Châteaux, Maisons fortes

& Demeures remarquables de l'Avesnois
Accueil

Le château d'Audignies
à Audignies
Le château de Beaurieux
à Beaurieux
Le château de Bellignies
à Bellignies
La villa Evrard
à Bellignies
Le château de Bérelles
à Bérelles
Le château d'Hugémont
à Dompierre sur Helpe
Le château de Dourlers
à Dourlers
Le château d'Eclaibes
à Eclaibes
Le château d'Ecuélin
à Ecuelin
Le château Maillard
à Eppe Sauvage
Le château Voyaux
à Eppe Sauvage
Le château d'Eth
à Eth
Le château du Pont de Sains
à Féron
Le château Gossuin
à Ferrière la Petite
Le château de la Marlière
à Fourmies
Le château Motte
à Frasnoy
Le château des Tourelles
à Glageon
Le château de Gontreuil
à Gognies Chaussée
Le château de Carnoy
à Gommegnies
Demeure du baron de l'Epine
à Gommegnies
Le château de Gussignies
à Gussignies
Le Manoir de Biwetz
à Haut-Lieu
Le château de Warnicamp
à Houdain lez Bavay
Le château d'en Haut
à Jenlain
Le château d'en Bas
à Jenlain
Le château de Jeumont
à Jeumont
La Maison Rocaille
à Jeumont
Le château de la Motte
à Liessies
Le château de Mecquignies
à Mecquignies
La Maison Renaud-Folie
à Noyelles sur sambre
Le château d'Obies
à Obies
Le château de Potelle
à Potelle
Le château de la Carnière
à Recquignies
Le château de Ruesnes
à Ruesnes
Le Domaine des Fagnes
à Sains du Nord
Le château de Coutant
à Saint Hilaire sur Helpe
Le château de Rametz
à Saint Waast la Vallée
Le château des Carmes
à Trélon
Le château de la Huda
à Trélon
Le château de Merode
à Trélon
Le château de Vendegies
à Vendegies au Bois
Le château de l'Epine
à Wargnies le Petit
Châteaux frises

Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies


Façade du Château du baron de l'Epine à Gommegnies.
La façade, rue Neuve.

Selon la tradition orale, cette demeure appartenait au baron de l’Épine, également propriétaire au milieu du 19e siècle du château de Wargnies-le-Petit. C'est sans doute lui qui a fait reconstruire cette demeure de plaisance, la chasse devant constituer une des principales activités des résidents, comme en témoigne le décor de la rotonde. Les cadastres de 1803 et 1826 présentent trois bâtiments : un volume en L qui épouse l'angle entre la rue Neuve et la cache ou chasse Pottier (ancien chemin du Tour et ancienne chasse Lévecq), dans le prolongement, sur la rue Neuve, un petit volume indépendant et, enfin, un troisième situé à l'arrière de la parcelle et dont il ne subsiste plus aucune trace en élévation. En revanche, le cadastre de 1897 restitue un plan général des bâtiments très proche de celui d'aujourd'hui. Par analyse stylistique, le porche à bossages en calcaire blanc pourrait dater du début du 19e siècle. Le logis qui s'étend le long de la rue Neuve daterait quant à lui du milieu du 19e siècle, tandis que les écuries, la tour néogothique, ainsi que le logis situé le long de la cache Pottier auraient été construits dans la seconde moitié du 19e siècle. Leur disposition est détaillée sur le cadastre de 1897, ainsi que la présence de la serre en fond de parcelle. Une date portée sur un décor dans le salon d'honneur, 1892, ainsi que la signature du peintre de Valenciennes Édouard Clément, permet de confirmer que la décoration de ce corps de bâtiment a été achevée dans les années 1890. La demeure, longtemps restée à l'abandon, est en cours de rénovation.
L'accès à la demeure est ménagé par un porche marqué par un bossage en calcaire blanc, inclus dans un bâtiment qui s'étend le long de la rue Neuve. Celui-ci comprend un étage carré à quatre travées sur la rue et cinq sur la cour. Son élévation est aveugle en rez-de-chaussée du côté de la rue (une porte a été murée anciennement). Le soubassement est en grès, la maçonnerie en brique et les encadrements des ouvertures sont constituées principalement de calcaire marbrier avec appuis saillants pour les fenêtres. Un enduit blanc permet d'uniformiser la maçonnerie. Ce bâtiment comprend des logements, ainsi que dans sa partie ouest, une étable, une laiterie et une chaufferie. A l'étage, le couloir de distribution court le long de la façade sur cour. Dans le prolongement se trouve un bâtiment dont le rez-de-chaussée avait usage d'écuries. L'escalier est abrité dans une tourelle hors-oeuvre, teintée de néogothique. La mise en œuvre du pignon, avec une ouverture géminée, évoque celle d'une chapelle, alors qu'il ne s'agit que d'une écurie surmontée d'une pièce sans aménagement particulier. En retour du bâtiment abritant le logis, avec un léger décrochage, est implanté le long de la cache Pottier un vaste volume en rez-de-chaussée, terminé par une rotonde. Il abrite les salons de la demeure. La rotonde est surmontée d'un garde corps en brique ajouré. Elle présente un décor composé de natures mortes peintes insérées dans des boiseries. Un escalier permettant d'accéder à l'étage de combles est situé entre la rotonde et le vestibule. Il est surmonté par une verrière. L'accès au vestibule depuis la cour est marqué par un porche vitré hors-oeuvre en menuiserie. Le vestibule est dallé de marbres noir et blanc, tandis que les autres pièces sont parquetées. Il communique au sud avec le salon d'honneur. Celui ci a reçu un décor faux-marbre au-dessus de lambris bas tandis que les quatre dessus-de-porte comportent des médaillons en plâtre patiné terre cuite. Ils représentent les quatre éléments sous la forme d'enfants chevauchant des poissons ou un aigle, fabriquant des armes dans une forge ou cultivant la terre. La façade sur cour, qui présente des traces de reprise masquées par un badigeon blanc, est dotée de vastes ouvertures surmontées de lambrequins de store. La cour est pavée de grès. Une pompe à eau, fabriquée par la maison Alfred Corneau à Charleville, est encore conservée. Au fond du parc se trouve une serre, dont la vitrerie prend appui sur le mur nord de la propriété. Son chauffage était alimenté depuis la maison.
Source texte et photos : http://www.culture.gouv.fr

Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies, pompe.
Pompe à eau, fabriquée par la maison Alfred Corneau à Charleville.
Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies, la cour.
Vue sur cour du logis abritant une étable et une laiterie et la
tourelle d'escalier permettant d'accéder au niveau supérieur des écuries.
Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies. Escalier
Détail de la porte de la tourelle et du départ de l'escalier.

Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies, la rotonde.
La rotonde.

Demeure du baron de l'Epine à Gommegnies, emblème.
Un des dessus de porte du salon d'honneur : l'Air.
Faire connaître la page consacrée à la Demeure du baron de l'Epine via Facebook.