Châteaux, Maisons fortes

& Demeures remarquables de l'Avesnois
Accueil

Le château d'Audignies
à Audignies
Le château de Beaurieux
à Beaurieux
Le château de Bellignies
à Bellignies
La villa Evrard
à Bellignies
Le château de Bérelles
à Bérelles
Le château d'Hugémont
à Dompierre sur Helpe
Le château de Dourlers
à Dourlers
Le château d'Eclaibes
à Eclaibes
Le château d'Ecuélin
à Ecuelin
Le château Maillard
à Eppe Sauvage
Le château Voyaux
à Eppe Sauvage
Le château d'Eth
à Eth
Le château du Pont de Sains
à Féron
Le château Gossuin
à Ferrière la Petite
Le château de la Marlière
à Fourmies
Le château Motte
à Frasnoy
Le château des Tourelles
à Glageon
Le château de Gontreuil
à Gognies Chaussée
Le château de Carnoy
à Gommegnies
Demeure du baron de l'Epine
à Gommegnies
Le château de Gussignies
à Gussignies
Le Manoir de Biwetz
à Haut-Lieu
Le château de Warnicamp
à Houdain lez Bavay
Le château d'en Haut
à Jenlain
Le château d'en Bas
à Jenlain
Le château de Jeumont
à Jeumont
La Maison Rocaille
à Jeumont
Le château de la Motte
à Liessies
Le château de Mecquignies
à Mecquignies
La Maison Renaud-Folie
à Noyelles sur sambre
Le château d'Obies
à Obies
Le château de Potelle
à Potelle
Le château de la Carnière
à Recquignies
Le château de Ruesnes
à Ruesnes
Le Domaine des Fagnes
à Sains du Nord
Le château de Coutant
à Saint Hilaire sur Helpe
Le château de Rametz
à Saint Waast la Vallée
Le château des Carmes
à Trélon
Le château de la Huda
à Trélon
Le château de Merode
à Trélon
Le château de Vendegies
à Vendegies au Bois
Le château de l'Epine
à Wargnies le Petit
Châteaux frises

Le Château d'en Haut à Jenlain


Le porche pigeonnier du Château d'en Haut à Jenlain.
La façade Nord du château d'en Haut et son porche pigeonnier daté de 1772

Le château de Jenlain, d'une construction élégante et solide, est bâti au centre d'un village populeux et pittoresque, placé au point où la grande route de Valenciennes vers les Ardennes se divise en deux branches se dirigeant vers Bavay et Le Quesnoy.
Le château de Jenlain a été occupé dans le siècle dernier (XVIIIème) par plusieurs générations de la famille des comtes d'Espiennes alliée avec celle des Razoir de Croix, qui a fourni des prévôts à la ville de Valenciennes. M. d'Espiennes de St Rémi laissa ce beau domaine, après l'avoir magnifiquement embelli, à M. le comte d'Espiennes son fils, qui fut colonel de la garde nationale de Valenciennes en 1790.
Le comte Charles-François-Julien d'Espiennes, son fils, Chevalier de l'Ordre de St Jean de Jérusalem, occupa cette belle propriété au commencement de ce siècle (XIXème) et la céda à M. le comte de Robaulx.
A proximité de la forêt de Mormal, entouré des châteaux de Sebourg, d'Eth, de Frasnoy, de Roisin, de Ghissignies, de Ruesnes, etc... en face d'un relai de poste, le château de Jenlain est une des plus agréables résidences du département du Nord.
Le bâtiment principal est du XVIIIe siècle. La grange est la partie la plus ancienne (1701). Le pigeonnier est quant à lui daté de 1772.
Le château date, pour la majeure partie de sa construction, de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. C'est le type même de construction classique des demeures rurales, de ces "folies" que les nobles se faisaient construire à la campagne, sur leurs terres. Ils y passaient la belle saison ; le reste de l'année ils vivaient en ville, dans leur hôtel particulier. Ce fut le cas de la famille d'Espiennes, implantée dans le Hainaut, dont l'origine de la noblesse remonte sous Philippe IV d'Espagne, du temps des Pays-Bas espagnols. Le village de Jenlain n'étant lui-même pas très ancien, il ne pouvait en être autrement du château. Celui-ci a été construit à l'emplacement d'une ferme seigneuriale, ensemble de bâtiments distribués autour d'une cour fermée, avec entrée sous un porche pigeonnier daté de 1772, portant en son cintre l'écusson des comtes d'Espiennes, écusson fortement martelé à la Révolution, par les "colonnes infernales". La grange au fond de la cour, aux puissants contreforts de grès, porte la date de 1701 gravée sur une pierre blanche insérée dans le cintre d'entrée. Sur le corps de logis principal, le fronton armorié, en pierre blanche sculptée, a fière allure et est heureusement encore intact du fait de son exposition au nord, à l'abri des pluies. Les deux blasons sont, à gauche celui de la famille d'Espiennes, et à droite celui des Razoir de Croix. C'est en 1777 que fut célébré le mariage de Jacques-Martin d'Espiennes, seigneur de Jenlain et de Marie-Jeanne Razoir de Croix, dame de Croix et de Forest, après publication des bans à la commune de Jenlain et à celle de Valenciennes.
C'est à cette occasion que fut construit le logis principal avec le fronton armorié. Les jeunes mariés y habitèrent au début de leur mariage, puis les occupations militaires de Jacque-Martin le rappelèrent à Valenciennes. Noble, d'esprit libéral, il épousa les thèses de la Révolution naissante et servit les armées de la République... Il mourut le 21 avril 1792, à l'âge de 37 ans ; c'est le mois de la déclaration de guerre et de l'invasion autrichienne. Il laisse 3 orphelins, leur mère étant décédée en septembre 1791. Le château est attribué à son fils Charles qui resta célibataire. Il fut conseiller municipal, puis maire de Jenlain au début du 19è siècle. Par la suite, le château passa aux mains de la famille de Robaulx de Beaurieux qui le garda un peu plus de vingt ans. Timothée Deswattenne achètera le château au comte de Robaulx en 1848. Il l'occupera jusqu'en 1872. Son fils Charles lui succèdera jusqu'en 1927. Après avoir changé de mains plusieurs fois, le château fut mis en vente en 1982. Il fut acquis par les propriétaires actuels qui entreprirent avec courage sa restauration et essaient de le sortir de l'oubli. C'est ainsi que les premières chambres d'hôtes furent ouvertes en 1985. Il est inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1987.

Aile Ouest du corps de logis du Château d'en Haut à Jenlain
L'aile Ouest du corps de logis.

Le fronton armorié du Château d'en Haut à Jenlain
Le fronton armorié, en pierre blanche sur le corps de logis principal.

Le Château d'en Haut à Jenlain
Le château d'en Haut en vue satellite. (Mappy)
GPS : N50.309041 E3.625493
Le Château d'en Haut à Jenlain, frise.
Détail de la frise.

Source texte : http://chateaudenhaut.free.fr

*Retour au sommaire*
Châteaux frises
Faire connaître la page consacrée au château d'En Haut via Facebook.