rametz. Construit dans le fond plat de la vallée, au sud-est de la commune de Saint‑Waast, sur la rive droite de 1'Hogneau, le château de Rametz se trouve au milieu d'un parc de 5 ha vallonné, bien dessiné et aux essences variées, non loin de la voie antique qui relie Bavay à Cambrai. Ainsi, le parc-jardin forme un écrin qui met en valeur cet ensemble aux allures médiévales. Au milieu de ce parc romantique, Rametz présente la forme d'un quadrilatère de 50 mètres sur 40 cantonné de quatre tours rondes.
Cette terrasse est entourée de douves remplies d'eau. Un pont dormant donne accès à la cour intérieure, protégée sur trois côtés d'une balustrade. Faite de grès en soubassement, la construction s'élève en briques rose-orangées ponctuées de pierres d'un calcaire primaire bleuté, tiré de la région, et qui fait bien chanter la brique. En dépit de son apparente unité, l'édifice révèle difficilement la chronologie de son histoire. Aux angles, les quatre tours circulaires ont été édifiées en brique sur soubassement de grès et sont coiffées de toitures en ardoises de formes diverses. Elles ne semblent pas toutes contemporaines les unes des autres et non pas les mêmes fonctions. Au centre se dressent, sur plans carrés, le large donjon et la tourelle accolée.
Le grès équarri plus que taillé, s'il court en soubassement autour du quadrilatère, constitue aussi tout le rez-de-chaussée de cette partie centrale qui semble bien être à 1'origine du château. La différence de matériaux aux étages de cette partie centrale et sur l'ensemble du bâtiment conduit à penser qu'à l'exception de certaines fondations, l'édifice primitif a subi des transformations rendues nécessaires à la suite des guerres et des destructions. Les parties hautes de ces murs sont en brique orangée, mais la pierre calcaire gris-bleutée vient mettre une note de couleur aux encadrements des fenêtres qui ont été percées au Sud. Coiffée d'un toit en pavillon, cette partie centrale a été prolongée au Nord depuis le donjon et jusqu'à la tour au Nord-Est. La salle des gardes a été rhabillée dans la deuxième moitié du XIXe siècle. C'est à ce moment qu'on a muré l'arrivée de l'escalier et qu'on a monté une cheminée monumentale retrouvée en cave. Cette cheminée médiévale est faite d'une plate-bande à doubles crossettes reposant sur des piliers engagés. Le cœur de la cheminée a été approfondi, par le père de l'actuel propriétaire vers 1936. La tourelle, autrefois tour de guet, est la partie un peu plus élevée de la construction. Sur cette tourelle carrée, la pierre bleue forme le cadre des baies et l'armature de l'ancienne bretèche. Elle abrite un escalier de facture XIXe siècle qui donne accès à la salle des gardes. La cave, en-dessous de cette pièce centrale, est voûtée en berceau de pierres. A l'intérieur de certains murs dont l'épaisseur atteint un à deux mètres, on a pu loger les marches d'un escalier menant de la cave au rez-de-chaussée vers la salle des gardes ou vers la petite salle à manger. Entre les caves de la salle des gardes et de la tourelle, la communication se faisait par une ouverture en pierre bleue. A l'origine, on accédait à la partie centrale de cette maison fortifiée, par la porte située au niveau de la cave de la tourelle. Longtemps murée, elle a été redécouverte vers 1980, au cours du ravalement de l'entrée de la cuisine. Un encadrement avec un arc en accolade et en pierre bleue taillée semble remonter au XVe siècle. Le soubassement de la cuisine qui jouxte la partie centrale révèle ici un chanfrein du XVe siècle, en pierre noire de Belgique qui court en façade sur le côté de la tourelle de guet et qui se retrouve à l'intérieur. La cuisine, sous une voûte de briques en plein cintre et aux murs d'un ou deux mètres d'épaisseur, se situe à un niveau plus bas que la cour d'honneur. En sous-sol, certains murs se prolongent jusqu'à la tour Nord-est dont la cave est aussi voûtée de pierre sous la forme d'une coupole aplatie. Cette tour au Nord-Est est fortifiée. Sa base s'amortit par encorbellements pour prendre la forme de fer à cheval et rejoindre les anciennes courtines. Cet édifice, aux murs d'un à deux mètres d'épaisseur, est percé de trois canonnières, en sous-sol. Au premier étage, trois meurtrières sont encore visibles dans la chambre de cette tour ainsi que des arcades jumelées formant une alcôve. Elle comporte des ouvertures que l'on a pratiquées plus tardivement. La tour Sud-Est transformée en chapelle depuis les environs de 1500, est couverte par un petit clocher effilé. Cette chapelle a retrouvé vers 1937, la teinte chaude des briques et deux meurtrières. Pour cela, il a fallu ôter un enduit sur lequel fut retrouvée la date de 1500.

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, le pigeonnier.
Le pigeonnier.

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, zoom sur le toit
Zoom sur le toit de la tour Nord/Ouest.

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, la chapelle
La chapelle.

La porte d'entrée qui date aussi de 1937, est la copie de la porte d'accès au bureau dans la tour Nord-Est. Des meubles liturgiques de qualité y ont été apportés à cette époque. L'ensemble de ces meurtrières placées à différents niveaux permettait un tir croisé, permettant d'assurer la défense du pont-levis situé entre ces deux tours à l'Est. Créée vers 1840, une galerie de circulation avait été édifiée et adossée au sud de la cuisine, tout le long du rez-de-chaussée. Cette construction reliait la tour de guet à la tour Sud-Ouest fut jusqu'au début du XXe siècle, un colombier. Une salle d'eau y était installée et apportait un peu de confort. Au milieu, une large rotonde composée de baies vitrées, accueillait une salle de jeu, un jardin d'hiver ou l'orangerie. Les toits en terrasse, mal adaptés au climat du Nord, ne résistèrent pas aux intempéries et dommages provoquées par la première guerre. Partiellement démolie par Alfred de PAS pour dégager la cour d'honneur, la galerie rehaussée d'une balustrade néo-classique, offre quelques caractéristiques de cette époque dans ses plafonds et dans le dessin des ferronneries de sa face vitrée. Cette galerie judicieusement aménagée est aujourd'hui parfaitement intégrée aux toitures de la partie Ouest. Autrefois, d'autres bâtiments ou des courtines reliaient les quatre tours. En effet, à certains moments de l'année une trace au sol révèle la présence de fondations. On peut aussi voir la trace d'arrachements de mur. Au cours du XVe ou XVIe siècle, cette maison forte, devenue résidentielle, a pu être ouverte sur le parc comme on peut le voir au château d'Olhain à Fresnicourt-le-Dolmen ou au château de Liettres à Esrées-Blanche dans le Pas-de-Calais. L'énigme d'une voûte d'arêtes dans la cave illustre ....la difficulté de dater l'édifice et d'expliquer les évolutions de cette architecture. Pourquoi les corbeaux de bois qui soutiennent le débord de la charpente, sont–ils présents aussi bien sur les quatre tours d'angle que sur le bâtiment central ? A part quelques éléments plus anciens, les bases de la terrasse, des tours d'angle et des caves, l'ensemble de la construction paraît remonter au XVIe siècle. Il pourrait être l'œuvre de Jean d'Yve, prévôt de Mons vers 1577. Comme dans la plus pure tradition des châteaux du Moyen Age, Rametz formait visiblement une petite forteresse, susceptible de tenir un siège de quelques jours. En effet, on y trouve un puits dans la cave qui communiquait avec la cuisine, mâchicoulis, meurtrières, escaliers dérobés, cache entre plafond et plancher et même latrines à effet dans les fossés. Au fil du temps, le château de Rametz est devenu une demeure agréable et riante dont le visiteur appréciera le charme. " Eviter de passer aux oubliettes les souvenirs de nos ancêtres " telle est la mission que les propriétaires se sont assignée, cherchant à faire partager les trésors de cette demeure familiale avec les générations présentes et futures.
Description intérieure sommaire La petite salle à manger a une très belle cheminée XVIIIe siècle. A la fin du XIXe siècle, un plafond à caissons, des boiseries fortement moulurées et des cives ont donné à la salle des gardes dans le donjon, une allure néo-Renaissance.

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, statue de la Vierge.
Statue de la Vierge et de l'Enfant au dessus de la porte de la chapelle.

Le Château de Rametz à Saint Waast la Vallée, élévation nord.
Elévation Nord du château de Rametz.

Le clocher de la chapelle et les toitures pyramidales des piliers de l'entrée du château de Rametz.
Le clocher de la chapelle et les toitures pyramidales des piliers de l'entrée du château de Rametz.

*Retour au sommaire*
Châteaux frises
Faire connaître la page consacrée au château de Rametz via Facebook.