Châteaux, Maisons fortes

& Demeures remarquables de l'Avesnois
Accueil

Le château d'Audignies
à Audignies
Le château de Beaurieux
à Beaurieux
Le château de Bellignies
à Bellignies
La villa Evrard
à Bellignies
Le château de Bérelles
à Bérelles
Le château d'Hugémont
à Dompierre sur Helpe
Le château de Dourlers
à Dourlers
Le château d'Eclaibes
à Eclaibes
Le château d'Ecuélin
à Ecuelin
Le château Maillard
à Eppe Sauvage
Le château Voyaux
à Eppe Sauvage
Le château d'Eth
à Eth
Le château du Pont de Sains
à Féron
Le château Gossuin
à Ferrière la Petite
Le château de la Marlière
à Fourmies
Le château Motte
à Frasnoy
Le château des Tourelles
à Glageon
Le château de Gontreuil
à Gognies Chaussée
Le château de Carnoy
à Gommegnies
Demeure du baron de l'Epine
à Gommegnies
Le château de Gussignies
à Gussignies
Le Manoir de Biwetz
à Haut-Lieu
Le château de Warnicamp
à Houdain lez Bavay
Le château d'en Haut
à Jenlain
Le château d'en Bas
à Jenlain
Le château de Jeumont
à Jeumont
La Maison Rocaille
à Jeumont
Le château de la Motte
à Liessies
Le château de Mecquignies
à Mecquignies
La Maison Renaud-Folie
à Noyelles sur sambre
Le château d'Obies
à Obies
Le château de Potelle
à Potelle
Le château de la Carnière
à Recquignies
Le château de Ruesnes
à Ruesnes
Le Domaine des Fagnes
à Sains du Nord
Le château de Coutant
à Saint Hilaire sur Helpe
Le château de Rametz
à Saint Waast la Vallée
Le château des Carmes
à Trélon
Le château de la Huda
à Trélon
Le château de Merode
à Trélon
Le château de Vendegies
à Vendegies au Bois
Le château de l'Epine
à Wargnies le Petit
Châteaux frises

Le Château de la Carnière à Recquignies


Le Château de la Carnière à Recquignies.
Le Château de la Carnière. Photo Google

Note du Bulletin de la Commission historique du département du Nord de 1866.
Il existait deux châteaux fortifiés dans cette commune : l'un dit de la Carnière, à Recquignies; il en reste encore, isolée dans les dépendances du château moderne, une porte percée dans un bâtiment en briques et flanquée de deux tourelles; l'autre, au hameau de Rocq où une de ses tourelles a été conservée dans les constructions d'une ferme.
Au XIIème siècle, la famille de la Carnière possédait une maison forte à Rekegnies au Bois. La seigneurie de Recquignies, dite de la Carnière relevait de la pairie de Barbençon, ainsi que quatre autres fiefs qui existaient dans cette commune.
En 1257, elle était possédée par Wakiers de Rechignies.
En 1608 Marguerite Masselot, dame de Recquignies, fonda à Mons une communauté pour l'instruction des enfants pauvres. Après sa mort, sa terre fut successivement possédée par les sires d'Ecaussines et la famille Galand. M. de Roisin, de Dourlers, en fit l'acquisition après la révolution. Les descendants de la famille de Roisin greffiers et administrateurs de la terre de Dourlers de père en fils, ont habité longtemps le château de Recquignies.
Le château moderne a servi de quartier-général aux prussiens pendant les sièges de Maubeuge en 1814 et 1815.
Au XVIIIème siècle, une belle demeure remplaça les ruines de la vielle forteresse. Ces bâtiments sont antérieurs à la Révolution française. Au début du XXème siècle, les propriétaires étaient des industriels belges, les Derbaix.
La première impression que l'on a en voyant le château de la Carnière, c'est la parfaite symétrie du corps de logis avec ses 22 ouvertures sur deux niveaux de construction de brique avec des parements en pierre bleue. Le corps de parement central ressort du reste de l'édifice avec deux avancées et des fenêtres bouchées. Seule cette partie comprend des lucarnes de toit, au nombre de six.
Au XVIème siècle, la Carnière se présentait comme un manoir avec un pignon richement décoré.

Le Château de la Carnière à Recquignies sur le cadastre de 1846.
Le Château de la Carnière à Recquignies sur le cadastre de 1846.

Le Château de la Carnière à Recquignies en vue satellite.
Le Château de la Carnière en vue satellite (Mappy).

Le Château de la Carnière à Recquignies

De son passé de forteresse, le château de la Carnière garde un témoignage. Il s'agit de l'ancien châtelet d'entrée de la forteresse. Avant la première guerre mondiale, il comprenait deux tours cylindriques de grès, qui protégeait le porche d'entrée.
Cet ensemble remontant au XVème siècle a perdu sa seconde tour ronde depuis le conflit de 1914-1918.

Le Château de la Carnière à Recquignies, lorsque le châtelet avait encore ses deux tours.
Le châtelet avant la première guerre mondiale.
Photo : Ping Pong Club de Recquignies
Le Château de la Carnière à Recquignies sur une carte postale ancienne.
Carte postale ancienne du château de la Carnière.
Photo : Ping Pong Club de Recquignies

*Retour au sommaire*
Châteaux frises
Faire connaître la page consacrée au château de la Carnière via Facebook.