Châteaux, Maisons fortes

& Demeures remarquables de l'Avesnois
Accueil

Le château d'Audignies
à Audignies
Le château de Beaurieux
à Beaurieux
Le château de Bellignies
à Bellignies
La villa Evrard
à Bellignies
Le château de Bérelles
à Bérelles
Le château d'Hugémont
à Dompierre sur Helpe
Le château de Dourlers
à Dourlers
Le château d'Eclaibes
à Eclaibes
Le château d'Ecuélin
à Ecuelin
Le château Maillard
à Eppe Sauvage
Le château Voyaux
à Eppe Sauvage
Le château d'Eth
à Eth
Le château du Pont de Sains
à Féron
Le château Gossuin
à Ferrière la Petite
Le château de la Marlière
à Fourmies
Le château Motte
à Frasnoy
Le château des Tourelles
à Glageon
Le château de Gontreuil
à Gognies Chaussée
Le château de Carnoy
à Gommegnies
Demeure du baron de l'Epine
à Gommegnies
Le château de Gussignies
à Gussignies
Le Manoir de Biwetz
à Haut-Lieu
Le château de Warnicamp
à Houdain lez Bavay
Le château d'en Haut
à Jenlain
Le château d'en Bas
à Jenlain
Le château de Jeumont
à Jeumont
La Maison Rocaille
à Jeumont
Le château de la Motte
à Liessies
Le château de Mecquignies
à Mecquignies
La Maison Renaud-Folie
à Noyelles sur sambre
Le château d'Obies
à Obies
Le château de Potelle
à Potelle
Le château de la Carnière
à Recquignies
Le château de Ruesnes
à Ruesnes
Le Domaine des Fagnes
à Sains du Nord
Le château de Coutant
à Saint Hilaire sur Helpe
Le château de Rametz
à Saint Waast la Vallée
Le château des Carmes
à Trélon
Le château de la Huda
à Trélon
Le château de Merode
à Trélon
Le château de Vendegies
à Vendegies au Bois
Le château de l'Epine
à Wargnies le Petit
Châteaux frises

Le château de l'Epine à Wargnies le Petit


Le château de l'Epine à Wargnies le Petit.
Le château de l'Epine à Wargnies le Petit

Le château, situé sur la route de Preux au Sart, ancien relais de chasse, a appartenu à la famille de l'Epine de 1745 à 1948.
En 1781, Ferdinand Charles de l'Epine premier propriétaire du château devient seigneur de Wargnies. Secrétaire du Roi de la Grande chancellerie de France, Commissaire des guerres au département du Quesnoy et Landrecies.
Né le 19 septembre 1719 à St-Germain, Mons (Belgique).
Décédé le 13 octobre 1789 à Le Quesnoy (59) , à l’âge de 70 ans.
Inhumé le 14 octobre 1789 dans le choeur de l'église St-Pierre à Wargnies-le-Petit.
Marie Philippe Ferdinand Joseph de L'ÉPINE, fils unique de Ferdinand Charles
Né le 26 mars 1784 - Quesnoy-sur-Deûle (59)
Décédé le 26 avril 1868 - Quesnoy-sur-Deûle (59) , à l’âge de 84 ans
Marie Philippe Ferdinand, habite le château. Il y réside l'été, passe l'hiver au Quesnoy où se trouve son hôtel particulier. On le connaît sous le nom de Baron de l'Epine, titre qui lui accordé en 1825. Marie Philippe de l'Epine commence sa carrière sous l'Empire, Officier de la garde nationale puis chef de bataillon en 1813, il est nommé chevalier d'Empire par Napoléon la même année. Sous la restauration, il devient colonel inspecteur et se lance dans la vie politique. Il est successivement conseiller d'arrondissement, membre du conseil général, maire du Quesnoy et enfin député du nord de 1827 à 1830. Légitimiste, il se retire lors de la révolution qui porte Louis-Philippe sur le trône. Il est à nouveau conseiller général de 1851 à 1868. Considéré comme l'un des hommes les plus riches du département, il consacre une partie de sa fortune à la construction d'églises et à la création d'écoles, où il installe des religieux.
Sans interruption jusqu'à la guerre de 1914-1918, le château est habité par les successifs barons de l'Epine. Le Nord est occupé et le château réquisitionné par les allemands. A la fin de la guerre, en 1918 le château en piteux état, est transformé en hôpital militaire. Il en sera ensuite fait don à une congrégation religieuse. Ainsi, en 1921, une communauté de soeurs rédemptoristes s'installe dans la vaste propriété dite "château du baron de L'Epine." Les soeurs viennent de Belgique où elles s'étaient réfugiées en 1901 après avoir dû quitter Armentières. Elles restent à Wargnies durant soixante ans. Aux bâtiments qu'elles trouvent à leur arrivée elles en ajoutent plusieurs autres, notamment une chapelle, tandis que sont entretenus avec soin le parc et un jardin potager bien exposés au sud. Elles font également condamner et murer l'entrée monumentale du château, sous la tour-pigeonnier. La diminution du nombre des religieuses les amène à quitter le monastère en 1980. Le couvent abrite aujourd'hui une communauté Nazareth.

Le château de l'Epine à Wargnies le Petit sur le cadastre de 1896.
Le château de l'Epine sur le cadastre de 1896.
(Document des archives départementales du Nord)
La pierre tombale du baron Ferdinand Charles de l'Epine à Wargnies le Petit.
La pierre tombale du baron Ferdinand Charles de l'Epine
inhumé le 14 octobre 1789 dans le choeur de l'église St-Pierre à Wargnies-le-Petit.

Le château de l'Epine à Wargnies le Petit en vue satellite.
Le château de l'Epine en vue satellite. (Mappy)
On peut y voir les transformations apportées depuis 1826.
Le château de l'Epine à Wargnies le Petit sur la cadastre de 1826.
Le château de l'Epine à Wargnies le Petit sur la cadastre de 1826.
(Document des archives départementales du Nord)
Tour pigeonnier du château de l'Epine à Wargnies le Grand
La tour pigeonnier du château dont l'entrée a été bouchée.
Le château de l'Epine à Wargnies le Petit, la façade arrière sur une carte postale ancienne.
Carte postale ancienne représentant la façade arrière du château avant la fermeture de la cour Sud. www.delcampe.net

Source texte : http://www.pometterroir.asso

*Retour au sommaire*
Châteaux frises
Faire connaître la page consacrée au château de l'Epine via Facebook.